Fondjede
Petit blog d'un coureur ordinaire
France16/04/2017Marathon de la Loire1ère édition à Saumur
France30/04/2017Marathon de NantesMon 8ème
Brésil18/06/2017Marathon de RioA nous le Brésil !
Mardi 28 Mars 2017Bas de page
  408 article(s)
Récits compétitions
Idx N°10628/10/2007 à 15:32 - Trail Urbain Nantais
Partager
imprimer
Déjà à mi-parcours de ma préparation pour le marathon de La Rochelle. Mon plan préconise en cette circonstance un semi mais faute de telle compétition dans la région, je me suis présenté ce matin pour la 2ème fois sur la ligne de départ de ce trail dit 'urbain'.
Pas un choix par défaut, certainement pas car cette course, franchement difficile, est certainement l'une des plus originales qui existe. Un peu plus longue qu'il y a deux ans et aussi, un peu plus de marches encore, faut pas bouder ses plaisirs là. Car outre un parcours trés riches en côtes et relances diverses, il faut enchaîner à deux reprises plusieurs séries d'escaliers dont les fameuses 121 marches de la Butte Sainte-Anne.
Météo nuageuse et température très fraîche ce matin, plus de vingt minutes d'échauffements seront nécessaires avant de pouvoir quitter les manches longues. Le plaisir également de retrouver Luc (coureur du CAC et éducateur sportif, avec qui j'ai sympathisé au travers de ce site), chaussures aux pieds, sourire aux lèvres, heureux de retrouver les sensations de la course après quelques moments difficiles.
Le gratin de l'UFCPH est également au rendez-vous : mon objectif, coller aux basques de Dédé et Eric le plus longtemps possible sachant pertinemment qu'ils me laisseront en plan sur la fin.
Pour une fois, je me place en début de peloton même sachant que ça va partir à 200 à l'heure car il faudra éviter les bouchons inhérents aux divers rétrecissements qui nous attendent : escaliers, ruelles et sentiers du quartier de Chantenay.
10h00, c'est parti. Comme aux Foulées du Tram il y a deux semaines, pas de repères kilométriques : il me faudra donc, outre tenir le rythme des vedettes de l'UF, courir aux sensations.
Rapide mais pas trop, le ryhtme me convient, pas de bouchon et avec Luc (un autre, celui-là copain de club), quatres maillots de l'UFCPH arpentent unis les premières difficultés du tracé. Une mamie nous encourage en chantant "3 kilomètres à pied, ça use, ça use...".
Cuisses en feu après la première série de marches, cuisses en feu après la deuxième, y'a pas de raison ! Mais à chaque fois, il me faut peu de temps pour récupérer et retrouver mon ryhtme.
Fin du premier tour, André nous coache, nous disant de récupérer là où je suis presque au max pour rester à son niveau. C'est ça l'humour ?
Eric et Luc passent derrière et ne resteront pas à nos côtés pour la deuxième boucle.
A un ravitaillement, je m'arrête pour saisir un gobelet mais André saisit un verre et boit en courant : ça, je ne sais pas faire. Je cède mes premières dizaines de mètres et décide de ne pas faire l'effort de revenir car déjà trés proches de mes limites.
Ceci dit, j'avance bien, ne vois pas les kilomètres défiler : faut dire que le parcours est varié, plein de relances, de petits parcs, de venelles étroites, de virages à angle droit, de montées, d'escaliers vertigineux, de descentes pour récupérer, sans oublier les bords de Loire, époustoufflant.
Dans un tronçon caillouteux, la cheville plie mais ne rompt point ; petite douleur passagère. Je continue espérant que ça va passer sans se dégrader. Ca passera, tant mieux !
Leit motiv, André restera toujours quelques dizaines de mètres devant. Je ne cède pas trop de terrain, suis quand même doublé par quelques uns qui finissent un peu plus frais que moi.
Nouvelles séries de marches, punaise, que c'est dur mais après toujours ce rythme qui revient.
Toujours autant de spectateurs dans ces zones ardues là où les organismes souffrent, là où le nombre de battements de coeur à la minute ferait s'affoler tous les cardiologues de la terre.
Déjà la dernière longue côte qui mène au portique d'arrivée.
Un coureur de l'ESCO tente de me faire la gratte mais je ne suis pas décidé à plier et trouve l'énergie d'accélérer pour finir devant.
Je boucle finalement mes 13,9 km en 56'26" (64ème/697 et près de 14,8 Km/h de moyenne). Bien qu'un peu HS juste après avoir franchit la ligne, je récupèrerai vite et me dépêcherai de me couvrir. Il fait bien frais et tant d'efforts m'ont fait mouiller le maillot : je suis trempé, très satisfait mais trempé.
Voilà, dernière course au programme avant le marathon. Je vais maintenant entâmer les longues sorties de ma préparation.
J'aurai également une pensée dimanche prochain pour Symphorien qui se jettera à l'assaut de la grosse pomme : ce marathon mythique que je lui souhaite haut en couleur et fort en émotions. Go Philippe, GO !!
LienSite du MSC organisateur du trailLien
Page 33 - Article N°88
rinox le 28/10/2007 à 17:58
Chapeau JC ! Très impressionnant de facilité à l'arrivée. Merci d'avoir participé à notre trail cette année et résultat très prometteur pour la Rochelle. Pour moi, 10 jours d'arrêt après une angine donc je verrais sans doute mes ambitions à la baisse. Récupère bien et tu amélioreras ton meilleur temps sur marathon dans quelques jours..... si tu es suffisamment audacieux..... sans vouloir te mettre la presion, bien sûr.
Amicalement
Renaud
symphorien le 28/10/2007 à 18:59
Sans vouloir te porter la guigne, je penses que tu es dans une grande forme et que ta préparation est géniale!
Gaffe à ne pas être bien trop tôt!
Merci pour tous tes encouragements, tes conseils et ta gentillesse, il me tarde que l'on revive l'après Dublin en mieux.Bises à ta petite family!
See you later my friend!!(je fais des efforts!!)
Jack le 28/10/2007 à 19:20
Félicitations à toi, c'est vrai que tu as l'air vraiment en pleine forme à la vue de tes derniers résultats (tram et trail). Quant à moi, j'ai été stoppé net dans ma prépa. pour NYC (aponévrosite et épine calcanéenne) mais je garde encore espoir de pouvoir boucler ce marathon magique (en tout cas je serai au départ !). Bon courage à toi pour la suite de ta péparation pour La Rochelle et un futur chrono. record !!! (et oui sans problème vu la forme que tu tiens)
Bye bye
le double le 28/10/2007 à 21:53
Le constat du 4éme larrons
14 km à 15km/h
Sachant que l'on perd 1km/h à chaque fois que l'on double la distance.
Donc 14x2 => 14km/h
28x2 = 56km ====> 13km/h
je suis gentil ce soir. Je pourrais prendre 13,5 km/h pour un marathon. Je prends 13km/h
Ca fait quoi un marathon couru à 13km/h ? 3h 14' 45"

Récits compétitions
Idx N°10514/10/2007 à 21:26 - Foulées du Tram et du Busway
Partager
imprimer
Deux semaines déjà que je me prépare pour le marathon de La Rochelle.
Inscrite dans mon planning de préparation, cette course de 13,7 Km avait valeur de test pour moi.
Un temps très nuageux et plutôt frais m'obligera à opter pour la version manches longues de ma panoplie de course : je n'ai pas eu chaud à prendre le tram puis le busway puis à attendre le coup de feu du départ.
Comme à l'habitude, l'ambiance est très bon enfant, décontractée.
Prés de 5500 inscrits vont s'élancer sur ce parcours inédit au départ de Vertou. Parcours que je ne connais pas car je traîne rarement mes runnings dans ces coins là.
15h, un départ en côte et, durant prés de 7 à 8 minutes, je vais devoir courir par à coups et patienter car je suis englué dans un peloton compact qui a du mal à s'étirer le long des premiers axes empruntés plutôt étroits. Ensuite, je mets le turbo.
Nous courons dans le couloir du busway : à chaque station, des spectateurs sont massés et nous encouragent. J'enchaîne quelques belles petites bosses mais rien de trop méchant.
Seul indicateur, au 5ème Km, je passe en 20'14" : trop rapide, je lève un peu le pied.
Le reste de la course se fera au feeling, faute de repère kilométrique ou visuel. Je cours cependant à ce que juge être un bon rythme. Il y a pas mal de monde pour nous encourager sur le parcours et je ne vois pas le temps filer. Un coup d'oeil à mon chrono de temps en temps mais, sans repère, je cours dans le vague.
Il n'y aura qu'en retrouvant les bords de Loire que j'accélèrerai véritablement sachant que l'arrivée du Cours des 50 otages approche.
La place Royale et les abords de l'arrivée sont bondés : tout ce qu'il me faut pour finir au max.
Je coupe le chrono à 55'40" (14,76 Km/h soit 4'03" au Kilo - 304ème/4834). Je n'ai pas vu la course défiler. Je n'ai pas souffert et, à peine la ligne d'arrivée franchie, je récupère rapidement.
Je trottinerai 2 Km pour rejoindre ma voiture puis rentrer chez moi avec un super coupe-vent en poche et la satisfaction d'avoir bien géré mon effort. Plutôt positif tout ça :)
Prochaine course dans 2 semaines (à mi-préparation) : Nantes toujours et la butte Sainte-Anne et ses fameuses marches à escalader 2 fois.
LienLe site des Foulées NantaisesLien
Page 33 - Article N°87
Titifb le 15/10/2007 à 06:46
C'est un joli chrono que voilà qui laisse augurer du bon pour la suite !!!
Voilà des Foulées du Tram courues ...au train !
Bonne continuation
symphorien le 15/10/2007 à 20:48
Tu es trop facile!!

Attention Rochelais!! Tremblez!!Le Fondjede arrive!!

Courage pour la suite de ton plan, çà devrait le faire grandiose!!
le double le 16/10/2007 à 16:54
Un des larrons y dit quoi ?
devine.......
Petit calcul : C'est ton 13éme marathons que l'on divise par 4 larrons (13/4) = 13/4 = 3 il reste 1 que je x par 60 que je divise par 4 = 15
récapitulatif : 13/4 = 3h15

Marathon
Idx N°10413/10/2007 à 16:09 - St-Michel a vu Blanc
Partager
imprimer
Mercredi, dans ma boite aux lettres, la vraie, celle que remplit le facteur, arrivait à mon nom une enveloppe jaune un peu épaisse.
L'expéditeur, "Bogeyman", un CLM que je n'ai encore jamais rencontré.
A l'intérieur, un DVD sans équivoque quant à son contenu : "Marathon du Mt Blanc 1.07.2007".
Avec, une petite carte de visite avec ce texte laconique :
"Salut Jean-Claude,
A la demande expresse de ton double, pour te convaincre d'y participer en 2008, ci-joint le DVD du marathon du Mt Blanc.
En espérant t'y rencontrer.
Amicalement, Pascal"

Bon, d'accord, on en avait parlé un peu avant avec mon double...
Bon, d'accord, on en avait un peu parlé avant avec ma tendre moitiè...
Mais à regarder cette courte mais efficace vidéo, à regarder tous ces paysages verdoyants, à regarder ces coureurs tous plus heureux les uns que les autres, je me vois déjà sur la ligne de départ à Chamonix avec mon double à mes côtés, une petite étincelle de bonheur dans les yeux, les pics enneigés du Mont Blanc en point de mire.
La suite reste à écrire : un nouveau type de défi, la montagne et ses fameux dénivellés positifs qui font peur, de nouvelles rencontres, Pascal en particulier. J'aurai dû mettre mon cardio pour écrire cet article !
Dois-je encore vous faire un dessin !
Je suis un faible, je le sais, je l'ai déjà dit :)
Exit donc le marathon du Mont Saint-Michel, place à l'aventure des grands sommets.

LienSite du marathonLien
Page 33 - Article N°86
symphorien le 13/10/2007 à 20:43
C'est vrai! Tu n'en n'avait pas assez de prévus donc, il faut le faire mais là ce ne sera pas pareil!!!

Famille et amis
Idx N°10308/10/2007 à 22:34 - Côte d'Amour
Partager
imprimer
De temps en temps, ça fait du bien de regarder les autres souffrir ;)
Dimanche, à l'occasion du marathon de la Côte d'Amour, moi et ma petite famille avons donc pris la direction du Croisic pour aller encourager Mon double, Michel (dont j'avais déjà apprécié la tchatche au bois de Vincennes lors des Foulées des Iles fin Juin) mais aussi, Marie-Jo, Jérôme, Sylvie (membres ou ex de l'UFCPH), Yann et Jacques collègues avec qui je partage cette belle passion de la CàP.
Temps brumeux et un poil humide mais pas chaud et pas de vent surtout, les conditions idéales pour les coureurs et un peu juste pour les supporters que nous fûmes. Une étape au Kervalet près de l'église où un groupe local mettait une belle ambiance pour retrouver Maryline et la compagne de Michel, encourager et faire une première série de photos de tous ce petit monde de sportif.
Ensuite direction l'arrivée à Pornichet pour un deuxième rendez-vous. Des fortunes diverses pour chacun mais le plaisir de finir sur tous les visages et le petit sourire qui va bien même si c'est parfois dur d'en terminer.
Mon double tentera une envolée finale qui, faute de vent favorable, restera à l'étât de tentative mais il y croit le bougre et il serait bien capable d'y arriver un jour rien que pour nous clouer le bec :)
Une journée vivifiante pour tout le monde qui s'est prolongée pour commencer dans une crêperie pour une première collation suivie d'une belle ballade dans Le Croisic pour s'achever dans un super restaurant.
Bilan, ce soir, dopé par l'iode (un peu) et les monceaux de c.....ies (vraiment beaucoup) absorbées en ces quelques heures mémorables passées aux côtes de ceux que je ne regrette vraiment pas d'être venu retrouver, je ne devais faire qu'une heure tranquille mais j'avais trop la pêche pour me contenter de si peu. J'ai capitulé à la nuit tombante après 1h41' d'une course légère et décontractée, la tête dans les nuages : vivement La Rochelle qu'on s'y recolle !
Dimanche prochain, 14 km pour les Foulées du Tram.
PS : petit message subliminal à vous les 4 larons qui me bassinez avec vos prétendues 3h15' au marathon... pitié, me mettez pas la pression : c'est comme-ça que les bleus se sont fait rétamer par les pumas argentins au SdF en ouverture de la coupe du monde :(
On verra ça au marathon de Cardiff, s'il en existe un !
Page 33 - Article N°85
Oliv le 09/10/2007 à 22:53
La classe du goéland profilé, quand même. Faudra le surveiller de près à la Rochelle, excellente photo!
la-tortue le 10/10/2007 à 10:06
C'est bien lui ! je le reconnais bien là ! Sacré JC !
A trés bientôt à Barcelone
symphorien le 13/10/2007 à 20:41
Bon d'accord!Maintenant la seule pression dont je te parlerai sera la Guiness ou la Smithweak (pas sûr de l'othographe le vieux gazier!!) de Dublin.
Je te rassure la pression je l'ai de plus en plus aussi!!!

Récits compétitions
Idx N°10230/09/2007 à 16:26 - Semi de la Haute Vallée de l'Erdre
Partager
imprimer
Il y a moins d'une semaine, j'étais prêt à renoncer à cette course. En cause, une douleur au mollet droit suite à l'Ekiden de St-Nazaire. La peur de la blessure juste avant de débuter ma préparation pour le marathon de La Rochelle à fait le reste : je me suis accordé une semaine de calme avec des distances plus courtes que prévu et un rythme plus léger.
Mardi dernier, à l'occasion du pot de rentrée de l'UFCPH (ça a du bon un petit club sympa), il a simplement fallu que Bertrand manifeste son envie de faire ce semi pour raviver la flamme. C'est vrai aussi que, cette année, je n'ai pas couru le moindre semi, ma distance préférée et que ça me manquait un peu. La douleur avait elle disparu, alors...
Rendez-vous donc ce matin 7h45 avec Bertrand mon pote de chambre à Rome, départ pour Saint-Mars-La-Jaille. Ce semi, je l'avais déjà couru en 2002, battant sur ce parcours ardu mon record sur la distance en 1h34'38" : je repartais donc ce matin avec un bon feeling.
Au retrait du dossard, je suis abordé par un grand coureur tout de noir vêtu qui a voyagé sur ce site et m'a reconnu. Notre futur point commun, le marathon de New-York qu'il fera en novembre (j'aurai une petite pensée pour Symphorien qui sera de la fête lui aussi, les veinards). Blabla, blabla... vous me connaissez, faut pas me lancer sur le sujet ;) Une rencontre bien sympa en tout cas.
9h30, le départ, temps ensoleillé et frais : conditions idéales pour moi. En fait faux départ ! Je lance le chrono mais suis surpris car personne ne se lance vraiment. Finalement nous ferons quelques centaines de mètres derrière des coureurs avec ballons jaunes pour nous acheminer vers la vraie ligne de départ : le speaker a dû dire pourquoi mais dans l'excitation et la tchatche du départ, pas fais gaffe.
Départ en douceur, je suis englué dans le paquet, un peloton d'au moins 300 coureurs. Un premier kilo en 4'55" et, très rapidement, je constate que le parcours n'est pas celui de mes souvenirs.
Une première longue côte, suivie d'une longue descente et d'une côte encore plus longue... et on n'a pas fait 2 kilomètres ! Les 2 suivants vont me permettre d'accélérer le rythme car on aborde des secteurs boisés bien agréables et surtout en descente. Je passe même sous la barre des 4' alors que je suis en pleine discussion avec mon futur new-yorkais que j'ai retrouvé sur le parcours.
Du 7 au 9ème, je suis à la peine : vent de face et enchaînements de côtes et faux-plats destructeurs me font lever le pied et je laisse partir mon compagnon de causette. Tout seul face au vent, je force pour ne pas trop céder de temps au chrono et essayer de recoller à un petit groupe, peine perdue.
Retour dans le bourg de St-Mars pour terminer ma première boucle en 44'02" : théoriquement, je peux prétendre à un temps final proche de 1h30' donc je décide de ne pas lâcher. On verra bien.
Motivation suprême, j'ai deux féminines en point de mire : un peu loin mais quand même :)
Les deux côtes de début de parcours me font bien plus mal et j'atteins chaque sommet avec le souffle plutôt bon mais les cuisses explosées. Malgré tout, je récupère vite dans les hectomètres qui suivent. Retour dans la partie en sous-bois où le terrain souple et la descente me permettent de bien récupérer et de dépasser une de mes deux paires de jambes féminines. L'autre, je ne la reverrais qu'une fois la ligne d'arrivée franchie ! J'affronterai, une fois encore seul la seconde série de faux plats et de côtes vent de face, signant d'un funeste 4'40" la longue montée du 18ème.
Mais, là encore, je m'accroche. Moins de 1h30', c'est râpé mais je veux tout donner pour ne pas être déçu. Et je ne lâcherai rien jusqu'au sprint final. Là même où une ombre jaune qui veut me griller la politesse m'oblige à sprinter jusqu'à cette fameuse ligne. Je bouclerai ainsi les 1100 derniers mètres en 4'13" (3'49" au Km soit 15,6 Km/h).
J'arrête mon chrono, divine surprise : 1h30'51" (58ème/333) moins les 7 secondes qu'il m'a fallu pour passer la ligne de départ, je frise les 14 Km/h avec une moyenne de 4'18" au kilo. Vu les difficultés, cent fois satisfait !
Je retrouverai pour une dernière conversation mon compère new-yorkais et regagnerai heureux mes pénates.
Voilà qui va me donner du baume au coeur pour entamer mon 13ème défi sur 42,195 Km. Une préparation pour le marathon de La Rochelle qui débutera dés demain par une petite séance de décrassage.
Dimanche prochain, j'irai encourager mon double, Pontgib et quelques collègues et amis de club qui se lanceront sur le marathon de la Côte d'Amour.
LienSite de l'EVALien
Page 33 - Article N°84
symphorien le 30/09/2007 à 21:23
Effectivement çà sent les grosses bases pour La Rochelle!! Et si le temps que vous aviez mis sur ton Ekiden, tu le faisais en solo? C'est tout le mal que je te souhaite!!
Jack le 03/10/2007 à 22:50
Quel plaisir de t'avoir rencontré dimanche dernier (c'est moi le joggeur tout de noir vêtu) et d'avoir pu discuter avec toi. je vois que tu es aussi rapide sur semi que dans la rédaction de tes articles qui sont toujours aussi agréables à lire. Continue de nous faire partager ta passion et au plaisir de se revoir sur les routes ou chemins de nos régions. Bonne préparation pour ton marathon de La Rochelle et comme le signalait Symphorien (futur new-yorkais lui aussi), je pense que tu peux réaliser sans problème moins de 3 h 15 mn !!!
le double le 03/10/2007 à 23:17
Y a pas que moi qui dit 3h15'
t'en fais toujours qu'à ta tête.
rinox le 08/10/2007 à 16:53
Et un de plus qui pense que 3h15, c'est largement dans tes cordes. En tous cas, si cela te tente, c'est sur cette base que je vais tenter de le courir....

UFCPH
Idx N°10124/09/2007 à 22:40 - WE de Fou...lées
Partager
imprimer
Comme chaque année, à l'occasion des Foulées de la Gournerie, je vois la course côté organisation.
Ce week-end et la semaine qui a précédée, j'étais de rang pour assurer ma part de travail. Outre la gestion du site WEB, je prends traditionellement en charge tout ce qui touche à la gestion informatique des inscriptions, au chronométrage informatique, à la production des résultats et leur publication sur la toile sans oublier la gestion des photos et la réalisation d'une plaquette à distribuer à nos parrains.
Hier, lever 6h pour être au taf à 7h : Installer les PC, piloter ma petite équipe de 'dactylos', coacher mon chronométreur, briefer les photographes.
Prés de 4h30 de stress, à l'affût de tout les dysfonctionnements même mineur qui, au final, sont synonymes de retard dans la publication des résultats tants attendus.
Cette année, tout à presque marché à la perfection : il faut dire que c'est déjà la 12ème édition et que l'expérience commence à porter ses fruits, que les logiciels que j'ai développés commencent à être matures.
14h30, retour à la maison, rebrancher le PC, publier les résultats sur le WEB (18h30), commencer le tri de plus de 1000 photos, une pause diner, et traitement des dites photos pour en mettre près de 200 sur le site. Coucher à 23h51 :)
Satisfait mais épuisé.
Ce soir, traditionnel débriefing pour améliorer ce qui encore l'être et préparation de la plaquette des résultats. Chaud devant !
Quelque modifications logicielles mineures m'attendent pour friser la perfection en 2008 :)

Côté CàP, suite à mon ekiden, j'ai ressenti une douleur dans le mollet droit. J'ai donc levé le pied (sans mauvais jeux de mot) me limitant à des sorties courtes en douceur et sans accélération.
Bien m'en a pris car plus aucune trace lors de ma sortie de ce soir.
Fort de ce petit avertissement physique, je vais peut-être annuler ma participation au semi-marathon de dimanche prochain et me contenter d'une sortie en endurance. Je me laisse encore deux jours pour décider.
LienLa page des Foulées : présentation, résultats, photosLien
Page 33 - Article N°83
le double le 25/09/2007 à 09:00
pourquoi tu ne fais pas ton semi en sortie longue.
Connais tu quelqu'un qui courre en 1h45 à 2h, fais le lièvre pour lui.
Tu essaies de lui faire battre son record.
C'est une super aventure et un futur top récit, je me régale déjà.
Mais garde de la voix et de l'énergie pour le 7 oct, car je n'aime pas les caramels.
biz à vous 4
symphorien le 25/09/2007 à 22:06
Effectivement être de l'autre côté de la barrière t'aide à comprendre ce qu'est une organisation de course. Nous c'est fin octobre à Arles pour les 10kms en ville. Nous sommes près de 100 bénévoles pour 500 coureurs c'est dire la machine de guerre que c'est!!
Quand tu vois comment notre président se démenne pour être toujours critiqué, il faut vraiment en vouloir!!
Bravo pour ce nouveau talent caché et courage pour ton entraînement!!

Récits compétitions
Idx N°10016/09/2007 à 17:05 - Ekiden St-Nazaire
Partager
imprimer
Un marathon en moins de 3h15 : si, si, c'est possible !
On s'y est mis a six pour y arriver mais on l'a fait.
Pour la 2ème édition, prés de 130 équipes de 6 coureurs se sont alignées ce matin sur l'Ekiden de Saint-Nazaire.
Le soleil était de la partie et les derniers relais ont souffert de la chaleur.
9h30, parc paysager, Yolande a ouvert le bal sur le premier relais de 5 Km et m'a ensuite passé le témoin (le tasuki) pour deux boucles.
Deux premiers kilos fait bien trop rapidement (3'52" puis 3'58") avant de me décider à lever le pied pour ne pas hypothéquer ma fin de course. Un premier tour bien dans le rythme, je me suis stabilisé à 4'12" au Km, et un deuxième à peine moins rapide.
Traditionnel en cette année 2007, mes exploits bricolistiques de la veille ne se sont pas fait oublier : fessiers et abducteurs ont crié à l'aggression dés le début de course sans pour autant me déclarer la guerre ou entâmer une quelconque gréve de la contraction.
Je passerai le tasuki à Murielle (pour 5 km) après 41'44" de belles foulées comme je sais les faire quand le plaisir est là. Une petite douche plus tard, je prendrai le relais photo et tiendrais mon rôle de supporter pour le reste du groupe.
Yannick, Cécile et Jérôme assureront respectivement les relais de 10, 5 et 7,195 km pour assurer en 3h14'47" (59ème équipe sur 116 classées) fort satifaisant pour tout le monde.
Au final : Yolande (5 Km : 24'10"), moi (10 km : 41'44"), Murielle (5 Km : 25'58"), Yannick (10 Km : 46'08"), Cécile (5 Km : 25'27") et Jérôme (7,195 Km : 31'20") = 3h14'47"
Le bon souvenir de la première édition n'a pas été terni par cette deuxième bien au contraire. Nous avons tous passé un bon moment.

Maintenant, place aux Foulées de la Gournerie organisées par l'UFCPH le 23 septembre : je passerai de l'autre côté, celui des organisateurs pour un week-end bien rempli.

LienAlbum PhotoLien
Page 33 - Article N°82
le double le 17/09/2007 à 08:23
Enfin des nouvelles.
Pense un peu à nous, qui chaque matin ou soir ouvrons ton site.
Il y a bien ton entrainement, mais ce n'est pas tout.
Nous voulons tout savoir.
J'espère ne pas attendre le 30/9.
Bon, j'aurai toujours le plaisir de te voir avec ta petite famille le 7 /10 et rien que pour nous.
J'oubliais, ça doit être bien ton ekiden à faire.
Biz
symphorien le 19/09/2007 à 19:52
Enfin des news du Fondjéde coureur!!Courir en équipe c'est vraiment génial!Je crois que les 3h15 tu peux aussi les faire en solo, mais effectivement ce sera moins gratifiant!!

Marathon
Idx N°9921/08/2007 à 22:44 - SF : MarathonFoto
Partager
imprimer
Sur le site, ils disaient 2 semaines.
Chapeau, moins d'une semaine aprés l'avoir commandé, il est arrivé ce matin le Cdrom avec mes photos officielles du marathon de San Francisco.
Certaines sont vraiment super et reflètent bien le plaisir que j'ai pris à participer à cette belle épreuve.
Une semaine et demi que j'ai rechaussé les runnings. Des petites distances à un rythme d'escargot avec un cardio à faire peur, la tête encore là-bas faut-il bien le dire.
Mais, le petit coup de fil de mon double hier soir, m'a un peu tiré vers Barcelone. Top départ pour les réservations : EasyJet pour l'avion, quelques hôtels présentis et surtout la promesse de rencontrer plein de CLM : plaisir de faire découvrir de nouvelles têtes mais aussi de revoir ceux dont j'avais fait la connaissance à Rome.
LienDes photos et des belles S.V.P. !!Lien
Page 33 - Article N°81
Oliv le 23/08/2007 à 13:41
C'est beau la vie de marathonien non ? pas plus tôt fini un marathon qu'il faut déjà organiser le suivant et s'entraîner pour celui qu'on fera entre les deux, poussé par les autres ;-)
symphorien le 23/08/2007 à 15:56
Elles sont vraiment superbes tes photos : que de souvenirs tu vas avoir de ce marathon!!
Je remarque que tu étais quand même très affûté pour quelqu'un qui a bricolé à la maison!!
Encore chapeau!!
P.S: Courir avec de la musique dans les oreilles, très peu pour moi!!

Idx N°9816/08/2007 à 22:23 - San Francisco : quai des brumes Fait marquant N°98
Partager
imprimer
J'aurai pu en faire un roman mais j'en connais une qui est bien plus douée que moi pour ce genre d'exercice.
J'aurai pu ne rien écrire mais, ne rien partager, ce n'est pas dans mes gènes et puis, finalement, les exercices, j'aime bien.
Alors, j'ai couru, j'ai vu et j'ai écr... zut, je reprends.
Alors, j'y suis allé, j'en ai bavé, et, pour vous, j'ai rédigé.
Rédigé ? ouiche, un joli petit compte-rendu tout plein de belles phrases toutes en détail et en émotions.
Et pour le servir, je l'ai délicatement posé sur un album photos riche en couleurs.
Tout juste une petite vidéo pour réhausser le ton, donner du volume.
Tout ça, moins d'une semaine après avoir retrouvé mon home sweet home.
Décalé, insomniaque, la tête encore là-bas.
LienRécit, photos et vidéosLien
Page 33 - Article N°80
symphorien le 17/08/2007 à 19:37
Tu comprends maintenant pourquoi j'étais impatient!!

Magnifique récit même s'il n'y a pas encore de photos! Tu sais vraiment faire passer aux autres tout le plaisir que tu as eu ces jours durant!Tu as même fait sauter la banque avant de partir!!
Bravo, j'espère que je vais vivre les mêmes moments de bonheur que vous!!
The Webmaster le 17/08/2007 à 20:08
Dis-donc Symphorien, même si je n'ai pas encore reçu les photos officielles, j'en ai placé un bon petit paquet dans l'album associé au récit.
Je sens déjà ton coeur vibrer à l'idée d'aller tater le bitume américain : chacun son tour :)

Marathon
Idx N°9712/08/2007 à 16:05 - Jetlag
Partager
imprimer
Comme prévu, deux jours après mon retour en France, je suis complètement HS. Décalé de 9h par rapport à l'heure californienne et fatigué par un marathon et 2 semaines de tourisme intenses, mon horloge interne ne sait plus où donner de la tête !
Ce matin donc, moi qui suis un léve-tôt, j'étais debout à... 11h30 et finissais de petit-déjeuner une heure plus tard.
Deux semaines sans courir, c'était trop. J'ai donc rechaussé mes runnings pour une petite sortie en douceur à 14h : fatigué mais super content de courir à nouveau, de repenser à mon dernier marathon et de commencer à penser au suivant (c'est grave docteur ?)
Maintenant, j'ai du pain sur la planche : un compte-rendu à rédiger, 850 photos à classer et trier et 2 heures de vidéos à monter.
Pour vous faire patienter, j'ai pris le temps de scanner ma médaille et mon dossard.
Page 33 - Article N°79
symphorien le 12/08/2007 à 17:41
Et un de plus sur ton tableau de chasse!!
Effectivement incorrigible, pendant que certains se reposent toi tu attaques déjà ton prochain plan!!
Je ne pourrais pas venir te voir cet été (cause finances)mais ce n'est que partie remise à un peu plus tard!
Evy le 14/08/2007 à 09:51
Salut JC
Ne va surtout pas voir le docteur pour soigner ça. C'est un bon virus. Bien que je ne puisse plus courir, je le sens encore en moi. Et toi, tu es là pour me le faire vivre par procuration. Ne change rien!
Bises à toute la famille