Fondjede
Petit blog d'un coureur ordinaire
France26/03/2017AtlantiSportEncore sur le trail de 18 kms !
France16/04/2017Marathon de la Loire1ère édition à Saumur
France30/04/2017Marathon de NantesMon 8ème
Brésil18/06/2017Marathon de RioA nous le Brésil !
Dimanche 26 Mars 2017Bas de page
  407 article(s)
Récits compétitions
Idx N°37429/10/2013 à 09:51 - Trail Urbain Nantais : couleurs d'automne
Partager
imprimer
Deuxième volet du rattrapage de mon retard éditorial - pour cause de panne Internet - le Trail Urbain Nantais de dimanche dernier.

J'ai hésité à me présenter sur la ligne en ce dimanche de tempête.
Vent violent et pluie étaient certes peu engageants mais c'est plutôt mon état de forme qui m'inquiétait.

Une grosse rhino-pharyngite, m'affectait depuis près d'une semaine : fatigue et courbatures étaient au rendez-vous en complément des symptômes habituels, nez et bronches bien pris.

Inscrit au rendez-vous OVS, j'y suis quand même allé. La rencontre de mes amis et le petit café d'avant course resteront les seules satisfactions du jour.

Au retrait des dossard, le N°379 pour moi, nous apprenons que la municipalité, par mesure de précaution, a décidé de fermer les parcs que la course empruntait. Le circuit sera amputé de ses espaces verts et d'une belle série de marches : un bon kilomètre en moins.

Après le petit café pris au chaud avec Gaëtan et Serge, je ferai un court échauffement.
L'arrière de ma cuisse gauche était déjà un peu raide. je me suis dit qu'une fois chaude, tout irait bien.

Ben, loupé CR

Je prends un bon départ. Les deux premiers kilos sont bouclés en moins de 4 minutes.
A la faveur d'une descente dans le troisième kilo, la raideur c'est transformée en petite douleur.
Pas question de continuer à forcer dans ces conditions, je continuerai en petit footing juste histoire de finir et de récupérer mon bol breton.

Un goût un peu particulier ma dernière course de l'année.
Une fête un peu gâchée même si la pluie a épargné la course, même si rien ne peut être reproché à un organisation toujours nickel.
Un peu de repos va faire du bien à la machine.

Prochaine étape, les résultats du tirage au sort pour l'inscription au marathon de Berlin : on croise les doigts SD

LienSite du MSCLien
Page 10 - Article N°313
Frédérique le 02/11/2013 à 11:58
Qu'est qu'on fera pas pour avoir son bol ! TG
Bonne récup et repose toi bien ( et j'ose dire ça BN avec ce que je vais faire CH )

Musique
Idx N°37329/10/2013 à 06:37 - La vidéo d'anniversaire Fait marquant N°373
Partager
imprimer
Après deux jours de panne, j'ai retrouvé ma connexion Internet.
Je commence avec cet article à rattraper mon petit retard éditorial.
Car le weekend passé a été assez riche.

Commençons par samedi, jour de mon anniversaire.
A la faveur des vacances scolaires, tous les membres du groupe étaient d'accord pour faire une première répétition longue durée, histoire de travailler les 7 titres que nous avons à notre répertoire pour l'instant.

De 15 à 19h, nous avons donc joué, joué, joué avec toujours cette dose de plaisir qui décuple notre énergie.

Je ne vais pas en dire beaucoup plus, la vidéo sera bien plus explicite.

Juste pour le détail, c'est la première vidéo où vous me verrez jouer jouer avec mon cadeau, ma Les Paul Custom signature Peter Frampton.
Bonne guitare, pas de doute mais un ampli qui manque de puissance, ça c'est flagrant... un détail à corriger au plus vite RK

Page 10 - Article N°312

News
Idx N°37215/10/2013 à 15:31 - Un coeur de sportif !
Partager
imprimer
Aujourd'hui, c'était le jour des contrôles techniques :

- prise de sang à 7h30
- cardiologue à 10h00
- test à l'effort à 14h00

Ben, triple YES ER
Côté sanguin, nickel.
Coeur au repos : mécanique parfaite.
Comportement à l'effort : trés bon niveau.

Comme en 2006, la conclusion est sans appel :

Je suis obligé de continuer à courir : marathons ou plus ou moins, vous me retrouverez sur votre route un jour ou l'autre.

Faudra vous y faire
MD

Page 10 - Article N°311

Récits compétitions
Idx N°37114/10/2013 à 09:06 - Foulées du Tram : au bout d'un superbe week-end
Partager
imprimer
Rendez-vous annuel quasi incontournable, ces Foulées 2013 auront pour moi une une consonance particulière.
Au terme d'un superbe week-end, la course la plus populaire du département annonçait hier plus de 7 700 coureurs.

Autant dire que c'est la course de l'année où il est le plus difficile de vraiment courir tant il y a de monde.

C'est Valérie (OVS) qui assurait notre taxi jusqu'au point de départ à Haute-Goulaine nous évitant ainsi la cohue des navettes bus. Encore merci.

Première cette année, je faisais partie d'une équipe La Poste, qui, au final, aura classé 191 postiers et postières.
Une organisation sympa, un dossard (N°2387) , un t-shirt technique au logo postal, la prise en charge de nos effets personnels que nous retrouverons à l'arrivée avec une petite collation, oui, rien à dire, c'était vraiment plaisant. Merci aux bénévoles organisatrices qui nous ont accompagnées durant cet après-midi GH

Côté météo, des nuages, un temps frais, 15 petits degrés, conditions idéales pour trotter.

Côté tchatche, bon échauffement des mandibules : entre collègues et amis, j'ai, au départ comme à l'arrivée, retrouvé tout un tas de gens avec qui partager mon plaisir d'être là.
Départ 15h00 et des poussières.

Côté course, deux temps : un lent, un rapide.

Situé à environ un tiers dans le sas de départ, j'ai dû prendre mon mal en patience sur les premiers kilomètres.
Dans l’impossibilité de courir à un tempo régulier, à zigzaguer, ma mise en route a donc été longue avec une sensation de jambes lourdes peu rassurante pour la suite.
20 minutes pour faire les 4 premiers kilos, une moyenne inférieure à 12 km/h, bon, ça ne sentait pas la grosse perf.

Mais voilà, après une petite pause technique, au fil des kilomètres, le peloton s'est étiré, étiré, étiré.
Et moi, j'ai commencé à dérouler, dérouler, dérouler.
Mes gambettes se sont faite toute légères.
Le parcours très ondulant, plutôt urbain, sans grosses côtes mais jamais vraiment plat, obligeant à alterner effort et récupération, m'a bien réussi.

Faisant l'extérieur de tous les virages pour dépasser un maximum de coureurs, j'ai peut-être fait un peu plus de distance que les autres mais, quand le rythme est là, ça ne compte pas.
La deuxième moitié du parcours, je l'ai avalée sans forcer avec des kilos bouclés entre 4' et 4"15. Un vrai bonheur.

Dopé par des spectateurs vraiment très nombreux sur toute cette fin de course, à doubler sans cesse, je n'ai pas vu le temps passer.
Le cours Saint-Pierre et ses portiques d'arrivée m'ont donné le feu vert pour l'accélération finale.
Aux pieds du château des Ducs, je coupe le chrono à 1h05'14" sur la ligne d'arrivée... quelle fin de course.
A peine essoufflé, pas fatigué, j'avais les jambes pour faire un bon semi.

Grosse satisfaction donc sur cette fin de course et la forme du jour.
Je récupère mon t-shirt en coton, une barquette de mâche nantaise puis retrouve le QG de La Poste pour récupérer mes affaires, me désaltérer et manger quelques biscuits.

C'est avec mon compagnon de covoiturage du trail de Savenay , qui aura la gentillesse de me ramener à St-Herblain, que je termine ce dimanche au terme d'un beau week-end.
650ème sur 6734 classés, un fort honorable classement.



Car, voilà où je voulais en venir, les Foulées du Tram ne furent pas seules à assurer mon bonheur en ce congés de fin de semaine.

Vous l'avez peut-être remarqué (ou pas) mais depuis quelques temps la musique occupe une place de choix dans mes loisirs.
Depuis un petit mois maintenant, je répète au sein de mon premier groupe de rock.
Ma petite Yamaha Pacifica, bien adaptée à mes débuts, a montré ses limites au fil de nos répétitions.
Il me fallait passer la vitesse supérieure.
Je suis un grand fan de GIBSON, LA marque des grands guitaristes de rock, du moins ceux que j'apprécie.
Bientôt mon anniversaire...

Samedi, nous partions avec Gaël, ce fils qui fait mon bonheur depuis que je joue à ses côtés, acheter une pédale d'effet pour son bijou, une basse Rickenbacker qui a englouti tout l'argent gagné à bosser pendant ses vacances scolaires. Une Big Muff, trésor d'effets pour moduler le son de sa guitare à sa convenance.

Et voilà, je suis allé jeter un oeil du côté du rayon Gibson du magasin.
Bien sur, j'en connaissais tous les modèles et notamment ceux qui font partie de mes rêves, les "Black Beauties".
Encouragé par mon fils j'ai donc sollicité un vendeur pour essayer deux modèles "Custom", ceux fait main aux US en édition limitée (donc numérotés avec certificat) avec les meilleurs bois, une finition parfaite, et un son... et un prix... indécent ST
Une était nettement meilleure que l'autre : normal, mille euros plus chère, aïe, aïe, aïe.

Ce prix qui me faisait culpabiliser et reculer depuis quelques semaines déjà.
"Si tu ne la prends pas, elle va partir et tu le regretteras. Fais-toi plaisir!", mon Gaël n'a rien fait pour me retenir PC
Effectivement, il n'y en avait qu'une : il n'y en a plus.
J'ai donc craqué devant un tel bijou dont je vous tairai le prix.
Voilà, cette belle américaine, une Les Paul Custom édition spéciale signature Peter Frampton, est à moi. Elle à le numéro "PF755".

Les Paul Custom

Sortis du magasin avec un gros carton "GIBSON", sans le moindre remord et le coeur léger (le compte en banque aussi), nous enchainions sur notre répétition du samedi.
Là, j'ai fait baver les membres du groupe et, bien plus important, j'ai pu apprécier les qualité de l'instrument sur un Jumping Jack Flash détonant. Quel pied !
La belle reste encore à apprivoiser mais ça me garantit des heures et des heures de pur plaisir WK

La petite vidéo ci-dessous, c'était la répétition d'"avant" mais ça reste regardable et écoutable quand même !

Alors pas beau mon week-end ?




LienSite des Foulées du TramLien
Page 10 - Article N°310

News
Idx N°37004/10/2013 à 11:21 - Berlin 2014 : pré-inscrit
Partager
imprimer
La proposition est venue de mes amis d'OVS (nantes.onvasortir.com).
Isabelle a tout de suite dit oui même si ce rendez-vous n'aura lieu que dans une bonne année.
Avec l'espoir de pouvoir y participer en 2014 car ce n'est pas gagné RP

Eh oui, cette année, on ne s'inscrit pas au marathon de Berlin, un des "five majors" avec Londres, Tokyo, New-York et Boston.
Non, cette année, on se pré-inscrit ST
La cause, 40 000 places vendues en 3h30 pour l'édition 2013.
Dans un souci d'équité, un système de tirage au sort avec pré-inscription est donc mis en place pour 2014.

Hier soir, tout juste sorti de ma répétition à l'école de musique de Bouguenais, je me pointais à une petite réunion de "pré-inscription" collective chez Stéphane avec tout les partants et partantes pour cette aventure.
Pas mal de néo marathoniens et marathoniennes à qui j'ai prodigué quelques premiers petits conseils... pas à dire, ça fait toujours un peu flipper un premier marathon SD

Il faudra donc attendre début novembre pour savoir si le tirage au sort nous a été favorable... une deuxième chance mi novembre, s'il y a des désistements
... avec, au final, le risque qu'un membre du groupe ne soit pas sélectionné.
Et là, il faudra décider : change-t-on d'objectif pour rester tous ensemble ?
Amsterdam, peut-être...
On verra.

LienSite officiel du marathon de BerlinLien
Page 10 - Article N°309

Musique
Idx N°36930/09/2013 à 08:26 - Reprise de la saison musicale
Partager
imprimer
Si la saison de course à pied a repris depuis belle lurette déjà, celle de musique vient tout juste de démarrer.

Comme l'année passée, je vais jouer sur trois tableaux:

- cours perso en guitare folk : on reprend avec un petit Led Zep, Babe I'm Gonna leave you.
- ensemble musical à l'école de musique de Bouguenais pour la partie guitare classique : là, c'est avec une adaptation de la musique de la série Games of Thrones que nous rattaquons.
- et, comme l'école de musique de Bouguenais ne veut plus d'adulte dans sa formation de musiques 'actuelles' CR avec Loïc, mon fiston et deux des ses copains, nous avons décidé de former un petit groupe.

Là, la tendance sera clairement rock avec, pour commencer Sweet Child of Mine des Guns N' Roses et Brown Sugar des Rolling Stones.

La salle de l'école de Basse-Indre est à nous depuis deux samedis déjà.
Et les premiers pas de notre formation sont plutôt prometteurs.
Le bonheur RK


Page 10 - Article N°308

Récits compétitions
Idx N°36809/09/2013 à 10:46 - Ekiden Fiducial : ponctualité postale !
Partager
imprimer
Courir avec un logo "La Poste" dans le dos, c'était une première pour moi.
Respecter à la seconde près l'objectif annoncé, également.
Récit de ma troisième participation à cet Ekiden de Saint-Nazaire.

Un marathon en 6 relais, ça c'est l'Ekiden.
Le logo "la Poste" dans le dos, c'est sur l'insistance de Marc, collègue et coureur à pied, que j'ai accepté de joindre une des deux équipes de postiers alignées au départ de cette course nazairienne.

Au final, nous avons eu recours à la "bourse des coureurs" pour compléter notre équipe suite à la blessure d'un des nôtres.
C'est Maurice, en vacances dans le coin, qui est donc venu compléter notre équipe : sur la feuille de match de l'équipe N°58 (66 au total), Céline sur le relais N° 1 (5kms), moi en N°2 (10 kms), Marc en N°3 (5kms), Maurice en N°4 (10 kms), Christophe en N°5 (5 kms) et Jacques en N°6 (7,195 kms).

L'objectif de l'équipe était de boucler la distance en moins de 4 heures. Le mien, de ne pas trop taper dedans et de donner un peu de marge côté chrono à l'équipe.
J'annonce donc que je bouclerai mes 10 kilomètres en 45 minutes environ.

14h00, Céline prend le départ avec l'écharpe orange qui servira de témoin à chaque relais. A ses côtés, Cécile, de l'équipe concurrente de La poste, la N°57.
28 minutes plus tard, je récupère le fameux sésame et attaque le premier des deux tours de cette boucle de 5 kilos.
Pas bien en jambes malgré un bel échauffement, je pars sur un rythme moyen aux côtés de Jean-Louis, deuxième relais postal concurrent.

Pas bien attrayante cette boucle dans le parc paysager : plat, archi-plat, plutôt cool mais de longues lignes droites qui plus est pour certaines avec un fort vent de face, peu de spectateurs en dehors de la zone de passage de relais. On cours pour courir, un point c'est tout!

Je laisse partir Jean-Louis au km 2 pour ne pas me mettre dans le rouge. Il me devancera de quelques dizaines de secondes jusqu'au bout.
Fin de la première boucle, je repasse devant la Soucoupe, point de relais et complexe sportif à la forme qui va avec son nom, engrange les encouragements de mes coéquipiers et attaque mon deuxième tour.

Rythme constant, sans surchauffe.
Je me permettrai juste une petite accélération sur les deux cents derniers mètres pour ne pas dépasser les 45 minutes prévues.
Je grimpe la passerelle d'accès, passe le relais à Marc et coupe le chrono.

45'00", je ne pouvais pas être plus précis RP

Je récupèrerai un t-shirt technique, certes assez esthétique mais de taille ridiculement petite qui n'ira pas enrichir ma collection. BN
Je filerai ensuite prendre une douche et, à mon tour, supporterai mes camarades de jeu.
Notre équipe terminera largement en dessous des 4h00 fixées : 3h32', finalement, tout le monde aura bien tenu son rôle.
L'équipe N°57, nous damera le pion de 3 petites minutes CH

Tout ça se terminera autours d'une petite collation et d'une photo de groupe dans le parc paysager.

Pas de problème de récupération de mon côté, puisque, dimanche matin, je suis allé recourir 14 km sans fatigue notable.
Pas encore décidé si je ferai le trail des 3 provinces à Clisson...

LienSite de l'EACLien
Page 11 - Article N°307
Frederique le 09/09/2013 à 20:02
Bravo à l'équipe
Il n'y a rien à dire : rapide la poste ! WK
Saïd le 11/09/2013 à 21:47
Félicitation ! Un vrai métronome SG
J'ai fait le 5km il y a 2 ans sous une pluie battante, de l'eau jusqu'aux chevilles et je confirme : on court pour courir un point c'est tout.
Mais on court aussi pour son équipe et ça, ça n'a pas de prix EL

Récits compétitions
Idx N°36727/08/2013 à 10:13 - Trail du Sillon : j'avais oublié...
Partager
imprimer
J'avais de ce trail, déjà couru l'année passée en mode 'coach' pour accompagner une amie (lire le récit), l'image d'une épreuve assez rude : un superbe parcours nature et pas mal de portions cassantes.
Je souhaitais le refaire cette année en mode compétition, à mon rythme avec comme objectif, au vu des difficultés et de la distance - 30 kms quand même -, 3 heures voire moins.
En un an, on oublie...

Contacté par un coureur qui cherchait un mode de locomotion et avait trouvé mon site sur le Net à partir de la liste des inscrits herblinois, je donnais ce dimanche dans le co-voiturage.

Du coup, je n'était pas seul pour me rendre à Savenay et j'ai pu me donner à mon activité favorite, la tchatche.
Sous une belle pluie, je récupère donc Jean-Paul vers 7h00.

Arrivés sur site à 7h30, pluie fine mais météo pas complètement bouchée, dossard N°1064 récupéré, petit échauffement.
Il est vite 8h30. 200 concurrents se lancent à l'assaut de ces 30 kms de nature.
Un peu de plat sur les bords du lac dans le premier kilo, il n'y en aura plus beaucoup après.

Parti sur un rythme de 10,5 km/h, j'ai vite chaud et soif : il ne pleut plus mais le temps est lourd. Je transpire déjà abondamment.
Comme dans mes souvenirs ces premières portions de sous-bois sont très agréables. Nous enchainons montées et descentes plus ou moins techniques.
Je cours ces premiers kilos au sein d'un petit groupe qui fonctionne en accordéon, se détendant à chaque aspérité du parcours et se regroupant peu après.

L'accordéon va perdre moult compétiteurs aux fil des kilomètres.
Pas trop dur d'y rester accroché mails il me faut quand même forcer un peu pour ne pas me retrouver distancé par l'avant du peloton et dépasser les retardataires lorsqu'on court à la queue-leu-leu.

Au 17ème, nous ne serons plus que deux.
A la faveur d'un ravitaillement vers le 20ème, je continuerai seul.

Sans locomotive, les premiers signes de fatigue vont pointer vers le 22ème.
Même si je réussis alors à accrocher un autre petit groupe qui va un peu vite pour moi, je sais que la fin va être dure.
Mon chemin rejoint le tracé de la course de 18 km partie un peu plus tard. Fini la solitude.
Voir que j'arrive à doubler des coureurs qui ont 12 kms de moins que moi dans les jambes, me dope un peu... du moins moralement.

J'avais oublié.
Oui, j'avais oublié que des huit derniers kilos étaient truffés de véritables murs. Je n'ai d'autre choix que de mes monter en marchant, mains sur les cuisses parfois : de toute façon, je voyais tous les autres marcher également. Essayer de gravir ces sentiers en courant ne m'aurait pas fait gagner grand chose.
Mais voilà, je sens le 10,5 de moyenne que je tenais métronomiquement jusque-là, fondre comme neige au soleil. Je doute sur ma capacité à rester en dessous de 3 heures même si à cet instant j'ai encore quelques minutes d'avance.

Mon chrono, lui n'est pas du même avis : certes, je vais moins vite mais comme j'arrive à retrouver du rythme sur les portions moins exigeantes, ben, finalement l'objectif reste à portée de basket. Zen BE

Une dernière petite butte pour accéder au stade, un 'presque' tour de piste.
Je me tape un pseudo sprint avec les forces qu'il me reste pour essayer des rester sous la barre des... 2h53...
Raté, ce sera au final 2h53'04".
Mais l'objectif est atteint.
Deux organisateurs me demandent si je vais bien car, selon eux, je suis blanc comme un linge.
Je les rassure mais c'est vrai que je suis au bout du rouleau.
Je me retaperai en buvant du Coca accompagné de pain d'épice et de chocolat.

En récompense, une paire de manchons (super pratique) comme l'année passée mais également une paire de gants fins (très utile).
La douche ne sera pas du luxe car j'aurai fini trempé tellement j'ai transpiré durant l'épreuve.

Le bilan du jour est donc positif. Cela faisait un bail que je n'avais pas fait de longue distance. Il me manquait juste un peu de foncier et de puissance pour mieux gérer ma fin de course.
Je comptait sur cette épreuve pour opter ou non pour le trail des 3 provinces à Clisson... 40 km d'un parcours lui aussi exigeant et que je ne connais pas.
C'est dans 4 semaines....

LienSite de l'UACSLien
Page 11 - Article N°306
Frederique le 09/09/2013 à 20:04
C'est bizarre on oublie vite les moments durs des courses TG
Ca doit être pour ça qu'on en veut toujours plus!! WO

Récits compétitions
Idx N°35714/07/2013 à 17:20 - 10 km de St-Herblain : trop chaud!
Partager
imprimer
2 mois déjà que je ne m'étais pas pointé sur une ligne de départ.
C'est la raison qui m'a poussée à courir ce 10 km alors que je sais très bien que ce n'est pas ma distance, que le parcours fait de 3 boucles agrémentées de deux longs faux-plats est loin d'être de tout repos, que je ne travaille plus ma vitesse depuis des mois et, qu'en ce 14 juillet, il allait faire très chaud.

J'avais juste oublié le vent qui, par ce temps très chaud, m'a donné soif dès le premier kilomètre.

Fait rien, avec mon dossard N°123, après un long échauffement pour essayer de réveiller des jambes pas vraiment légères, j'étais prêt à en baver.
A peine 400 coureurs sous les ordres du starter.

10h30, le coup de feu est donné.
Parti à l’arrière du peloton pour ne pas démarrer trop vite, je savais que pour tenir, il faudrait aller piano.
4'20" sur le premier kilo plutôt descendant quand même.
Et déjà, la soif TG ... pourtant je me suis bien hydraté avant la course mais la température proche de 30°C et le vent ne m'ont pas fait de cadeau.

La suite sera faite d'une relative régularité : mon chrono me le confirmera.
Toujours à l'affût d'ombre, je m'écarterai à chaque occasion de la trajectoire idéale.
Un parcours sans grand intérêt, mais ça, je le savais.
Juste quelques spectateurs vers le parc de la Bégraisière où se tient l'arrivée, pas la grosse ambiance non plus.
Le kilomètre défilent mais, même concentré sur ma foulée, je suis vraiment à la peine. Je dois puiser pour maintenir la cadence.

Un rapide calcul me fait voir une arrivée sous la barre des 45 minutes.... à condition de ne pas mollir.
Malgré une petite perte de rythme dans les deux derniers faux-plats, je trouverai l'énergie pour faire un bon dernier kilo en 4'16".
44'37", pas la gloire mais je ne pouvais guère prétendre à mieux.

Un T-shirt technique de qualité en récompense, quelques gorgées d'eau et je repartirai retrouver deux copines et les accompagner jusqu'à l'arrivée, juste histoire de récupérer 'utile' SG

La suite ?
Je ne sais pas si je me mettrai quelque chose sous la dent avant l'ekiden de Saint-Nazaire en septembre, course que je réaliserai en équipe avec des collègues postier(e)s.

Là, fait vraiment trop chaud CD

LienSite de l'ASPTT NantesLien
Page 11 - Article N°305
Frédérique le 16/07/2013 à 07:27
BRAVO ...Ah oui dimanche il faisait bien chaud, j'avais pensé le faire ce 10 km en reprise mais étant absente la question ne s'est pas posée longtemps ! Je me suis contentée de 8 km samedi matin à la fraiche à 07h30 :-)
symphorien le 10/08/2013 à 09:58
Je me disais que ça faisait longtemps que je n'était pas viendu te voir!
Pas trop d'activités ici, j'espère que tout va bien pour toi et que tu vas vite reprendre tes activités pédestres en Septembre avec ton Ekiden postier! SM

Musique
Idx N°35619/06/2013 à 12:44 - Vendredis de la Médiathèque : 3ème concert
Partager
imprimer
Mai et juin resterons placés sous le signe de la musique.
En attendant le Hellfest samedi prochain, la médiathèque nous offrait vendredi dernier une petite demi-heure de sa scène locale à l'occasion de sa dernière soirée de la saison.
Nous ouvrions le bal en prélude à trois autres formations locales.

Un petit souci de mémoire pleine, n'a pas permis de filmer l'intégralité de notre prestation mais les deux premières reprises sont dans la boîte. Celles que nous n'avons répétées que deux fois... avec un résultat pas parfait mais trop mal non plus.

Voilà, la saison de l'école de musique touche à sa fin. Il faudra attendre septembre pour retrouver le plaisir de jouer en groupe.

Peut-être l'occasion de participer à quelques courses locales.



Page 11 - Article N°304