Fondjede
Petit blog d'un coureur ordinaire
25/03/2019 à 12:11 - AtlantiSport : 18 km en rythme
...
Nom ou pseudo *
Email
Site WEB
Message *
Gratte
Zen Emu Confus En colère En pleurs Mesquin Agacé Rieur Diabolique Bravo Perplexe Lover Trop content Implorant Frimeur Déçu Endormi Hilare Taquin Blagueur Inquiet
 
Biz Stupéfait Teuf Respect Argh! On se tel Coeur brisé J'sais pas! Camembert! J'm'énerve pas! Tout mais pas ça! Chaud! Chuuut MDR
*
* obligatoires
Mardi 22 Octobre 2019Bas de page
  448 article(s)
Récits compétitions
Idx N°60325/03/2019 à 12:11 - AtlantiSport : 18 km en rythme
Partager
imprimer
Parmi mes courses habituelles pour ne pas dire systématiques, le trail AtlantiSport est en bonne place.
Comme d'hab, inscrit sur le 18 km quelques jours auparavant, j'étais allé chercher mon dossard la veille au centre commercial Atlantis.
Comme l'année dernière, beau temps oblige, je partais en tenue de course de chez moi.
3,5 km pour arriver sur site et un petit kilomètre supplémentaire firent office d’échauffement.

Un peu de blabla avec quelques connaissances trouvées ici ou là, et 11h00 tapantes, le départ est donné sous un soleil à peine voilé.

En ce début de saison, je n'ai absolument pas travaillé ma vitesse et ce trail n'est que ma deuxième compétition de l'année : la première où je vais devoir un peu taper dedans.
Connaissant bien le tracé et ses aspérités, je place le curseur à 1h30 maxi.

Le peloton de 450 coureurs d'étire doucement.
Je fais gaffe de ne pas partir trop vite et, surtout, de ne pas me laisser entraîner par le rythme de ceux qui ne feront que 9 kilomètres.

4'16" sur le premier kilo, c'est un peu speed mais je sais que les grimpettes qui vont suivre vont me faire baisser de rythme.

Cette année le sens du tracé est inversé.
Nous quittons le parking Atlantis pour longer le tram quelques hectomètres puis filons vers le Bois Jo.
Et là, naturellement, les grimpettes qui se succèdent font tomber la moyenne.
En abordant le bourg de Saint-Herblain, les coureurs du 9 km nous quittent.

Les amis de mon ancien club, l'UFCPH, sont un peu partout sur le parcours en temps que bénévoles. Quelques mots et sourires échangés, quelques encouragements, ça fait toujours du bien.

En arrivant sur le site de Tougas, nous attendent 5 bons kilomètres quasiment plats. Une boucle avec tantôt le vent dans le dos, tantôt le vent de face.
Je déroule à allure régulière sans me mettre dans le rouge. Je me fait doubler par quelques coureurs et par les deux première féminines.
Tout ce monde là ne va pas beaucoup plus vite que moi mais, aujourd'hui, je n'ai pas les moyen de les accrocher. Je préfère assurer sachant que la fin réserve quelques belles difficultés. Serai-je devenu sage GR

Le kilos défilent sans trop de peine. Je reste concentré sur ma cadence et mon objectif.
Comme prévu le retour sur la Carrière (km 14) de Saint-Herblain pique un peu les cuisses.
Quelques beaux raidillons et faux plats en abordant la Solvardière font chuter le peu d'avance que j'avais sur mon chrono cible.
Je finis par dépasser un coureur qui m'avait doublé sur le plat puis en rattrape un deuxième. Nous restons ensemble et nous motivons l'un l'autre.
Je ne sais pas trop où je me situe dans le classement à ce moment là de la course mais je n'ai pas grand monde en ligne de mire devant et, quand je me retourne, peu de coureurs derrière.
Depuis quelques kilos, nous doublons les derniers concurrents du run'n'bike de 18 km partis un peu avant nous.

Arrive le site d'Atlantis, moins de deux kilos à boucler.
Je hausse un peu la cadence pensant en avoir bientôt terminé.
Et là, surprise !
Nous faisons un 'presque' demi-tour pour nous engouffrer sous le parking Ikéa.
Nous allons nous grimper les 4 niveaux de parking en colimaçon : pas prévu, ça crame les cuissots.
J'en profite pour larguer mon compagnon du moment.
Nous traversons au final tout le site par le biais du parking souterrain pour ressortir à une petit centaine de mètres du portique final.
Je donne un dernier coup de collier et franchis la ligne en 1h28'55".
Objectif atteint.

Un sac à chaussures nous est donné à titre de récompense.
Je me désaltère et mange deux barres aux céréales en attendant la publication des résultats... qui ne viendra pas.
Les nuages ont pris la place du soleil et un petit vent frais balaye maintenant le parking.
J'ai froid alors, je n'attends pas plus longtemps et part en trottinant faire les 3,5 kilomètres qui me ramèneront à la maison.
Au final, 26 kilos parcourus en ce dimanche matin avec une belle séance de fractionnés long : c'est plutôt positif.

Je me classerai finalement 48ème sur 263 et 5ème V2M sur 31... plutôt pas mal pour cette première sortie cadencée de l'année, non ?

LienLe site AtlantiSport EnvironnementLien
Page 1 - Article N°445

Musique
Idx N°60213/03/2019 à 15:45 - Cachemire : simplement fan !
Partager
imprimer
Vous connaissez ma passion pour la musique, Alain Bashung et cette magique reprise de Cachemire...

Alors, voilà, à l'occasion d'un petit concours pour gagner des places à leur concert acoustique du 22 mars prochain, j'y suis allé de ma modeste contribution.

Résultat le 16 mars.
A suivre...




LienCachemire MusicLien
Page 1 - Article N°444
fondjede le 17/03/2019 à 11:10
Whaouuu, j'ai été sélectionné RKRKRK
Vendredi prochain, ce sera Cachemire à la brasserie Mélusine de Chambretaud !TF

Marathon
Idx N°60110/03/2019 à 19:13 - Tokyo : marathon pluvieux...
Partager
imprimer
Voilà, 4 ans que je tentai d'aller courir un marathon au Japon, maintenant c'est fait.

En plein jetlag, je tente de récupérer des 8 heures de décalage horaire qui, associées à la fatigue de la course et au rythme intense de ce séjour nippon, me plongent depuis quelques jours dans un état de fatigue avancé.

Pluvieux et froid fût ce 54ème marathon.
Mais point de galère tant l'ambiance sur le parcours fût du début à la fin survoltée : pas aussi intense que New-York certes mais quand même, c'était chaud !

Couru en mode cent-bornard, en mode vidéaste amateur, je garderai de cette belle ballade un beau souvenir.
Récit, photo et vidéo viendront bientôt étayer mes propos.

LienLe journal de l'événementLien
Page 1 - Article N°443

Rétrospectives
Idx N°59704/01/2019 à 09:58 - Vivez, vibrez pour 2019 !
Partager
imprimer
Nous voilà partis pour un nouveau tour de soleil.

Je ne peux vous souhaiter pour cette année qui débute que du bonheur et du succès dans tous ce que vous entreprendrez en 2019.
Il ne tient qu'à vous de vivre, de bouger, de donner, d'aimer, de partager.
Alors ne perdez pas une seconde.

Nouvelle année, synonyme de feuille blanche à remplir.
Avant d'user de l'encre pour écrire la première ligne de ce nouveau chapitre, l'heure est au bilan de l'année 2018.

Que retenir ?
C'est assez simple, la musique a un peu pris le pas sur mes activités sportives.
J'ai bien couru, bien nagé, certes.
Mais seulement 10 compétitions au compteur, c'est assez peu et inhabituel.
J'ai débuté difficilement 2018 avec un souci au genou, terminé l'année avec un mollet agonisant qui réclamait des vacances.

Malgré tout, 3 marathons et deux trails de plus de 43 bornes se sont ajoutés à mon palmarès :

Cette dernière course, trait d'union entre mes deux passions me laissera un souvenir impérissable : faire une pause en pleine nuit au kilomètre 22, les pieds trempés, les doigts gelés, pour dégainer un petit solo de guitare accompagné par un batteur en furie, jamais je n'ai pris autant de plaisir running aux pieds et guitare à l'épaule.
Allez, on se la repasse !


Côté projets 2019 en courant, le marathon de Tokyo est sur les rails, les 100 km de Millau à l'étude avec mes copains du marathon de Québec. Un 10ème marathon de Nantes et un marathon à Amsterdam se profilent également.

Côté musique, avec The JAXS, nous sommes passés à la vitesse supérieure. Le groupe prend ses marques et nous avons semé nos décibels à l'occasion de 7 concerts entre février et novembre.
Toujours ce même plaisir partagé avec mes potes Sylvain, Stéphane, Sébastien et Ghislain que ce soit sur scène ou en répétition.
Comme en 2017, 3 fêtes de la musique dont une soirée de folie à Bourgneuf-en-Retz.
Au titre de nos belles satisfactions, en 2018, nos premières scènes sonorisées (Pianock'tail à Bouguenais, fête de la musique à Bourgneuf-en-Retz, Alter Café à Nantes) et nos premiers bars (B'Mousse à St-Philbert, Bistrot du Cheval Blanc à Couëron, Alter Café à nantes).
Tous ces événements ont donné naissance à de belles vidéos que nous avons partagé avec nos premiers fans.
Retrouvez-les sur ce site ou sur notre site officiel ou encore sur notre page Facebook !
Notre nouvelle année commencera le 19 janvier à Bières et Scènes (Cheix-en-Retz) et quelques dates sont déjà à l'étude pour 2019.

Souvenez-vous, en 2017, j'avais craqué pour un piano.
Depuis, je prends des cours (Merci Ethiliel) et je bosse, je bosse...
Ça aussi, c'est une activité chronophage mais, les progrès sont là et le plaisir avec.

La musique, encore et encore. Mon fils, désormais rochelais, bassiste de talent, oeuvre maintenant dans deux groupes (Télécab et Portal).
En 2018, nous avons multiplié les déplacements pour aller assister à ses concerts.

Que ce soit en courant ou en jouant de la musique, j'ai un emploi du temps qui sature.
Hyperactif, direz-vous... mouais... un peu peut-être.
Mais ce qui est sûr c'est que 2019 ne va pas être triste !

Je vais conclure cette traditionnelle rétrospective, en vous souhaitant à tous et toutes une bonne et heureuse année.
Vivez, vibrez en 2019 !
Page 1 - Article N°442

Récits compétitions
Idx N°59625/11/2018 à 18:19 - TNT 2018 : Rock'n Trail, yeah ! Fait marquant N°596
Partager
imprimer
Trail nocturne Touchois, 4ème édition ce 24 novembre.
Je partais sur le 24 km comme d'hab !

A la croisée des mes passions.... 5°C, la goutte au nez, les doigts gelés, les pieds mouillés et boueux...

Après une semaine du tonnerre, une répétition de ouf mercredi avec The JAXS, le concert de Cachemire jeudi, j'avais la patate en ce samedi soir.

Gopro à la main, j'assurai une petite promo pour cette course que j'apprécie particulièrement.
De la gadoue, de l'eau à mi-cuisse, pas chaud dehors mais bouillant dedans !
Entre deux prises vidéo, j'ai galopé comme un lapin !

Km 22, comment résister.... au prix de quelques minutes et de quelques places perdues au classement.
Quel moment, quel pied !
Je remercie les deux grands fadas qui nous ont collé du rock'n roll dans les oreilles en plein bois, un froid soir de novembre et m'ont permis de m'éclater basket aux pieds, guitare à l'épaule.
Petite gorgée de bière en prime RKRKRK

Vous vous en doutez, chrono et classement en ont pris un coup... mais on s'en fout!
C'était trop, trop, trop bien !

Quelques photos dans mon album Facebook.

Un extrait vidéo musical :



La vidéo de la course :
Page 1 - Article N°441
coach jack le 01/12/2018 à 12:04
Excellent JC !
Olivier, 1 collègue de boulot (il connaît ton blog) m'a raconté qu'il t'avait vu "gratter" sur ce trail !!!
Bravo à toi ... le PLAISIR avant tout ... dans tes 2 PASSIONS
A +
Jack
breizoutony le 10/12/2018 à 22:33
Énorme Merci à toi jean claude pour cette vidéo
et le plaisir de te voir chaque année !
j' ai copié ta vidéo pour notre soirée des bénévoles
anthony

Vidéos
Idx N°59519/11/2018 à 08:21 - Québec en vidéo Fait marquant N°595
Partager
imprimer



Il y a un mois, nous étions encoreau Canada. Le séjour touchait à sa fin avec une superbe journée aux chutes du Niagara.

Point de départ de la vidéo de mon 53ème marathon.
Encore une bien belle destination que je vous recommande.



LienLe journal complet de cet événement : récit, photos, vidéoLien
Page 1 - Article N°440

News
Idx N°59209/11/2018 à 10:41 - Exit Google !
Partager
imprimer
Vous l'aurez constaté, depuis cet été, toutes les cartes de ce site sont grisées, raturées par des mentions "For devlopment purposes only".
Un joli message vous informe que "Google Maps" ne s'est pas chargé correctement.

Fin du gratuit chez Google !
Même les particuliers sont invités à laisser leur numéro de carte bancaire pour pouvoir continuer à bénéficier de ce service CH
Pas question de payer.

Je suis donc en train de mettre à jour progressivement les pages qui illustrent mes exploits sportifs.
J'ai fait le choix d'OpenStreetMap qui offre toujours un service de cartographie gratuit.
Pourvu que ça dure.

En attendant, cette migration me demande pas mal de boulot...
Soyez indulgents... et patients BE
Page 1 - Article N°439
fondjede le 17/11/2018 à 16:37
Bon voilà, le plus gros du boulot est réalisé.
Open Street Map / Leaflet maîtrisé.
Principales cartes mises à jour en quelques jours seulement.
Profitez SG

Récits compétitions
Idx N°58929/10/2018 à 14:45 - Keith Richards au TUN 2018
Partager
imprimer
Quelle tête en ce dimanche matin.
Rien à envier à Keith Richards (guitariste des Stones) hier matin.
Là, mon reflet dans la glace faisait un peu pitié.
Pas remis de la fatigue de mon sejour marathon à Québec, un peu en manque de sommeil suite à la soirée concert des JAXS l'avant-veille à Couëron (vidéo à venir) et l'anniversaire de mon pote Didier la veille, j'avais donc pâle figure en cette froide et venteuse matinée et certains de mes potes ne manqueront pas de me le faire remarquer SL

Heureusement, grace au passage à l'heure d'hiver, je gagnais 60 minutes de repos supplémentaire sur ma courte nuit de dimanche très tôôôôt à dimanche tôt quand même.
Mais, pas de secret, moins de 9 heures de sommeil en deux nuits, un peu plus de bière et de nourriture que de raison, ce n'était pas fait pour aider le coureur fatigué que je suis en ce moment.
Mais le Trail Urbain Nantais est pour moi un rendez-vous de fin de saison incontournable.
Plutôt que d'aller courir seul et pas longtemps dans le froid, je préfèrai me méler à un peloton quitte à ne pas faire une grosse perf mais, au moins, me faire plaisir et revoir des potes.

Gelée blanche, givre sur les voitures, premiers frimas d'octobre.
Je sort bien couvert et roule pour être à 9h00 dans le quartier Chantenay de Nantes, à 6 bornes de la maison.
Dossard N°647 vite récupéré.
La récompense cette année était une paire de gants, on ne pouvait mieux proposer par cette glaciale matinée. Je la récupèrai avant le départ ce qui m'évitera de faire une longue queue à l'arrivée.

Un peu de tchatche, comme d'hab avec tout plein de monde que je connais et je pars pour 20 minutes d'un (r)échauffement musculaire impératif pour ne pas risquer la blessure.

Au coup de feu de départ, je m'élance dans le premier tiers du peloton.
Mon objectif, faire un effort sur les quatre premiers kilos pour éviter les goulots d'étranglement dans les petites venelles du quartier puis relâcher.
Pas trop en forme, je mise sur 1h15' pour boucler les 14,9 km annoncés.
Tenir un petit 12 km/h me parait alors raisonnable.

Premier kilo en descente après avoir contourné la mairie, pas l'impression d'avancer tant je me fait doubler. 4'03" quand même.
La première côte en direction du parc des Oblates me donne le ton. Je vais souffrir.
Ca coince de partout. Les cuisses sont ultra raides. Je souffle comme un boeuf.
Il va falloir gérer tout ça.

Je fait quand même l'effort de garder une certaine cadence : ça paye car je ne subis aucun bouchon.
Ensuite, je m'efforce de récupérer le plus possible dans les descentes, de ne pas trop forcer dans les montées. Chaque montée de marches me brûle les cuisses. Je n'avance pas sur le plat.
Je compte les kilomètres.
J'ai mlagré tout un peu d'avance sur l'objectif lorsque j'entâme la deuxième boucle.

Je tiens bon même si je comprends bien que j'atteinds mes limites.
J'arrive à doubler quelques coureurs mais peu.
J'oublie un peu ma galère du jour lorsque je me fais rattraper par Jean-François, un de mes lecteurs assidus : nous discutons un peu de son futur voyage en Grêce pour courir le marathon d'Athènes que j'avais couru en 2009.
Il file. Je gère.

Un peu hard la deuxième montée des marches de la Butte Sainte-Anne et le faux-plat qui suit.
Mais il ne me reste plus que deux bornes à boucler et j'ai 3 minutes d'avance sur l'objectif. Je dois tenir.

La dernière montée vers la ligne d'arrivée me parait bien longue.
Un coup d'oeil sur la montre me confirme que le parcours sera un peu plus court qu'annoncé.
Dans les derniers hectomètres, je double deux concurrents qui venaient juste de me griller. Gros effort pour tenir le rythme jusqu'à la ligne finale.
Je bloque le chrono à 1h09'07".
Pour 14,440 km parcourus ça me donne un 12,5 km/h de moyenne.
Je suis claqué mais j'ai bien négocié ma course pour assurer un temps correct au vu de ma si modeste forme du jour.

Trop froid, je ne traine pas et retourne à ma voiture pour me changer et filer chez Denis qui m'a gentillement invité à partager une petite bière chez lui.

Pour la première fois depuis que je porte une puce accrochée au dossard, je n'apparaitrai pas dans le classement.
Aujourd'hui, après réclamation, mon nom figure à la 245ème place du scratch. Ouf !

Voilà, c'était mon weekend d'anniversaire musico-festivo-sportif et il aura été intense.
Pas facile, facile pour moi, cette édition du trail urbain mais je me suis donné du mal et j'en ressors assez satisfait.

Prochain rendez-vous, le Trail Nocturne Touchois de mon pote Yoann.
Please, ne laisse pas ouverte la porte du frigo SD

LienSite du MSC NantesLien
Page 2 - Article N°438
coach jack le 30/10/2018 à 15:53
Surpris de te lire car effectivement je ne t'avais point vu dans le classement final !!!
Bonne récupération à toi de tous tes excès ELELEL
Jack

Marathon
Idx N°58824/10/2018 à 16:24 - Québec : froid pour un #53
Partager
imprimer
Me voilà en plein jetlag.
Calice, 6h de décalages horaire, faut quelques jours pour s'en remettre.

Mais qu'elle était belle cette aventure québécoise.
Malgré 15 km de marche la veille, j'ai tenu mon rythme de sénateur sur ce 53ème marathon.

2°C au départ, frisquet !
Le soleil a à peine réchauffé l'atmostphère tant le vent était glacial.
Mais ce fût un beau marathon, premier du nom intégralement dans la ville de Québec.
Pas plat non plus avec une p**ain de côte entre le 24 et le 27ème kilo, un faux-plat montant à l'arrivée et de nombreuses ondulations.
Mais un beau parcours, des spectateurs pas ultra nombreux mais présents partout.
Bref, je me suis fait plaisir.

Marathon ponctué par une douzaine de jours à sillonner la région : Québec, Montréal, Ottawa, Toronto, de nombreux sites superbes !

Comme d'hab, je prépare album photo, récit et vidéo dés que possible.

LienLe journal de l'événement (récit, photos, vidéo,...)Lien
Page 2 - Article N°437

Récits compétitions
Idx N°58703/10/2018 à 14:52 - Trail de la Digue : première !
Partager
imprimer




4 mois sans la moindre compétition, pour moi, c'est assez rare... la musique et ses exigences de travail ont un peu pris le pas sur ma logique sportive ces derniers temps.
Mais je n'ai pas lâché l'affaire, loin s'en faut.

Un trail local.
Une première édition.
On ne peut passer à côté... même si... même si, un peu plus de 44 bornes à deux semaines de mon prochain marathon à Québec, ce n'est pas très sérieux et physiquement un peu risqué.

Vous me connaissez maintenant un petit peu : la chaleur, je n'aime pas.
Les courses l'après-midi, ce n'est pas mon fort non plus.

Photo
Donc, avec pas mal d'hésitations, j'ai fini par m'inscrire à cette première édition du trail de la Digue, de Nantes à Montaigu, en référence à la fameuse chanson paillarde "La digue du c.." TG
Annoncés, 44,5 km, 450 mètres de D+, un pic de température à 22°C.
A mes côtés, Denis et Didier que j'ai sportivement un peu snobé ces derniers temps.
J'avais retiré mon dossard, le N° 100, chez Sobhi Sport à Nantes vendredi en fin d'après-midi

8h50, samedi matin, direction Montaigu, en voiture, pour aller prendre la navette qui, à 10h nous amènera au point de départ à Pirmil.
Dans le complexe Maxime Bossis, je profiterai d'un petit café et d'une tranche de de brioche (vendéenne of course) généreusement offerts et bienvenus car un petit vent frais balaye le site.
Liliane, souriante et sympatique chauffeuse de bus, nous bercera au Shaka Ponk durant le trajet... que demande le peuple ?

Photo
Photo
Vers 11h00, je rerouverai sur la zone de départ, Serge, Didier, Denis, Vincent, potes de course à pied et Traileurs du 44 pour certains.
Pointage obligatoire avant de rentrer dans le sas de départ : nous profitons de l'occase pour tchatcher avec les bénévoles et prendre une petite photo.
Je discuterai avec Fred, organisateur du Trail et Fines Herbes que j'avais couru l'an passé avec beaucoup de plaisir (cette année, pas possible, je courais le marathon d'Edimbourg).

Photo
Midi approche à grands pas.
Nous déposons notre sac d'effets personnels à la table d'entrée du sas.
Nous avons droit au briefing d'avant course puis à la chanson De Nantes à Montaigu, la digue, la digue...
Midi tapante, le départ est donné.
250 traileurs et traileuses quittent au petit trot Pirmil par les bords de Sèvre nantaise.

Mon objectif du jour, même si la distance est longue et agrémentée d'un peu de dénivellé, est de ne pas trop taper dans les réserves.
Rester sous les 5 heures me parait raisonnable.
Comme ça arrive lorsqu'on court groupé, le rythme de départ est supérieur à 10 km/h et le restera assez longtemps. Un poil trop rapide pour moi.
D'autant plus que ces premiers kilos en bord de Sèvre que je connais bien sont très roulants.
Je me laisse doucement distancer par mes potes.
Il faut attendre près de 9 kilomètres avant de se mesurer à la première grosse grimpette vers La Ramée.
Nous fanchissons alors le pont éponyme pour courir sur l'autre berge.

Premier petit problème de balisage au km 13 : il faut prendre une petite rue à gauche.
Devant nous, les coureurs filent tout droit.
Et nous sommes à deux doigts de faire pareil.
C'est le parrain de l'épreuve qui nous remets dans le droit chemin!

Photo
Ah oui, j'avais oublé le parrain : Erik Clavery, ce gars au bord de notre route, juste un peu champion du monde trail (entre autres), qui nous accompagnera jusqu'à l'arrivée.
Plusieurs fois, je le croiserai. Et à chaque fois, il m'encouragera. La classe !

A Saint-Fiacre, peu après le km 13, nous quittons la Sèvre Nantaise pour La Maine que nous rejoindrons après le premier ravitaillement.

Sucré, salé, diverses boissons plates ou gaseuzes, parfait ce rativo. Il y en aura 3 (au 26ème et 37ème) et tous seront identiques et bien pourvus. Chapeau !

So far, so good.
Le parcours est varié : quelques petites portions de route en guise de transition mais une grande majorité du tracé est en pleine nature avec des parties ombragées mais aussi et souvent à découvert : soleil et petit vent déshydratants, cette alliance néfaste à mes perfs.
Pas d'ennui, c'est déjà ça.

Km 17 Château-Thébaud, Pont Caffino : je connais cette partie du tracé, support tous les ans d'un weekend de course à pied au profit du Téléthon. Tiens, d'ailleurs, cette année, avec Didier, nous y serons... tyrolienne à l'arrivéééééééeeeee!!!!

Cette partie et de loin la plus accidéntée. Quelques belles grimpettes font gémir mes quadriceps. Mais globalement, ça roule.
Nous repassons sur l'autre rive de la Maine... ombre puis soleil dans le vignoble...

Km 23, craquage de slip... en bas d'une descente, Didier en point de mire, je suis bêtement, file tout droit. On se tape une belle côte avant de se faire rappeler par d'autres coureurs.
On redescend. 400 mètres et une belle bosse de plus au compteur que les copains, nous apercevons cette discrète rubalise qui nous indiquait de tourner à droite, AAArgh !
Ne soyons pas médisants, à ces deux détails près, le balisage était parfait.

Au km 25, une petite passerelle nous invite à rejoindre l'autre rive de la Maine. Passage super buccolique.
Km 26, ravitaillement à Aigrefeuille-sur-Maine.
Je m'emballe un peu dans les decentes caillouteuses... mon péché migon à moi TG
Ma cadence est bonne mais je suis conscient que je suis au dessus de mon objectif.
Tôt ou tard, il faudra que je ralentisse pour ne pas trop fatiguer la mécanique.
Je me donne jusqu'au ravito suivant maxi pour lâcher prise.

Km 29, Remouillé.
Une petite parenthèse sur les bénévoles, ceux qu'on oublie un peu et sans qui rien de tout celà ne serait. Ils sont un peu partout pour nous guider, assurer notre sécurité aux croisements routiers, aux ravitos, navette, arrivée, départ... toujours souriants, nous encourageant... je leur adresse un grand merci à chaque fois, c'est le moins que je puisse faire GHGHGH

Une partie routière. Une voiture arrive. Je me colle à droite pour laisser passer.
La voiture me serre et passe à un cheveu de ma chaussure. La trouille, du plat de la main, je donne une petite tape sur la carroserie, histoire de dire "faites gaffe bor... !".
Pas de bol, c'est un véhicule de l'organisation. Le chauffeur m'engeule en me disant de respecter la charte et de courrir à gauche. Ce que je fait conscient de mon erreur mais je n'apprécie pas vraiment sa façon de me le faire savoir. Un rappel amical aurait été plus cool.
Bref, on (je me mets dans le lot) n'est pas non plus que des abrutis. Un peu plus loin, le gars me rattape, reste à ma hauteur et me souhaite bon courage avec le sourire. Perso, je lui rends son sourire, tends la main et m'excuse doublement.

Km 33, nous quittons la Loire-Atlantique pour la Vendée.
Nous traversons la Maine à gué par une première chaussée glissante, nettoyage de pompe gratos.
Je commence à doubler les concurrents attardés du Trail de la Maine (18 km) dont le départ était donné à Aigrefeuille à 14h30. Aigrefeuille, où se situait l'unique barrière horaire pour le 44 km : 16h maxi soit 4 heures pour boucler les 26 premiers kilos.

Les kilomètres défilent. Je ressent une petite fatigue mais rien de grave.
Juste un rappel : il faut que je lève le pied.
Le dernier ravitaillement au km 37 est en haut d'une mini grimpette. Je fais un dernier effort, souris aux spectateurs qui m'encouragent.
Je repars en douceur. C'est maintenant qu'il faut que je lève le pied pour de vrai.
Deuxième chaussée pour passer la Maine et relaver mes pompes qui n'avaient pas eu le temps de sécher.

Photo
Photo
40ème, je marche un peu car la fatigue se fait sentir. Denis passe devant.
Plus tard Didier, file lui aussi. Je suis bien tenté de m'accrocher.
Mais pas question de suivre. Je doit terminer ultra cool.
Nous sommes maintenant dans Montaigu. Ca ne sert plus à rien d'accélérer.
3ème mouillage de pompes peu avant le dernier kilo.
Je plonge les mains dans l'eau pour m'asperger le visage. Avec le soleil, je commence à souffrir. Depuis le 35ème, mon estomac commence à m'envoyer des signaux négatifs.
Au sortir de cette dernière chaussée, 3 mômes me tendent un petit goblet : "un p'tit punch, m'sieur ?".
"Vous allez me tuer les mômes !"
Allez, c'est la fin. Je ne me dégonfle pas. Cul-sec !
Ca brûle un peu la trachée mais ça passe.

Photo
Photo
Dans le Parc du Château, juste avant la dernière floppée de marches, Erik Clavery m'applaudit et me félicite. Super ce mec GH
Je grimpe les marches en quatrième vitesse, sous les applaudissements des spectateurs massés sur cette petite et dernière difficulté, preuve s'il en est que mes jambes sont loin d'être carbonisées.
Un petit détour pour contourner la mairie, je dépasse un petit groupe de traileuses qui ralentit pour pouvoir teminer groupé. L'arche finale est Place de l'Hôtel de Ville.
Dernier petit effort.
Didier et Denis m'attendent sur la ligne. Photo !

94ème sur 229, 4h46'57" pour, au final, 44,9 km.
Satisfait mais un peu plus rapide que ce que je visais.
Espérons ne pas le payer dans deux semaines.

Photo
L'arrivée, c'est un ravitaillement, un bon sandwich (que je mangerai un peu plus tard), un chouette maillot aux couleurs de l'épreuve.
Le tirage au sort nous a désigné avec Denis pour gagner un pass d'une semaine dans un centre de fitness l'Orange Bleue) à Boufféré.
Pas de bol, nous, on est nantais.
Plutôt que de jeter ce lot à la poubelle, nous en ferons cadeau aux deux bénévoles qui nous remettrons notre sac à la consigne.

Ensuite, une navette nous ramènera au complexe Maxime Bossis où nous pourrons prendre une bonne douche.
Impeccable.
A l'image de cette course. Vraiment pas grand chose à reprocher aux organisateurs.
Pour une première édition, ce fût une belle réussite.
La ballade était belle. Du départ à l'arrivée, tout le monde était aux petits soins pour nous.
J'ai pris beaucoup de plaisir sur ce tracé en ce samedi après-midi.
Mille merci et félicitations à toute l'équipe organisatrice.

Maintenant, place à la récupération.
Québec et son marathon m'attendent dans deux petites semaines.

LienLe site des Runners de la DigueLien
Page 2 - Article N°436