Fondjede
Trail Walker 2016
Dimanche 24 Septembre 2017Bas de page
  10 article(s)
Journal
Idx N°49930/05/2016 à 08:17 - Trailwalker : 100 kms en 17'53" Fait marquant N°499
Partager
imprimer
Je vais refermer mon premier chapitre marche avec une vidéo que j'ai pris plaisir à réaliser.
En revoyant ces images, je me suis propulsé quelques jours en arrière pour revivre ces moments intenses de joie, de partage et de solidarité dans l'effort.

17'53" pour immortaliser les 28 heures de ce véritable exploit collectif.
Un dernier merci à tous les protagonistes de cette belle aventure, marcheurs et supporters de la team "LR Connectée".



Page 1 - Article N°10

Journal
Idx N°49825/05/2016 à 10:57 - Trailwalker : des mots sur l'émotion Fait marquant N°498
Partager
imprimer
Il y a quelques mois, j'étalais dans le premier article de ce blog mes motivations.
Moi, coureur devant l'Eternel, je me lançais dans un défi solidaire de 100 kms, en équipe dans une toute autre discipline, la marche.

Bien loin d'imaginer ce qu'allait m'apporter ce nouveau défi, au terme d'une préparation de presque 6 mois et un peu moins de 470 kilomètres, je partais dans l'inconnu ce vendredi 20 mai.

Première inconnue, mon équipe : mis à part quelques photos, quelques mails, quelques coups de fil, je n'avais jamais partagé quoi que ce soit avec mes futurs partenaires.
Bien que postiers, nous ne travaillons pas sur les même sujets.
Eux à Paris, moi à Nantes, nous n'avons pas pu partager le moindre entrainement.
Alors, arrivé boulevard Brune vendredi midi après un voyage en TGV, je faisais la connaissance d'Olivier et Chloé avec qui je partageais le déjeuner puis de Vincent arrivé juste après.
C'est Christophe, le conjoint de Chloé, qui nous véhiculera jusqu'à Avallon en voiture. Deux heures de trajet pour commencer à faire connaissance.

PhotoSur place, nous commencerons par aller chercher nos dossards au Centre Omnisports d'Avallon.
Notre équipe à le numéro 071 : 071 A pour Olivier, B pour Moi, C pour Vincent et D pour Chloé.
Nous récupérons un t-shirt aux couleurs de l'événement, un bracelet avec le numéro d'urgence en cas de problème, validons l'inscription de nos supporters.
Ensuite, direction l'Hôtel Vauban d'Avallon où nous prendrons possession de nos chambres réservées pour le weekend. Hôtel littéralement annexé pour accueillir les cinq équipes de la Poste.
Puis, petite ballade au c½ur de cette paisible bourgade bourguignonne : là, nous retrouverons nos premiers supporters, Patrick et Dominique, les parents de Chloé, Caroline, s½ur de Chloé et Noé, fils de... Chloé.
Petite bière en terrasse, idéal pour forger un groupe !

PhotoTout le groupe postal se retrouvera en fin de journée au marché couvert pour le repas OXFAM.
Ambiance conviviale, présentation du Trailwalker - 254 équipes soit plus de 1 000 marcheurs, 600 supporters, plus de 400 000 &euros de dons collecté -, consignes de sécurité, tout ça autour d'un petite assiette de b½uf bourguignon et d'une part de tarte.
21h30 à peine, je retrouverai ma chambre et préparerai mes affaires pour le lendemain.

Photo5h20, samedi, réveil en douceur. J'ai peu mais plutôt bien dormi.
Je me prépare et me présente au petit déjeuner une petite demi-heure plus tard.
La salle est déjà en effervescence. Tout le monde ou presque est déjà attablé.
Je retrouve Olivier. Vincent et Chloé arriveront peu après.
Moi, je déjeune copieusement car je pressent que je vais avoir besoin de beaucoup d'énergie.

PhotoPhotoVers 7h00, Christophe nous dépose au centre omnisports.
Notre équipe récupère sa balise GPS, celle qui permettra à l'organisation de suivre notre progression et... de ne pas nous perdre en route.
Échauffement collectif, discours, photos...
5, 4, 3, 2, 1, il est 7h30 la première vague de marcheurs dont nous faisons partie se lance à l'assaut de cette 7ème édition. La seconde partira une heure plus tard.

A peine quelques dizaines de mètres et nous attaquons notre premier chemin : premier bouchon sur ce sentier étroit.
Tout le monde est jovial et plutôt excité.
Le soleil inonde le parc naturel du Morvan : nous allons en profiter toute la journée pour notre plus grand plaisir.

Comme le peloton est dense, le rythme de marche est peu élevé.
C'était une autre inconnue pour moi : à quelle vitesse allions nous marcher ?
Durant les six derniers mois, j'aurai tenu des rythmes oscillant entre 6 et 7 km/h.
Là, nous tenons à peine un 5 km/h, : ça me rassure pour la suite car je me dis que, pour amener toute l'équipe au bout de l'aventure, il faudra marcher à vitesse modérée mais régulière en évitant des temps de pause trop longs.

PhotoLe parcours est magnifique et, tout au long de notre route, nous serons émerveillés par les panoramas qui nous seront offerts : forêts, pâturages, petits villages, nous allons prendre beaucoup de plaisir et ne pas nous ennuyer tout au long de notre pèlerinage.
Car, partis en direction de Vézelay, nous allons emprunter une partie du chemin de pèlerinage de St-Jacques de Compostelle.

PhotoPhotoPhoto4 bonnes heures nous seront nécessaires pour rallier le point de contrôle 1 à Saint-Père-sous-Vézelay.
Entre-temps, nous aurons commencé à discuter, à apprendre à nous connaitre : un lien se tisse petit à petit entre nous.
Juste avant, nous aurons arpenté la colline de Vézelay, serons passés au pied de sa fameuse basilique Sainte-marie-Madeleine, là où j'ai fait quelques voyages scolaires il y a bien longtemps. Là où des points de vue superbes nous sont offerts.
Belle surprise, nos supporters sont là et bien là.
Isabelle, la femme d'Olivier et son fils Hugo, se sont joints à notre bande.
Sous le coffre ouvert du Scénic du papa de Chloé, se tiennent table et fauteuils de camping, boissons et victuailles... la vache Qui Rit est déjà tartinée sur du pain frais, le luxe.
Je profiterai de chaque pause pour connecter ma montre à ma batterie externe et la recharger pour l'étape suivant : timing parfait, technologie au rendez-vous, encore un point positif.
Comme à chaque PC, nous ferons notre check-in pour signaler que l'équipe est arrivée et faire l'appel des arrivants.
Au départ de chaque, PC, le check out permettra de dire combien de membres de l'équipe repartent.

Cette première pause de 30 minutes comme toutes les autres nous sera très bénéfique.
Nous verrons arriver l'équipe "Média Agile" avec laquelle nous avons partagé les premiers kilomètres.
Outre les changements vestimentaires (il fait chaud, nous devons nous découvrir, sortir casquette et lunettes de soleil, mettre de la crème solaire), le contrôle de pieds soumis à rude épreuve, la nécessaire collation pour faire le plein de calories, le plaisir de retrouver nos supporters chaleureux et à notre totale écoute, nous fait du bien.
Le courant passe super bien entre nous tous : notre équipe, c'est bien plus que quatre marcheurs. Nos 6 supporters sont une source inépuisable de bien-être qui nous motivera et nous boostera jusqu'au bout.

PhotoPhotoEn route vers Bazoches et le PC 2 où nous attendra notre repas du midi.
Boire et s'alimenter régulièrement, le mot d'ordre est martelé par chacun. C'est une clé essentielle de l'endurance.
14 kms parcourus à une vitesse constante : notre force, cette régularité ménagera nos organismes et forgera notre confiance.
Côté chemins, nous passons de parties caillouteuses à d'autres très boueuses.
Les dénivelés sont souvent conséquents : des montées assez abruptes et des descentes éprouvantes pour les articulations.
Vincent, pour chaque étape a préparé une fiche qui résume son profil et sa difficulté : ces fiches nous seront précieuses pour préparer nos jambes aux défis à venir.
Les premières étapes sont les plus longues mais aussi les plus rudes.PhotoMais, d'un autre côté, ces difficultés (2300 mètres de D+ au final) rendent notre progression attractive.
PC 2, toujours cet immense plaisir de retrouver nos supporters.
Check in.
Pâtes, jambon, saucisson, tartines le Vache Qui Rit, j'en oublie... pause royale et bienfaitrice qui durera une bonne heure.
Nous saluons l'arrivée de l'équipe "Média Agile" toujours au complet elle aussi.
Check out : déjà 32 kms dans les jambes et toujours 4 à repartir.
So far, so good GH

PhotoLe PC 3 nous conduira à Saint-Martin-du-Puy en fin d’après-midi.
Pas d'ennui dans l'équipe. Nous tchatchons entre nous mais aussi avec d'autres équipes qui cheminent à notre allure.
Dans les descentes, nous trottinons pour casser la routine de la marche.
Lors des arrêts "techniques" (et il y en aura un paquet), tout le monde attend tout le monde... sauf moi, qui dit à mes compagnons de continuer sans m'attendre : je profite du retard accumulé pour piquer un sprint. Courir me fait du bien.
Sur cette étape, Caroline, la s½ur de Chloé, chaussera ses baskets et nous accompagnera sur 12,3 kms. Sa joie communicative nous sera bien utile.

PhotoPetit fil rouge de notre long périple, la première question des "Incollables" niveau CP que Chloé à acheté pour nous faire passer le temps.
"Par quelle lettre commence le mot renard ?" question qui sera la gardienne du temple, nous fera marrer à tout les coups : les "LR connectée" deviennent "les Renards Connectés" SM

PhotoPhotoCheck-in, pause toujours aussi salvatrice, coucou aux "Média Agile" check out.
44,4 kms au compteur, nous repartons direction Quarré-Les-Tombes.
Moi, je pars avec les bâtons que me prête Vincent : je m'en suis passé pendant ma préparation et ce début de marche. Je tenais à faire un test.
Olivier et Chloé réalisent qu'ils ont oublié leur frontale : coup de fil à nos supporters qui nous les apporterons 9 kilomètres plus tard.
Je profite de cette rencontre pour abandonner mes bâtons qui me gênent plus qu'ils ne me rendent service.
Un peu plus loin, le père de Chloé prendra en charge un concurrent dont le genou a décidé de ne pas aller plus loin.
Pause ampoule, tout le monde est au petits soins pour les pieds de Chloé.
Je n'avais pas grand chose dans mon sac à dos hormis ma réserve d'eau, quelques friandises sucrées (amandes, abricots secs) et ma cape de pluie mais, prévoyant, j'avais un petit nécessaire de secours pour les pieds (sparadrap et pansements pour ampoules).
Nous dépassons les 12 heures de marche : ça commence à se faire sentir.

PhotoLe soleil qui nous a accompagné toute la journée va tirer petit à petit sa révérence.
Photo au kilomètre 50.
Photo avec la pleine lune prise par un bénévole OXFAM.
Vers 21h45, nous sortons les frontales.
La marche dans les chemins escarpés et boueux devient très technique et éprouvante.
Mais la team tient le choc, toujours solidaire dans les pauses "ampoule".
Le silence de la nuit pèse sur nos épaules même si nous cherchons à garder le contact en discutant le plus possible.
Le peloton s'est bien étiré et, souvent, nous cheminons seuls sans personne devant ni derrière.

Photo
C'est vers 22h30 que nous atteindrons le PC 4.
Ambiance de folie assurée par les bénévoles.
Check in.
Il fait nuit.
Nous sommes bien fatigués.
Les visages sont marqués, les pieds de Chloé et Olivier aussi.
Moi, de ce côté là, je n'ai pas de souci. Avec mon Elastoplast, je me suis fait une seconde peau sous la plante des pieds. Mes doigts de pieds sont enrubannés de sparadrap. Deux paires de chaussettes et une bonne paire de chaussure de marche légère et étanche participent à mon bien-être.

Revoir nos supporters nous remonte le moral.
La pause durera une bonne heure. Les organismes auront besoin de répit.
Nous ne retrouverons plus les "Média Agile" qui ont pris du temps pour se reposer au PC 3 et que, par conséquent, nous avons un peu distancés.
Manger chaud, boire, discuter, se changer, nous devons nous préparer pour la longue nuit qui nous attend et nous effraie un peu il faut le dire.

23h30, un dernier petit café, check out, 58,4 kms dans les gambettes.
12,7 kms nous attendent pour rejoindre le PC 5 à Saint-Léger-Vauban.
Avec patience et détermination, notre belle troupe reprends sa progression.
Nous veillons chacun les uns sur les autres, à l'affût d'une défaillance ou d'un petit coup de moins bien.
Moi, je n'aurai pas le moindre coup de barre. Le manque de sommeil ne me fera pas faiblir.
3 bonnes heures de marche en pleine nuit sur des chemins toujours aussi techniques.
Les panneaux des 60 et 70 kms, très attendus, feront l'objet de clichés.
La température durant cette nuit restera assez élevée : je me suis trop couvert pensant que la nuit morvandelle serait fraîche.
Les kilomètres s'accumulent : l'addition commence à avoir fière allure.
Mais, ce n'est pas terminé.
Il faut rester motivé. La route est encore longue.
Les petits fanions jaunes qui marquent le parcours, ceux-là que ne ne regardions pas durant la journée, nous les traquons.
Les fanions verts qui marquent le tracé tous les deux kilomètres, nous les attendons avec impatience.

PC 5, check in.
Encore plus heureux de retrouver Patrick, Caroline et Hugo qui tiennent avec courage et bonne humeur notre poste de récupération.
Une longue pause pour laisser le temps à tout le monde de se refaire une santé.
J'enlève une couche de vêtement.
Un bon café et hop nous repartons à l'assaut de cette deuxième partie de la nuit : sûrement la plus difficile.
La fatigue commence vraiment à se lire sur les visages. Les pieds souffrent eux aussi.
Mais personne ne parle d'abandon, personne ne se plaint : cette belle détermination fait chaud au c½ur.
3h30, check out.

PhotoDirection le PC 6 à Cussy-Les-Forges.
Toujours à 4.
Là, je réalise que perdre un membre de l'équipe serait pour moi un vrai déchirement : j'ai terriblement envie de nous voir tous les 4 aller jusqu'au bout.
Avec en leitmotiv, le lever du jour, le panneau des 80 kms.
Nous tenons, avançons.
"Par quelle lettre commence le mot renard ?"...
Toujours pas de coup de barre sur cette portion. Même pas un bâillement. Rien. Ma mécanique tient vraiment bien le choc.
Seul point un peu négatif, une certaine lassitude qui a pris naissance sur certaines longues partie de bitume.
Un peu moins de chemins : la marche est moins plaisante et plus mécanique. Les pieds s'échauffent un peu plus.
Le ballet des voitures de supporters qui migrent d'un PC à l'autre est impressionnant. Coup de klaxon, vitres baissées, quelques encouragements fusent.
Tout ça nous aide à oublier le temps.

Le jour commence à pointer et ça, c'est bon pour notre moral.
Après cette dernière longue étape de 12,1 kms, il ne restera plus que deux portions de 8,8 et 8 kms.
Le clocher de Cussy-Les-Forges apparait.
Comme à chaque fois que nous approchons d'un PC, nous voyons venir à notre rencontre des supporters : leurs sourires et encouragements nous font aussi beaucoup de bien.
Devant nous, les démarches sont heurtées, certains boitent sérieusement.

L'arrivée à Cussy est vraiment la bienvenue.
Notre team de supporters est fidèle au poste. Emplacement idéal comme d'hab !
Check in.
Et là pour moi, café, pain, beurre... whaou, le bonheur tient à peu de choses.
Pour la première fois depuis plus de 25 heures, je vais retirer mes chaussures et chaussettes. Marcher pieds nus sur la route rafraichit mes pieds qui commencent à présenter quelques points d'échauffement.
Les premières gouttes d'eau commencent à tomber... il est 8h00.
Check out... à 4 toujours.

Nous continuons à avancer.
Les deux dernières étapes sont plus douces : moins de dénivelé et plus de descentes que de montées.
La pluie va s'intensifier doucement durant cette 7ème étape.
A l'arrivée du PC 7 de Magny, c'est le déluge.
Le check in est à l'abri et, heureusement pour nous, nos supporters ont encore trouvé un coin super où nous pourrons faire une pause au sec.
Fatigués, nous le sommes de plus en plus.
Mais, avec 92 kilomètres au compteur, le goût de la victoire commence à se faire sentir.
La pause sera courte.
Moi, je n'ai pas très faim.
Je pense que tout le monde a hâte de repartir.
Plus la peine de recharger ma Garmin : elle aura assez d'autonomie pour aller jusqu'au bout.
J'enfile ma cape de pluie aux couleurs du marathon de Paris.
Check out... à 4.

PhotoEncore 3 fanions verts... 94, 96, 98... avant l'arrivée à Avallon.
Pour fêter notre arrivée, la pluie a décidé de marquer une pause.
Je retire ma cape de pluie.
A peine le panneau franchi, un belle grimpette puis nous redescendons pour trouver au pied de la dernière belle ascension le panneau "99 KM".
Nous posons pour la photos... attaquons cette dernière difficulté... arrivons au c½ur de la ville et son secteur piéton.
PhotoLà, tous les passants nous félicitent.
Nous marchons tous les quatre l'un à côté de l'autre.
Les sourires apparaissent sur nos visages.
Derniers virages, applaudissements, vivas des spectateurs... je navigue entre soulagement, fierté et émotion.
PhotoLa statue de Vauban trône devant le portique d'arrivée.
Nos supporters sont tous là.
Nous marquons un petit temps d'arrêt, laissons l'équipe qui nous précède franchir la ligne pour que nous puissions profiter pleinement de ce moment magique que nous attendons depuis notre départ.
PhotoMain dans la main nous gravissons les dernières marches.
Là, les bénévoles d'OXFAM assurent le spectacle et nous font une terrible ovation lorsque nous franchissons la ligne symbolique.
Cette ligne qui marque notre accomplissement.

PhotoPhotoPhotoLa distance, nous la connaissons : nous avons parcouru 100 kilomètres.
Le chrono lui indique un peu plus de 28h05'. Nous avions 30h pour y arriver : notre gestion du temps a été parfaite.
Quel bonheur que d'arriver à 4. C'était notre objectif et nous avons relevé le défi ensemble, soudés du début à la fin.
Le moment est très fort.
Je suis un peu submergé par l'émotion : je m'écarte du groupe car j'ai les yeux au bord des larmes.
J'en ai bouclé des courses difficiles mais cette victoire là a un goût particulier.
C'est la première victoire que je partage avec un vrai groupe qui 28 heures durant s'est mobilisé pour atteindre son Graal.
PhotoCe groupe, je ne limite pas à nous quatre, héroïques marcheurs.
Non, ce groupe, il englobe nos supporters qui ont tout mis en ½uvre pour que nous réussissions : une logistique incroyablement parfaite et un soutien inconditionnel y compris aux plus profondes heures de la nuit, là où nous en avions le plus besoin.

PhotoDernier check out.
Nous restituons notre balise GPS.
Attendons notre tour pour monter sur le podium.
Un organisateur me demande "Combien ?". Je fais 4 avec mes doigts.
Là, nous recevons chacun notre médaille.
Photo
Le speaker fait l'éloge des équipes de La poste.
Nous posons pour la photo.
Faisons monter nos supporters pour le plus beau des clichés : celui de tous les acteurs de cette si belle aventure.

Tout ira ensuite très vite.
Notre petit groupe se sépare de Chloé et sa famille.
Avec Vincent et Olivier, nous rejoignons l'hôtel à deux pas pour prendre une douche bien méritée.
Je remonterai sur Paris avec Olivier. C'est isabelle qui prendra le volant pour deux heures de conduite sous une pluie battante.
Dernier luxe, je serai déposé aux pieds des escaliers de la gare Montparnasse où, deux heures plus tard, un TGV me ramènera à la maison.
Mon fils aîné me cueillera à la descente du Tramway pour me ramener en voiture auprès des miens.

C'était ma première épreuve de marche et son bilan est simple : au delà de la réussite sportive cette épreuve a dépassé toutes mes attentes.
Il faut honnêtement dire que, en partant pour Paris ce vendredi 20 mai, je ne pensais pas prendre autant de plaisir au cours du weekend.
L'effet de groupe, la solidarité dans l'effort, l'esprit de corps qui nous a animé, la complicité partagée avec nos supporters sont autant de valeurs dont j'avais sous-estimé l'importance.
J'ai fait la connaissance de personnes sincèrement attachantes.
J'ai marché avec de vrais battants : à aucun moment, même lorsque les visages montraient que la fatigue était immense, lorsque les pieds faisaient souffrir, à aucun moment n'est apparu le spectre de l'abandon. La détermination et la solidarité auront eu raison de la difficulté.
Vraiment chouette.


Je terminerai par un immense et énorme merci à Chloé, Vincent et Olivier mes valeureux coéquipiers. Ce que nous avons fait là est grandiose et restera ancré parmi mes plus beaux souvenirs sportifs.
Dans ce flot de remerciements, je noierai Caroline, Patrick, Dominique, Christophe, Isabelle et Hugo pour leur générosité et leur incommensurable soutien.
Merci aux porteurs du projet de notre direction du marketing : les cinq équipes engagées sont allées au bout d'un magnifique challenge dont l'organisation aura demandé beaucoup d'énergie.

Des weekend comme celui-là, j'en redemande.
Qu'on se le dise...


PS : pour information, notre équipe à ramené 1985 euros de dons à OXFAM. Plus de 420 000 euros de dons ont été collectés par les 254 équipes engagées.
La solidarité était au rendez-vous ce weekend à Avallon.
Que cet argent profite aux plus démunis.

LienFaire un don, même modeste, c'est toujours possible et c'est ici.Lien
Page 1 - Article N°9

Journal
Idx N°49724/05/2016 à 12:26 - Trailwalker : à la trace ! Fait marquant N°497
Partager
imprimer
Voici le relevé de ma Garmin 310XT pour cette 7ème édition du Trailwalker OXFAM.

A cette occasion, j'aurai testé avec réussite l'utilisation d'une batterie externe pour augmenter la capacité de ma montre (Géonaute On Power 500 de chez Decathlon) : initialement limitée à 20 heures et sûrement moins 4 ans après.
A chaque point de contrôle, sans arrêter l'activité en cours, je branchais ma montre à cette source d'énergie.

Et, du coup, je suis en mesure de vous présenter notre trace GPS réalisée sur plus de 28 heures TF

A bientôt pour le récit et la vidéo.

Page 1 - Article N°8

Journal
Idx N°49623/05/2016 à 19:13 - Trailwalker : trop fort... Fait marquant N°496
Partager
imprimer
Pfiouuuu... que dire de ce weekend sinon qu'il restera très certainement un de mes plus beaux moments sportifs, un souvenir impérissable.

Une aventure humaine et sportive, bien au delà de ce que je pouvais imaginer.

Avant que je ne rédige mon récit et que je ne compile les nombreuses séquences vidéo que j'ai réalisées, je vous propose les premiers clichés de l'épreuve, médaille et dossard compris.

Nous, la team "La Poste - LR Connectée", avons relevé le défi.
Parti à 4, solidaires du début à la fin et soutenus par une équipe de supporters incroyables de générosité et de bonne humeur...
Nous, Chloé, Vincent et Olivier à mes côtés, avons, 28 heures durant, arpentés les chemins et routes du parc naturel du Morvan en une boucle de 100 kilomètres.

Beaucoup de joie et d'émotion à l'arrivée de cette magnifique et rude épreuve qu'est le Trailwalker.

A Bientôt pour le récit et la vidéo.

LienLe site OXFAM trailwalker et les résultats 2016Lien
Page 1 - Article N°7

Journal
Idx N°49415/05/2016 à 18:53 - TrailWalker : les préparatifs Fait marquant N°494
Partager
imprimer
Vendredi, j'ai récupéré la dotation de la DMGCE, direction du marketing de La branche Courrier-Colis de La Poste, à l'origine de ce projet.

Pas dégueu tout ça :
- un blouson chaud Décathlon Softcell, utile pour passer cette nuit au coeur du Morvan,
- un gilet de sécurité fluorescent,
- un t-shirt technique aux couleurs du challenge,
- une casquette été,
- une lampe frontale PETZL Tikka

J'ai fait un premier point avec mon chef d'équipe, Olivier, pour les aspects logistiques.
J'ai réservé les billets de TGV pour retrouver mes équipiers à Paris vendredi prochain et rentrer le dimanche soir.
Je suis allé chez Décathlon pour récupérer une batterie externe Geonaute (On Power 500 Travel) sur laquelle je vais tenter de brancher ma montre Garmin dont l'autonomie ne sera pas suffisante.
Enfin , j'ai rédigé ma checklist pour essayer de ne rien oublier.

Bref, les préparatifs avancent à grands pas.
Le jour J aussi.
Ce matin, dernière longue sortie, 18 kms en endurance douce sous le soleil : la semaine à venir sera plus légère.

Reste une inconnue, la météo : elle sera prépondérante pour nous, surtout dans la nuit de samedi à dimanche.
Pluie légère et averses nous sont pour l'instant promises... pas terrible mais il faudra faire avec.

Vendredi, ce sera donc le départ pour Paris puis pour Avallon.
Samedi, le départ des 5 équipes de La Poste est prévu à 7h30...

Page 1 - Article N°6

Journal
Idx N°49312/05/2016 à 08:38 - Trailwalker : J - 9 Fait marquant N°493
Partager
imprimer
Le jour approche...
Hier, j'ai fait mes dernières séances de marche pour aller et revenir du boulot.
Je ne sais pas si je suis prêt ou non : en ce samedi matin 21 mai, je partirai un peu dans l'inconnu.
Voici mon premier bilan.

Côté préparation, depuis le mois de décembre dernier, j'ai ajouté des séances de marche à mon quotidien de coureur à pied.
35 sorties pour 466 kilomètres ajoutés à plus de 1400 kilomètres de course à pied : si j'ai bien tenu l'effort, un léger surcroit de fatigue s'est quand même fait sentir.
J'ai du coup allégé mon programme de natation pour éviter le surrégime.
En moyenne, j'ai marché entre 6,5 et 7 km/h.
Pour l'endurance, j'ai misé sur les longues distances... en course à pied avec, entre autre, trois trail (18, 20 et 30 kms), deux marathons et une belle expérience sur 80 kms à l'Ecotrail de Paris.
Je n'aurai pas dépassé les 30 kms de marche durant cette prépa : bon choix ou pas, on verra.

Côté matériel, j'ai investit dans des chaussures, chaussettes, pantalon, sac à dos spécifiques : l'effort sera long, le confort est essentiel.
J'ai fait l'impasse sur les bâtons : bon choix GR
Les chaussures de marches sont rodées.
J'utiliserai mes chaussures de trail comme deuxième paire pour soulager mes pieds s'ils ont besoin d'un peu d'air et de légèreté.
J'ai testée l'astuce qui consiste à empiler deux paires de chaussettes pour préserver mes pieds : des soquettes fines par dessus lesquelles j'enfilerai des chaussettes de marche de bonne qualité achetées chez Decathlon.

Côté inscription, c'est Isabelle qui pilote ce challenge postal et ses 5 équipes qui s'est occupée de tout.
Ma licence FFA a été acceptée par les organisateurs comme certificat médical.

Le parcours est maintenant connu : ces 100 bornes seront agrémentées de plus de 2100 mètres de dénivelé, pas anodin.
7 points de contrôle nous permettront de retrouver nos accompagnateurs, de nous restaurer, nous reposer un peu voire nous changer en fonctions des aléas climatiques et variations de température (pas sûr qu'il fasse bien chaud la nuit en plein parc du Morvan).

Aujourd'hui, malheureusement je ne pourrais y assister, une rencontre avec notre parrain Yohann Diniz est programmée dans les locaux parisiens de la direction du marketing.

Je devrais récupérer demain ma dotation : coupe-vent, t-shirt, casquette et frontale. Tout ça aux couleurs de La Poste bien sûr.

L'heure est maintenant aux préparatifs et à la logistique.
Vendredi prochain, je prendrai le TGV (billet pris en charge par ma direction, je remercie mes responsables) pour être à Paris à l'heure du déjeuner : je ferai enfin la connaissance de mes partenaires.
Notre équipe aura le dossard N°71 : A - Olivier, B - moi, C - Vincent, D - Chloé.
Ensuite, nous descendrons direction Avallon par la route.

Côté matériel à emporter, il faut encore que je prépare ma checklist...

LienLe site du TrailWalkerLien
Page 1 - Article N°5

Journal
Idx N°46925/01/2016 à 12:01 - En Salomon... Fait marquant N°469
Partager
imprimer
Si j'ai commencé ma préparation avec mes chaussures de trail habituelles, mes ASICS Fuji Trabucco 3, j'ai vite compris que, pour marcher, ces chaussures ne feraient pas l'affaire.
Un peu mal aux talons et sur le dessus des pieds après deux heures d'effort, ça ne présageait rien de bon pour une distance plus longue.

J'ai donc fait les soldes et ai porté mon choix sur ce modèle Salomon X Ultra Mid Gore-tex.
Protection de la cheville et des orteils, amorti et meilleure accroche sur chemins caillouteux, ce modèle imperméable m'a été conseillé spécifiquement pour les longues distances.

Les premières kilomètres m'ont vite rassuré sur leur confort et leur maintien.
Après 5 utilisations et plus de 50 kilomètres sans rodage, je m'y suis déjà bien habitué et les ai adoptées.

Un kilomètre à pied...

Page 1 - Article N°4

Journal
Idx N°46605/01/2016 à 18:28 - Paris-Mantes en premier test Fait marquant N°466
Partager
imprimer
Déjà un peu plus d'un mois que je me prépare.
9 sorties marche en décembre et un peu plus de 126 kilomètres parcourus, c'est un bon début.
Le rythme est supérieur à 6,5 km/h : là aussi, rien à dire.
Ma plus longue sortie : 4h10 pour 28,3 kilomètres.

L'heure du premier test grandeur nature est arrivée.
Je vais enfin pouvoir faire la connaissance des membres de mon équipe : Olivier, Chloé et Vincent.
54 kilomètres en nocturne (départ à minuit) : ce sera mon premier grand saut dans le monde de la marche mais également la première fois que je passerai la nuit à faire un effort sans dormir.
L'idéal pour se faire une idée de ce qui nous attendra dans le Morvan les 21 et 22 mai prochain.
Page 1 - Article N°3
fondjede le 27/01/2016 à 17:04
Au final, je ne ferai pas cette marche.
Je comptais un peu sur le soutien de mon employeur pour subventionner mon trajet.
Refus... ce ne sera que la troisième fois CR
Ayant beaucoup de projets sportifs en ce premier semestre, je dois surveiller les cordons de ma bourse TG

Journal
Idx N°45802/12/2015 à 12:17 - TW 2016 : 1ère marche Fait marquant N°458
Partager
imprimer
Avec La Rochelle, ma saison marathon 2015 prend fin.
2 trails de 23 kms - dont un en nocturne - et, plus courte mais festive, la Corrida de la beaujoire viendront compléter mon année de running.

A moins de 6 mois du défi OXFAM, il était temps de s'y mettre.
Ce matin, j'ai donc officiellement lancé ma préparation spécifique 'marche'.
Je suis allé travailler en marchant : 10,7 kms en 1h35 soit une moyenne de 6,8 km/h.
Ce soir, je retournerai à la maison par un chemin plus court d'environ 9 kms.
Ce qui portera à 20 kms mon premier entrainement.

Le premier bilan est positif :
- j'avais peur de m'ennuyer à ne pas courir : bien au contraire, l'allure facile que j'ai tenue m'a permis de cheminer sereinement.
- pas de fatigue majeure même s'il faudra faire le vrai bilan après le retour ce soir.
- j'ai testé pour la première fois le sac à dos que m'avait offert mon fils cadet pour mon anniversaire : léger et confortable bien que rempli à bloc (avec mes affaire de rechange pour le boulot), je n'ai pas eu de problème pour le supporter.
- pas de chaussure spécifique pour la marche, j'ai utilisé mes chaussures de trail : là, je verrai par la suite si je dois investir ou pas.
- j'ai fait le choix de me passer de bâton pour le moment : il faudrait que je m'en fasse prêter pour faire un essai.

Le mercredi sera donc consacré à la marche.
Je peux ainsi conserver mes 5 séances de running et mes deux séances de natation hebdomadaires.
Je ferai quand même une petite variante lors de la sortie longue du dimanche matin : je la transformerai en sortie très longue une fois sur deux, alternant 45 minutes de course avec 15 minutes de marche.

Bon, il ne reste plus qu'à...

Page 1 - Article N°2

Journal
Idx N°45223/11/2015 à 12:28 - OXFAM Trail Walker : lutter contre la pauvreté Fait marquant N°452
Partager
imprimer
Je lance ce blog dédié à mon premier défi sportif et humanitaire.

Courir pour le Téléthon, j'ai déjà fait et je recommence cette année en participant au trail nocturne Touchois (TNT) le 5 décembre.

Participer à un vrai grand défi humanitaire, c'est une première pour moi.

L'idée a germé dans mon esprit suite à une conversation sur le trottoir en sortant du boulot avec une collègue.
C'était fin juin.
La direction générale du marketing de La Poste cherchait des volontaires pour participer à une marche en équipe : 100 kms dans le parc naturel du Morvan.

Le Morvan, je connais : c'est au sud de l'Yonne, mon département de naissance.
Paysages magnifiques assurés !
100 bornes, j'ai déjà donné avec bonheur. c'est dans mes cordes.
Marcher ? aïe, moi je cours, je ne marche pas.

Alors, qu'est-ce qui m'a poussé à poser ma candidature, hein, je vous le demande !

Marcher, je ne sais pas faire : alors, je vais m'y mettre pas de souci.
Tenir 30 heures sans dormir, c'est un excellent test pour préparer de futurs ultras.
Faire partie d'une équipe et tenir, solidaires et unis dans l'effort, ça, ça me plait.
Participer à une action solidaire, ça aussi, ça me parle.

Alors, le 1er juillet, j'ai rempli le formulaire de candidature.
Je l'ai envoyé par mail.
Quelques heures plus tard, un certain Olivier T. me contactait pour m'informer que j'étais accueillis au sein du projet "LR Connectée".
A nos côtés, pour compléter le quatuor, Chloé V. et Vincent M.
En fait 5 équipes on été formées, chacune portant le nom d'un produit postal à promouvoir.

Le principal écueil pour moi est que je ne suis pas parisien : je ne peux donc pas participer aux sorties organisées par les participants au challenge.
Je vais devoir me préparer seul.
J'espère pouvoir aller à Paris au moins une fois pour rencontrer mes futurs partenaires.
Nous verrons.

Avec la création de la page de dons de notre équipe, le "GO" est officiellement donné.
Je m'occupe de la partie sportive et humaine de l'affaire et je compte sur vous mes amis et lecteurs pour me rejoindre et faire un don en cliquant sur le lien ci-dessous.

Je vais vous préparer un petit article sur l'organisation OXFAM mais vous pouvez d'ores et déjà consulter leur site pour découvrir leurs actions.


Blog

LienPour faire un don, rendez-vous sur notre page de collecte, merci !Lien
Page 1 - Article N°1