Fondjede
Petit blog d'un coureur ordinaire
France16/04/2017Marathon de la Loire1ère édition à Saumur
France30/04/2017Marathon de NantesMon 8ème
Brésil18/06/2017Marathon de RioA nous le Brésil !
Mardi 28 Mars 2017Bas de page
  408 article(s)
Récits compétitions
Idx N°20820/12/2009 à 18:30 - Ecuillé : la photo
Partager
imprimer
Il y a huits jours déjà, je courais mon premier trail de nuit à Ecuillé.
Ce soir, sur le site de l'organisation, j'ai découvert une photo où j'apparaissais.
Photo prise lors de mon passage au château du Plessis-Bourré, le point d'orgue d'une course que je vous encourage à aller découvrir si un jour (ou peut-être une nuit ?) le trail de nuit vous démange les semelles.
Séduit par la course de nuit, j'ai même rechaussé (façon de parler) ma frontale jeudi dernier pour un mini trail matinal et nocturne. J'espérais un peu de neige... elle n'est arrivé que le lendemain CR

L'année tire à sa fin mais je vais déjà prendre un acompte sur 2010.
Demain, je démarre ma préparation pour le marathon de Séville.
La semaine prochaine, je vais aller chatouiller les côteaux chablisiens, manger un peu de dénivelé.
Dans huit semaines, j'y serai avec ma petite famille. Trop heureux de retrouver là-bas, Pconvert et sa Tortue, Patrice (le pote de Patrick), Toni (mon partenaire de course de Valence).
Seul manqueront à ce joyeux tableau mon Double et sa ML (que je n'ai pas appelé depuis trop longtemps, pas bien Fondjede CF ).

Voilà, en attendant le prochain article qui sera le traditionnel bilan de l'année, je vous souhaite de tout coeur à tous et tous vos proches de
superbes, joyeuses et tendres fêtes de fin d'année !

LienTémoignages et photos sur le site du trail d'EcuilléLien
Page 23 - Article N°188
Pompier22 le 21/12/2009 à 09:10
Salut Jean Claude,

Félicitation à toi pour ton 1er Trail nocturne, tu comprend mieux maintenant toute la magie de la nuit.

Je ne serais hélas pas présent aux 100km de Vendée, je suis vraiment désolé et espére que tu ne m'en tiendras pas rigeur mais mon année va étre accés sur le trail avec un trés gros objectif fin Août.

A bientôt l'ami et joyeuses fêtes de fin d'année à toi et toute ta petite famille.

A+
David
URéponse de fondjede le 21/12/2009 à 19:53
Comment t'en vouloir...
Nous aurons bien une autre occasion de nous rencontrer et j'imagine que ton projet pour le mois d'Août doit être grandiose.
Alors, pas question de t'en priver.
Faut savoir être égoïste de temps en temps. WK

symphorien le 22/12/2009 à 19:59
Tu es enfin prêt pour un vrai trail de nuit style Saintélyon!

Je suis partant pour le faire avec toi quand tu veux! TG

Récits compétitions
Idx N°20713/12/2009 à 22:52 - Ecuillé : baptême de nuit
Partager
imprimer
Quelle aventure !
Samedi, j'ai pris part à ma dernière compétition de l'année et, malgré tout, ce fût une première.

Nous étions un petit groupe de 14 coureurs, amis et membres de l'UFCPH, à partir direction Ecuillé, au nord d'Angers, en ce samedi 16h00 pour la première édition d'une bien belle épreuve : le trail nocture d'Ecuillé.
La pluie qui avait arrosé la région depuis des semaines avait enfin cessé, cédant le pas à un joli soleil et une température d'à peine 5°C.
Une heure vingt plus tard, à la nuit tombante, nous arrivions sur place, accueillis par un vent glacial.

Le temps de trottiner jusqu'au site de la course, assez éloigné du parking, et de retirer nos dossard (le N°132 pour moi), nous nous retrouvions déjà sur la ligne de départ, frontale allumée, transis de froid, pas vraiment eu le temps de s'échauffer.

Mon objectif sur cette course était avant tout de découvrir un nouveau style de course, de nuit, dans une nature inconnue. En manque d'entraînement depui plsu d'un mois et à une semaine du début de ma préparation pour le marathon de Séville, pas question de faire n'importe quoi.
Alors, à 18h15, au coup de feu, je démarrai doucement.

Nous quittons rapidement les rues d'Ecuillé, ses décorations de Noël et ses quelques spectateurs pour aborder les premiers chemins. Pas trop boueux, plutôt plats, idéal pour se mettre en jambe et s'habituer à ces nouvelles conditions de courses.
Au deuxième kilo, nous traversons un petit château sous les yeux des ses propriétaires puis abordons un bois.
A partir de là, les conditions changent ; le terrain devient inégal, la boue fait son apparition.
Premier manque d'attention, trop attentif aux coureurs situés devant moi, je shoote dans un bout de bois et, grace à de multiples accrobaties, réussis à ne pas m'étaler. j'ai eu chaud SH

Dans la nuit, à la queue leu-leu, sans paysage à observer, on se sent quand même un peu seul.
Sans points de repère, on ne voit pas arriver les difficultés.
Les talus et fossés qui jalonneront tout le parcours sont quant à eux bien signalés : des braseros et des bénévoles sont présents aux endroits délicats de même qu'à chaque fois que notre chemin croise une route.
De multiple pancartes fléchées et rubalises, nous guident dans la campagne.
J'allais oublier de vous dire que suis parti avec mon CamelBak : course en autosufficance oblige. C'est pas parce qu'il fait froid, qu'il ne faut pas boire. Et 21 kms dans ces conditions là, c'est long.

Heureusement que j'ai mon GPS. Il marquera chacun de mes kilomètres et ainsi me donnera quelques points de repère bien utiles pour gérer ma course. Moralement parlant, c'est un gros avantage.

Au 6ème km, je suis annoncé 195ème.
Comme je suis parti prudemment, je trouve assez facilement un rythme qui me convient.
Les passages dans les chemins creux en sous bois succèdent aux bourbiers en plein champs. Certains endroits sont tellement humides et boueux que des coureurs y laisseront leurs chaussures. J'assiste à de multiples chutes, manque à plusieurs reprises de m'étaler moi aussi.
Tout celà est éprouvant. Il faut rester ultra concentré et regarder à ses pieds en permanence.

Aux abords du 12ème, nous traversons un petit village. Ca fait du bien de revoir un peu de lumière, d'être encouragé par des spectateurs et surtout de courir sur du bitume.
Mais le plaisir est de courte durée et il nous retrouvons rapidement notre enfer volontaire.

De temps en temps, je me retourne pour voir la file de frontales qui me suis, prends plaisir à voir progresser devant moi cette farandole de leds blanches. C'est une impression vraiment unique et une ambiance trés spéciale.

A partir de ce moment, je vais commencer à doubler pas mal de monde. Beaucoup commencent à marcher dés la moindre côté. La fatigue commence à se faire sentir. Je me félicite d'être parti doucement car maintenant, j'accélère à chaque fois que le terrain est propice à une foulée plus longue.

Je descends un fossé à hauteur d'homme sur les mains, retombe au fond après une tentative manquée pour en ressortir. "Accroche-toi mon gars" me fait le bénévole qui signale la difficulté. Effectivement, je m'accroche à une innocente touffe d'herbe pour pouvoir me sortir de là, les gants plein de terre humide.

Les kilomètres défilent lentement. Moi aussi, je commence à sentir les effets de mon manque d'entraînement. Mais je tiens la cadence.

Au 17ème>, point d'orgue du parcours, apparait, totalement illuminé, le château du Plessis-Bourré. Ce magnifique édifice du XVème siécle, nous offre ses allées : c'est superbe. A ce moment, je regrette de n'avoir pas emporté mon appareil photo.

Le dernier tronçon est un vrai calvaire. Un champs de boue où, même marcher, est quasiment impossible. D'autre chutes à mes côtés. Je reste sur mes deux jambes au prix d'efforts incroyables.
Une dernière portion de bitume. Tout juste cent ou deux cents mètres.
Et déjà le portique d'arrivée.
Je sprinte histoire de laisser sur place un dernier coureur.
Je coupe mon chrono à 1h52'31.
Je suis bien émoussé tant moralement que physiquement.
Alors que je n'ai pas souffert du froid pendant la course, même quand le vent glacial se faisait sentir sur certaines parties à découvert, le simple fait de m'arrêter me fait grelotter.

Je suis le premier de mon groupe : pas de bol. Il faut que j'attende les autres.
Trop frigorifié, je ne les attendrais pas pour aller prendre le repas qui est offert : une bonne soupe aux légumes bien chaude, un sandwich, une pomme et un café.
En résumé, pour une première, cette course fût une belle réussite tant sur le plan de l'organisation (prix modique, accueil sympathique, sécurité, récompense et repas offert) que sur celle de l'épreuve elle-même, originale (trop chouette le Plessis-Bourré éclairé), dépaysante et terriblement sélective.

Finalement tout le monde arrivera à bon port et nous retournerons à la frontale jusqu'au parking pour nous changer avant de reprendre la route.

Je retrouve mon lit aprés une bonne douche à plus de minuit. Je suis claqué mais trés heureux.
J'ai découvert une nouvelle et belle façon de courir. Trés épuisante certes mais au combien gratifiante tant l'effort fourni est intense, les sensations décuplées.
Retrouver les amis, le goût de la compétition, quelques bonnes sensations, j'en avais bien besoin pour affronter le froid qui s'annonce pour le début de ma 21ème préparation marathon.

PS : les résultats viennent de tomber. Je termine 124ème sur 357. Ce qui confirme ma belle progression en fin de course.
Les photos arriveront dans la semaine. Peut-être un petit cliché à vous montrer...

LienSite du trail d'EcuilléLien
Page 23 - Article N°187
bobosse44 le 14/12/2009 à 01:14
Belle première expérience ! Bravo à toi. Malgré ce froid et cette boue tu sembles avoir pris plaisir dans cet effort : tu comprends aisément maintenant qu'avec une bonne météo, courir la nuit est véritablement magique. Bonne récup et bon démarrage de ta prépa ibérique.
symphorien le 14/12/2009 à 22:32
La nuit tous les coureurs (pardon chats!) sont gris mais c'est tellement beau et différents de courir la nuit qu'il faut vraiment le faire régulièrement pour être à l'aise.
La Saintélyon se rapproche, 2010? SM
Oliv le 17/12/2009 à 23:00
Salut JC, c'est chouette l'ambiance d'un trail nocturne où l'on n'est pas 10 000 à se suivre: tout seul ou à 2 ou 3 dans la nuit noire, j'ai eu l'occasion de le vivre c'est superbe, et très épuisant car on est très concentré sur ce qu'on fait pour ne pas de casser la g... ou se perdre. J'en referai certainement d'autres, c'est "magique".
jack le 19/12/2009 à 19:44
Magnifique ton reportage, on a l'impression d'y être ! Félicitations à toi JC pour ta 1ère nocturne et si cela te tente, ce sera après Séville, il y en une autre dans le vignoble (samedi 27 février). Bonnes fêtes de fin d'année et ... pas trop d'excès EL

Equipement
Idx N°20609/12/2009 à 13:00 - Frontale : le test
Partager
imprimer
Le trail d'Ecuillé approche à grands pas.
Samedi à 18h05, je participerai donc à mon premier trail de nuit : 21 kilomètres, des chemins, de l'eau, de la boue, pas de ravitaillement, le site de l'organisation ne cache pas les ingrédients de cette première édition.

Il y a quelques semaines, j'avais donc fait l'acquisition d'une lampe frontale (Geonaute LF300). Je pensais faire un test grandeur nature en compagnie de mes copains de club lors d'une sortie de nuit programmée courant novembre. Hélas, une bactérie hostile, s'y est opposée.

Ce matin, J-3, il fallait absolument que je fasse un essai.
Départ à 7h10, pour un parcours inédit au vu de la nuit noire et humide qui m'attendait et d'une destination moins alléchante : mon boulot. Tout juste 6 minutes de bitume et me voilà face à ma première portion de chemin... dans le noir absolu : même pas peur SH
Pour démarrer, j'ai décidé de mettre ma frontale par dessus ma casquette (faut se faire à l'idée, dans la région, depuis quelques semaines, il pleut un peu beaucoup).
Les leds de ma frontale diffusent une lumière très blanche : j'évolue dans un décor en noir et blanc. La luminosité est grandement suffisante, je vois vraiment bien le sol et ses aspérités.
Je règle la portée de mon éclairage : pas trop loin car ce qui est crucial c'est de voir où je pose mes pieds.
De temps en temps, je butte sur un caillou, une racine, je ne peux que constater que je n'ai pas su voir une plaque de boue, une flaque d'eau : il me faut m'habituer à ces nouvelles conditions de course. Alors, je cours assez lentement.
Courir seul, dans l'obscurité, sous la pluie, sur des chemins détrempés, ça fait bizarre au début.
Tout scintille, les feuilles, l'herbe, les pierres, les yeux de ce lapin qui croise ma route en se demandant bien jusqu'où iront ces humains pour lui pourrir sa tranquillité. La pluie et les volutes de ma respiration, mises en relief par mon phare portatif, brouillent un peu ma vision déjà limitée du paysage.

Le silence...

Finalement, malgré des conditions pas terribles, je me surprends à apprécier l'exercice.
Ces chemins que je ne sillonnait jusque là que de jour, je ne les reconnais plus, je les redécouvre.
La frontale par dessus la casquette : pas une bonne idée. Régulièrement, je dois la remettre en place. Au bout de 3 kilomètres, j'inverse les accessoires : casquette par dessus la frontale. De nouveau un petit réglage de portée et c'est reparti.
Configuration bien plus stable et confortable EL

Je retrouverai les lumières de la ville après 36 minutes de ces conditions naturelles sous ma lumière artificielle.
Presque à regret. J'étais bien tout seul sur mes chemins DD

Mon test a donc été très positif et instructif.
Il m'a initié à une autre façon de vivre la course à pied.
Vivement samedi !

LienSite du Trail d'EcuilléLien
Page 23 - Article N°186
symphorien le 10/12/2009 à 23:40
Tu vois que c'est génial, non?
Allez encore un petit effort et tu fais la Saintélyon avec moi SM

News
Idx N°20515/11/2009 à 16:24 - 100 kms en passant par Vienne
Partager
imprimer
Il est bien le titre de mon article, non ?
Et vous vous demandez, comment en partant de Nantes on peut faire 100 bornes en passant par Vienne.
J'en conviens, ça mérite quelques explications GR

Treize jours, treize longs jours sans courir, pour un addict comme moi, ça ne peut que laisser de lourdes séquelles.
Mon infection commence à céder sous le coup des antibiotiques mais pendant presque dix jours elle à transformée ma jambe droite en gros poteau rouge et douloureux, me scotchant irrémédiablement à la maison.
Guitare et informatique ont comblés mes temps creux sans pour autant combler mon manque de course à pied.
Alors, j'ai craqué. CR

Pour commencer, j'ai transformé mon projet de participation au marathon de Vienne en réalité.
L'inscription est faite. J'aurai le dossard numéro 3151.
Le séjour est organisé : un appartement au coeur de la ville et 4 billets d'avion Air France propulseront la famille Fondjede en Autriche pour les vacances de Pâques.
J'en ai également profité pour initialiser le journal qui va bien : il est ici.
Ca défoule !

Nantes - Vienne, c'est un peu plus de 1 400 kilomètres.
Rien à voir avec 100 ridicules milliers de mètres....
Que nenni, un autre projet s'est depuis quelques mois insinué dans mon crâne. Celui de boucler un 100 kilomètres.
J'ai donc, malgrés les anti-inflammatoires ou grace à eux allez savoir, jeté mon dévolu sur Chavagnes en Paillers et son championnat de France de la spécialité en Vendée.
Vienne, à quatre semaines de l'événement, ne sera qu'une longue sortie à boucler en plus de quatre heures.
Une valse lente.

Vous l'aurez compris, l'inactivité, ça m'agace mais ça ne fait que décupler mes envies.
Alors, ce matin, quand j'ai rechaussé mes baskets pour un footing de reprise, malgré des jambes en plomb, un genou encore un peu sensible... c'était le bonheur BL

LienLe journal viennoisLien
Page 23 - Article N°185
Jack le 15/11/2009 à 19:34
Sacré JC ! Des bobos ... et derrière un nouveau grand projet ! Mais ou s'arrêtera-t-il ce JC ? un Ultra-trail comme celui du Mont-blanc ?
Allez, bonne reprise à toi et ne te blesse plus ou ne choppe rien sinon tu vas nous faire le tour de france ou d'Europe à pieds ! WK
symphorien le 18/11/2009 à 17:33
Pour un peu on aura le même programme en 2010, mais seulement si...je m'explique :

Si financièrement je ne peux pas faire Boston (tout n'est pas encore réglé comme je veux!) ce sera Vienne WK

Pour Chavagnes, on en a déjà parlé et si je ne fais pas la Cro-Magnon (il n'est pas du tout sûr qu'elle est lieue, ce sera Chavagnes, alors pourquoi pas se retrouver sur les 2 épreuves, mais seulement si... TG
URéponse de fondjede le 21/11/2009 à 09:16
J'ai pris contact avec les organisateurs de Boston.
C'est Ok, ta candidature est rejetée.
J'ai également fait le nécessaire pour faire annuler la Cro-Magnon.

Voilà, t'es libre pour Vienne et Chavagnes MC


News
Idx N°20405/11/2009 à 16:56 - J'aurai ta peau !
Partager
imprimer
C'est ce que s'est dit une méchante bactérie en s'attaquant à ma jambe droite ST
Tout a commencé mardi par une petite douleur sous le genou accompagnée d'un poussée de fièvre en soirée. Je n'ai alors pas associé les deux symptômes, penchant plutôt pour un épisode grippal.
Mercredi, mollet et genou avaient sérieusement gonflé. En plus de la fièvre, une douleur désagréable est apparue. Quasiment impossible de poser le pied au sol et de plier la jambe.
La visite chez le médecin s'est donc imposée.
Diagnostic : érésipèle, que je vulgariserai par belle infection cutanée.
Ca se soigne donc rien de grave.
Mais deux semaines sans activité sportive, purée, ça va être long SH

Au chapître sportif tout de même, avec mon club, nous avons en projet un trail de nuit à Ecuillé (49) le 12 décembre.
21 Km départ 17h30 : une expérience nouvelle pour moi.
Il me faudra juste faire gaffe à ne pas m'abîmer quelquechose à la veille d'attaquer ma préparation pour le marathon de Séville.
Par conséquent, un objectif crucial : voir clair SG
J'ai donc fait l'acquisition d'une lampe frontale chez Decathlon samedi dernier.
Le modèle Geonaute LF300 que j'ai choisi m'a l'air bien.
Testé dans le noir intégral de... ma chambre à coucher (on ne rigole pas)... j'ai été surpris pas la puissance de ses leds.
Restera à tester en grandeur nature...

En attendant, je vais consacrer mon repos forcé à des investigations pour le marathon de Vienne du 18 Avril 2010.
Faut bien que je compense, non !

LienSite du trail d'EcuilléLien
Page 23 - Article N°184
Pompier22 le 05/11/2009 à 18:09
Salut Jean Claude,

Prend soins de toi et repose toi pour étre en forme pour ton début de saison 2010

A bientôt

David
bobosse44 le 06/11/2009 à 01:14
Où est-ce que tu as encore été attrapé ça ?
Enfin, moi, je dis ça, je dis rien.
Allez, bon courage pour ton rétablissement. Une petite pause et tu repartiras de plus belle.
symphorien le 18/11/2009 à 17:28
Soignes bien cette saloperie car c'est toujours un peu vicieux ce truc!

Catherine en a eu un aussi et elle a été plutôt emm..... avec CR

Vidéos
Idx N°20327/10/2009 à 21:51 - Helsinki : diplome et vidéo Fait marquant N°203
Partager
imprimer
Hier, une bougie de plus est venue éclairer le fondant au chocolat que m'avait amoureusement préparé Isabelle.
Gaël m'avait préparé un très rock'n roll "Happy birthday to you" sur sa belle guitare électrique.
Le facteur avait déposé dans ma boîte aux lettres un courrier en provenance d'Helsinki. Outre une réduction pour le marathon version 2010, l'enveloppe contenait un joli diplôme attestant de ma participation à l'événement 2009.
Je suis tout fier de l'exhiber ce soir BL

Comme une bonne chose en accompagne toujours une autre, je viens tout juste de mettre en ligne ma dernière création.
Il m'aura fallu prés de 2 mois et demi pour produire cette vidéo made in Finland. La faute à un emploi du temps un peu top ventru.

Voilà qui met fin au chapitre finnois.

J'ouvre maintenant officiellement la voie à l'Andalousie : Séville sera - si vous ne le saviez point encore - ma prochaine destination marathon.
Je vais également débuter mes recherches pour organiser mon séjour familial à Vienne à l'occasion du marathon du 18 Avril 2010.

L'est pas belle la vie ?


LienLa totale : préparation, récit, photos et vidéoLien
Page 23 - Article N°183
symphorien le 29/10/2009 à 21:02
Encore une fois, on s'y croirais, bravo pour l'ambiance!

Je note aussi que tu as fait de gros progrès en guitare pour la musique d'accompagnement SM
URéponse de fondjede le 29/10/2009 à 21:15
Un accompagnement de ouf !
Toi aussi t'as remarqué MC

le double le 02/11/2009 à 17:49
merci pour la dédicace,
En janvier je vais savoir si je serai un jour acteur dans tes films, sinon je serai ogligé de t'envoyer un de mes envoyés spéciaux (huïïïïhuïï.......)
On ne vous voit pas en pose kékés.
biz à vous quatre.

Récits compétitions
Idx N°20225/10/2009 à 17:50 - Trail Urbain Nantais : panne de vitesse
Partager
imprimer
Le brouillard matinal annonçait bien une accalmie côté météo ce matin. Après le déluge de la journée de samedi, douceur et soleil auront fini par baigner cette matinée placée sous le signe du Trail Urbain Nantais, événement incontournable chaque fin de saison.

J'avais pour cette occasion pris rendez-vous avec Thierry et David (alias Bobosse44 et Pompier22 sur CLM) devant la mairie de Chantenay à 9h40.
Arrivé un peu plus tôt, j'avais déjà agraffé sur mon maillot mon dossard.
C'est donc avec le matricule 297 que je posais avec mes compagnons ci-dessus cités et respectivement référencés 114 et 220.
9h45 déjà. Tout juste le temps d'un petit échauffement en compagnie de Yolande et Cécile, copines de club et je file me placer en tête de peloton.
Non pas que je brigue un podium mais, connaissant déjà le profil de la course, je sais que pour éviter les bouchons aux divers rétrécissements du parcours, il faut faire l'effort de partir... devant. CF

10h00, près de 800 coureurs s'élancent à l'assaut des difficultés du jour. Et croyez-moi, des difficultés, il y en a tout le long du tracé. Grimper, récupérer, relancer, grimper, récupérer, relancer... c'est le tempo du jour. Bitume, prairie, pavés, marches, tout y passe. Pas facile, facile.

Je pars donc comme une bombe : pas le choix, j'suis d'vant.
Je note un 3'36" sur le premier kilo puis 3'59", 4'01", 4'12".
Bien trop rapide pour moi mais l'objectif est atteint : j'ai évité les bouchons.
Je peux lever le pied. D'autant plus qu'arrivent les premiers dénivelés de la butte Saint-Anne.
Je me fais doubler par pas mal de coureurs. Ma vraie course commence.

Je fais ce que je peux avec les moyens du jour.
Un peu à l'image de mes dernières prestations, je plafonne.
Pas de méforme, pas de souffrance mais pas moyen d'élever le rythme.
Deux mois maintenant que j'ai levé le pied, réduit le nombre de mes sorties, les distances parcourues, abandonné les fractionnés dignes de ce nom : ben voilà ce que ça donne! SH
J'ai beau me dire que c'est volontaire et que j'avais besoin de faire souffler la mécanique, j'ai un peu de mal à me résigner...

Le premier tour passe plutôt bien. la prairie n'est pas aussi boueuse que je pensais. Les escaliers, dégagés de toute feuille, ne sont pas trop glissants. Je fais quand même gaffe à chaque pas : c'est mouillé donc ça peu glisser, surtour dans les virages un peu serrés.
Il y a des secouristes aux endroits stratégiques. Les moindres aspérités sont marquées à la peinture jaune fluo : top du top cette organisation. Comme d'hab GH

J'avale une deuxième fois la butte (un peu plus rapidement que la première). Les spectateurs sont toujours là en nombre pour vous aider à manger les 120 marches qui vont font pointer au sommet, à deux pas du musée Jules Verne.
Un peu plus loin, je verrai Thierry assis, les deux mains en train de masser un mollet que je devine (tristement) abîmé.
Je me ferai un petit plaisir dans la montée finale (4'10" au km) pour couper mon chrono à 59'08".
Pas royal pour un peu plus de 13 bornes mais, au moins, j'ai fini en dessous de l'heure et pas du tout explosé. C'est déjà ça.
Pas de résultat officiel à l'heure où j'écris ces quelques lignes : je complèterai dans la soirée.

Je retrouve David et Thierry qui, à huit jours de son marathon de New-York, garde ce sourire qui le caractérise.
Thierry, j'espère que ce n'est pas trop grave et que tu pourras me montrer de belles photos de ton escapade au fil des 5 quartiers de la grosse pomme. SD
David, j'ai bien pris note du rendez-vous pour le mois de mai 2010... j'aurai besoin de soutien . Je compte sur toi.

Un tonne d'amis, de connaissances, de collègues sont là. Je passe un temps fou à discuter avec tout le monde, le soleil aidant. Sûrement la meilleure récompense après cette débauche d'efforts que de retrouver tout ce beau monde qui éclaire chacune de mes compétitions. Merci à tous.

Etait-ce ma dernière course de l'année ? Je n'ose y croire. DD
J'ai quand même dans ma musette un projet de trail de nuit le 12 décembre avec les copains de mon club. 21 kilomètres, frontale vissée sur le crâne, c'est une expérience qui me tente. On verra.

En attendant, dans les jours à venir, je vais - enfin - dévoiler à Le Monde Entier ma dernière production vidéo.
Ben oui, je n'avais pas trop trouvé le temps de faire le montage de ma vidéo sur le marathon d'Helsinki.
C'est fait.
Encore quelques petit détails à peaufiner. Patience.

PS : 21h20, résultats officiels, 59'09" et 110ème / 713

LienSite du MSCLien
Page 23 - Article N°182
bobosse44 le 25/10/2009 à 18:18
Que de belles occasions de courir dans la région depuis un mois entre la Gournerie, les foulées nantaises et ce trail. 3 parcours très différents et qui apportent toujours beaucoup de plaisir EB. Sympa de te retrouver et de faire la connaissance de David. Déception pour mon mollet bien sûr DD, mais, même si je ne peux courir dimanche prochain, il faut savoir relativiser et accepter ce que notre corps nous dit EL. Etre passé sous les 1h reste une belle performance sur ce parcours. Bravo à toi GH . Bon montage vidéo et bonne préparation pour ta saison prochaine
le double le 26/10/2009 à 09:17
Il était une fois cela fait quelques années naissait dans l'Yonne un chérubin. Que de chemin parcouru avant de devenir un kéké de Nantes. Bon anniversaire mon kéké de double.
URéponse de Pompier22 le 26/10/2009 à 18:45
Bon anniversaire Jean Claude. Tu nous avait caché cela hier EL
URéponse de fondjede le 26/10/2009 à 21:43
Bon, ce n'était pas le sujet de l'article CR

Mais puisque vous insistez (lourdement), ben, ça me fait bien plaisir de vous lire.
Mille fois merci LO

Pompier22 le 26/10/2009 à 18:49
Salut Jean Claude,

Tu avais raison c'est une épreuve originale et sympa. Bravo pour ton joli chrono sous les 1h qui me laisse réveur.
Heureux de t'avoir revu deux ans aprés notre premiére rencontre avant tant de chemin parcouru

A plus en mai 2010 WK
URéponse de symphorien le 26/10/2009 à 22:47
Panne de vitesse en 59' sur un parcours que tu décris comme très vallonné ce n'est quand même pas mal surtout quand on voit que tu as un an de plus aujourd'hui SM

Re Bon Anniversaire...avec les grenouilles WK


News
Idx N°20112/10/2009 à 21:44 - Foulées Nantaises : impression confirmée
Partager
imprimer
Ce matin dans ma messagerie professionnelle, je trouvais un message de Ian, collègue, ami, coureur et multi marathonien. Message accompagné d'un belle photo prise aux alentours du 10ème kilomètre.
Je ne pouvais pas ne pas lui faire honneur (à la photo comme à son auteur).
Pour une fois, je n'ai pas la mine trop déconfite. Ce qui confirme que la fin de cette belle course à été bien plus facile pour moi que son début.

Hier soir, je ne ressentais pas de grosse fatigue.
Impression confirmée ce soir lors de mon petit décrassage.
Certes, mes jambes étaient un peu fourbues par l'effort de la veille.
Mais finalement, pas tant que ça. Et mon cardio ne s'est pas envolé.
La forme revient... SG
Page 23 - Article N°181
symphorien le 13/10/2009 à 21:52
Trop facile le JC SM
jack le 14/10/2009 à 09:59
Sympa la photo, quel beau champion !!!
Bravo à toi pour dimanche dernier, je t'ai cherché à l'arrivée mais point de JC... DD , peut -être au trail urbain dans 15 jours car je sais que tu l'affectionnes mais ce n'est pas du tout sûr pour ma part. Bye Bye
le double le 15/10/2009 à 11:28
En vélo on dit "avoir les mains en haut du guidon ou sur les cocottes de frein"
Comment pourrait on dire en CàP "courir en pantoufle" ou "aller cueillir des champignons"
J.F 37 le 25/10/2009 à 11:08
que vous souhaiter d' autre pour l'année à venir que de très nombreux dossards à accrocher à votre maillot,car si je me souviens bien c'est votre anniversaire demain 26 octobre!.....alors happy birthday to you!...
URéponse de fondjede le 25/10/2009 à 15:43
Whaou !
Je suis trés touché par cette pensée et vous en remercie du fond du coeur.
Outre tous les dosards accrochés à mon maillot, mon bonheur serait complet si mon Double pouvait en faire de même.
Ce n'est pas son anniv mais c'est tout ce que je nous souhaite à tous les deux.
Merci encore.


Récits compétitions
Idx N°20011/10/2009 à 19:56 - Foulées Nantaises : du mieux possible
Partager
imprimer
Sauf en cas de marathon trop proche, elles sont traditionnellement inscrites à mon agenda.
Pour le 30ème anniversaire de l'association du même nom, les Foulées Nantaises, nous offraient cette année un parcours de plus de 14 Km au coeur de la ville.
Et je dois dire que ce parcours, loin d'être facile, facile, était vraiment superbe, nous promenant au travers de divers quartiers sympathiques du centre, pavés inclus.

13h30, je garais donc mon auto à proximité de mon lieu de travail, empruntais la passerelle qui enjambe la Loire pour rejoindre l'Ile Gloriette, point de départ de la course à 15h00.
Mon premier brin de causette du jour sera pour Jean-Luc et Marie-Annick qui nous avaient accompagnés à New-York en 2002... 7 ans déjà !
Je ferai un échauffement léger avec un collègue rencontré chemin faisant. A l'image de mes dernieres sensations de course, mes jambes ne semblent pas vouloir courir aujourd'hui non plus. C'est raide tout ça. Et pourtant, j'ai considérableemnt levé le pied cette semaine. Ca sent le fatigue de fin de saison tout ça SH

L'aire de départ est longue et étroite. J'y stationnerai 30 minutes à l'avance pour ne pas me retrouver plongé dans les profondeurs et éviter un départ trop lent du fait de l'affluence du jour : plus de 5 000 participants.

Le temps est maussade mais la pluie annoncée ne semble pas vouloir faire son apparition. La température, douce, est idéale.

15h06, c'est parti direction l'Ile de Nantes que nous allons silloner jusqu'au 5ème km pour attaquer cette butte st-Anne dont je vous ai déjà parlé à plusierus reprises, que j'arpente régulièrement lors de mes entraînements et retrouverai dans deux semaines pour le Trail Urbain Nantais.
Je n'ai déclenché mon chrono que sur la ligne de départ pour avoir mon temps réel au final et, tout au long de la course, le rythme exact founi par ma Garmin.
Jusque-là, le rythme en question est assez correct même si j'ai des craintes quant à ma capacité à le maintenir jusqu'au bout : entre 4'06" et 4'13" au kilo, ça ne va pas durer

Jack me double à ce moment et file attaquer la célèbre côte. Moi, je sais que mes moyens sont limités alors je ne tente pas de le diable.
Bien m'en a pris car cette première ascension passe mal. J'ai des cuisses réfractaires et, malgré les encouragements de Renaud, perché bien haut sur un muret, je grimpe lentement et avec peine. Prés de 5 minutes pour me faire le 6ème kilo, c'est pas fait pour me donner confiance.
Les kilomètres suivants ne feront que confirmer cette impression.
Cependant, ils passent assez vite car la foule est massivement venue supporter les coureurs. Il y a des spectateurs massés partout : ça me booste un peu quand même. De toute façon, j'ai décidé de ne pas lacher le morceau et de donner tout ce que j'ai à ma portée.
Donc mon rytme ne s'écroule pas trop et, avec les kilos qui défilent, je me dis que moins d'une heure ça peut encore être réalisable mais qu'il va falloir accélérer à un moment ou un autre.

Tout commence par la côte des Dervallières, rue de la Bastille, à proximité du parc de Procé, que j'avale sans trop souffrir. Idem pour la remontée vers Dobrée et la portion pavée proche du boulevard Guist'Hau. C'est pourtant là qu'Eric, copain de club, en profite pour me laisser sur place.

Les deux dernier kilos ne seront qu'une formalité. Accroché à mon espoir de faire moins d'une heure, je me donne à fond. Il y a maintenant un max de monde pour nous encourager : ça tombe à pic.

C'est les yeux rivés sur ma Garmin que j'aborde le final sur le cours des 50 Otages. 3'50" puis 3'52" sur mes deux derniers kilomètres, je coupe mon chrono à... 59'54".
14,3 Km/h, ça faisait un bail que je n'avais pas tenu une telle cadence. Ce résultat de redonne du baume au coeur aprés une série de compétitions sans grandes satisfactions de ce côté là.
Le bilan du jour est donc ultra positif : un bon temps, un parcours superbe, une météo idéale, une belle ambiance, que demander de plus ?
Ben, la même chose pour 2010 pardi MC

Maintenant, rendez-vous dans deux semaines pour une de mes courses préférées, le Trails Urbain Nantais.

PS : 20h10, les résultats viennent de tomber. Je termine 455ème sur 5898 arrivants (un record de participation) avec un chrono officiel de 1h00'28" (surplus par rapport à mon temps réel dû au délai nécessaire au franchissment de la ligne de départ et au fait que le temps n'est relevé que quelques instants aprés la ligne).

LienSite des Foulées NantaisesLien
Page 23 - Article N°180
bobosse44 le 12/10/2009 à 08:35
Fatigue de fin de saison, jambes raides, cuisses réfractaires...et tu finis en moins d'1h sur ce parcours superbe mais piégeant ! Chapeau mon JC GH .
J'ai regretté de ne pas t'avoir croisé : trop de monde! Belle course pour moi (à mon niveau) en 1h11'50'' à mon Garmin. RDV dans 2 semaines sur le Trail Urbain où je risque encore de ne voir que tes semelles SH
URéponse de fondjede le 12/10/2009 à 22:04
Moi aussi, je t'ai cherché. Un grand gaillard comme toi, je pensais que ça ne pouvait pas passer inaperçu DD

On a une belle photo à faire avec Pompier22 dans quinze jours.
RDV devant la mairie de Chantenay comme l'année dernière.

symphorien le 12/10/2009 à 20:12
Continues à avoir de mauvaises sensations comme çà et tu vas exploser tous tes records!!! SM
URéponse de fondjede le 12/10/2009 à 22:05
Oh toi, n'en rajoute pas...

... sinon je te renvoie faire un 100 bornes, non mais des fois CR

le double le 12/10/2009 à 21:29
Super kéké, bravo le kéké de double.
biz aux 4 kékés
signé : le double qui a couru 2.5km plus que 40km
URéponse de fondjede le 12/10/2009 à 22:01
Tu rigoles : plus que 39,695 Km
Ben oui, je sais compter et 39,695 = 42,195 - 2,5 CQFD MC
(J'ai vérifié 2 fois l'opération pour pas qu'on se moque)

Moi, j'y crois...
URéponse de symphorien le 13/10/2009 à 21:53
Bravo mon goëlan, surtout ne lâches rien WK
URéponse de le double le 15/10/2009 à 11:18
je vois qu'il y a une symphonie de kéké.
Alors soyons précis : J'ai fait 2.76km ===> 42.195-2.76= 39.435


Récits compétitions
Idx N°19904/10/2009 à 16:17 - Course nature des 2 clochers
Partager
imprimer
Cette course n'était pas planifiée.
C'est sur la proposition d'un collègue (Marc pour le citer) que j'ai décidé cette semaine de m'y aligner... pour la bonne cause.

La course nature des 2 clochers n'est pas une vraie compétition au sens officiel du terme mais plutôt une belle ballade au coeur de la campagne vignolaise au profit de la lutte contre la mucoviscidose.
Pas de frais d'engagement, chacun donne ce qu'il veut pour y participer sachant que l'intégralité de l'argent récolté sera reversé pour la lutte contre cette maladie.

Vigneux de Bretagne, c'est à 18 km de chez moi. Arrivé là-bas vers 9h00, je m'inscris à la course de 14km et retourne attendre un peu dans ma voiture car, il faut le dire, ce matin, il fait plus que frais.
Pas de pluie en vue, c'est déjà ça.
Quelques intants plus tard, je retrouve Marc, mon collègue ainsi que Christian, un 'ancien' collègue qui fait partie du club local.
Un peu comme mon Double, Christian a fait un infarctus il y a quelques années. Ca me refait toujours plaisir de le voir gambader baskets aux pieds. Comme quoi, faut y croire SD

Un petit échauffement et à 10h00, le peloton se lance à l'assaut d'un parcours pas facile, facile.

Course sans enjeu car aucun classement ne sera produit. Nous ne portons pas de dossard mais un simple chasuble blanc affichant notre participation aux Virades de l'Espoir.
Pas de départ en trombe comme il est tradition de le voir dans les compétitions.
Mon objectif du jour est simplement de faire un 'gros' fractionné sans trop puiser dans mes réserves car, dimanche prochain, je dois participer aux Foulées Nantaises.
Même sans partir trés vite, je me retrouve vite aux avant-postes, ce qui me déstabilise un peu. Je laisse donc partir un petit groupe qui semble vouloir attaquer.
Et là, je me retrouve tout seul. Ca me dérange pas mal car je comptais bien faire la course accroché à un peloton.

Vers le 3ème, je décide de ralentir franchement pour me laisser rattraper par mes pousuivants directs.
Jonction donc au 4ème km : je vais jouer la sangsue jusqu'au bout MC
Dans ce groupe, il y a Christian ainsi que.. la première féminine.
S'il y a un point commun entre toutes mes courses locales 2009, c'est bien celui-là : je traîne toujours avec la première féminine à un moment ou un autre.
Ca ne va pas durer trés longtemps car malheureusement, elle va vite décrocher.

Il faut dire que le parcours est assez éxigent : trés peu de bitume et beaucoup de chemins souvent en sous-bois.
Des cailloux, des racines, des ornières, des sols trés meubles, parfois humides, dans l'ensemble, il a fallu rester trés attentif au terrain pour ne pas se tordre une cheville.
Ajoutez à tout celà, pas mal de belles grimpettes et relances en tous genres et vous tenez le prototype idéal de la course nature.
Trés plaisant en tout cas, car je ne me suis pas ennuyé.

Côté physique, le fait d'avoir lâché prise, m'a un peu coupé les pattes. Je n'ai pas vraiment la volonté de m'arracher et ça se ressent sur mon rythme que je sens petit à petit baisser. Mais bon, ce n'était pas le jour à faire péter les scores alors que diable, profitons.

Nous rattrapons les marcheurs partis une heure avant nous.
Au 2ème ravitaillement, je prends le temps de me rafraîchir et mes camarades en profitent pour mettre quelques dizaines de métres dans la vue.
Je ne ferai pas l'effort de les rattraper et terminerai ma route en les gardant en point de mire.

Je bouclerai mes 14,5 km en un peu moins de 1h10' satisfait d'avoir participé à cette belle initiative plutôt que d'aller arpenter seul la campagne herblinoise.

Maintenant, rendez-vous dimanche prochain pour une distance similaire au coeur de la cité nantaise... entouré par au moins 3 000 coureurs pour le plus gros événement course à pied du département.
Page 23 - Article N°179
symphorien le 04/10/2009 à 22:08
Comme quoi, il existe autre chose que la compétition dans le sport, bravo pour ta démarche!!!