Fondjede
Petit blog d'un coureur ordinaire
Mercredi 13 Décembre 2017Bas de page
  424 article(s)
Récits compétitions
Idx N°40219/05/2014 à 11:20 - Elle & Lui : un beau duo !
Partager
imprimer
Pour la deuxième fois cette année, je m'alignais sur deux compétitions le même weekend.
Première étape, samedi, "Elle & Lui", en couple du début à la fin pour cette épreuve de 9,3 kms.
C'est Marie qui était mon 'Elle' pour l'occasion.

Je portais les couleurs de la team "Serbouti Sport" : pas habitué à être sponsorisé mais, sur ce coup là, Marie faisant partie de ce groupe, Fatiha Serbouti (LA championne locale) m'avais gentillement offert un maillot que je portais donc avec plaisir.

Cette année, le parc du Grand Blottereau accueillait cette course organisée depuis 20 ans par le Racing Club Nantais.
3 boucles, intégralement dans un magnifique parc en plein coeur de Nantes, le cadre était superbe.

Simple bémol, un départ à 15 heures : je ne suis pas fan des courses en après-midi.
Qui plus est avec une chaleur un peu trop forte pour moi.

Venu en Tram, je retrouve Marie, Sylvia, Stéphane, Laurent, Fanfan sur place.
Routine : retrait du dossard (le N°1504 pour moi, le 1503 pour Marie), sac remis à la consigne, petit échauffement d'une dizaine de minutes, photos d'avant course.

La stratégie de course est fixée : Marie a couru le marathon de Prague le dimanche précédent donc nous nous mettons d'accord pour un départ à 12 km/h et une suite au feeling.

15h00, nous partons comme des bombes.
Bien trop rapides sur notre premier kilo bouclé en 4'04", nous levons un peu le pied sur les suivants mais pas assez.
D'autant plus qu'un petit faux-plat agrémente le parcours et que nous le prenons vent de face, ce qui, avec la chaleur, est bien usant.

C'est dans le deuxième tour, juste après la mi-parcours que Marie va payer ses efforts et ralentir faute d'énergie.
Je prends le parti de courir juste un peu devant elle pour qu'elle s'accroche : je crois que si j'étais resté à ses côtés, elle aurait eu du mal à tenir (ce qu'elle me confirmera un peu plus tard).
Accrocheuse, même si quelques couples nous dépassent, Marie ne lâche pas.
Pour éviter une relance difficile, nous faisons l'impasse sur les ravitaillements.

Le troisième tour arrive vite. Le rythme baisse encore un peu mais la cadence reste bonne. Nous terminons côte à côte pour franchir le portique d'arrivée.
43'48", presque 13 km/h de moyenne, une semaine après son marathon, Marie en a un peu bavé mais il y a de quoi être satisfait.

Nous prenons la 11ème place sur 176 couples engagés GH

je prendrais le temps de prendre une petite douche salvatrice car j'ai beaucoup transpiré sous cette chaleur d'été (et que je ne veux pas imposer mes relents de sueur lorsque je repartirai en Tram).
Nous assisterons à la remise des récompenses : Fatiha et Fred ont gagné haut la main faut-il le préciser RP

Retour à la maison pour une soirée tranquille car je recommence le lendemain.
Autre discipline, autre distance, autre lieu : un trail de 36 kms sur des terres inconnues, Locmariaquer dans le Morbihan.
En espérant que cet après-midi sportif ne m'aura pas trop couté en énergie... SD

LienLe site du RCNLien
Page 10 - Article N°333

Récits compétitions
Idx N°40111/05/2014 à 17:04 - Bouguenais Nature : 20 km en sortie longue
Partager
imprimer
Pas envie de faire une sortie longue tout seul ce dimanche.
Voilà pourquoi je me suis retrouvé inscrit à ce trail.
L'annonce d'un nouveau tracé avait également attisé ma curiosité.

La météo n'était encore pas très folichonne ce matin : averses, vent et température plutôt fraîche pour un mois de mai.

Rien de très passionnant à raconter côté sportif vu que j'étais en mode économie d'énergie en prévision de mes deux courses du weekend prochain : "Elle & Lui" samedi, course en couple avec Marie (qui courait ce matin le marathon de Prague) et trail de 36 kms en Morbihan le lendemain avec jean-Phi.

Mode basse consommation, certes mais pas pour la rigolade.
Sur la première partie de la course j'étais en mode 'coach' pour accompagner Pierre et Sylvia à un rythme de 10 km/h.
Bon, j'avais les zygomatiques libre de toute pression sportive et notre petit groupe que Marc et Maël sont venu enrichir a cheminé, assez bruyamment je dois le dire, dans la bonne humeur pendant 9 bons kilomètres.

Nos routes se sont alors séparées : eux (Pierre et Sylvia) pointant vers le kilomètre final, nous (avec Marc et Maël) entamant la partie la plus technique d'un parcours jusque-là peu accidenté mais bien plus agréable que lors des dernières éditions.

Beaucoup couru et marché à la queue leu-leu, impossible de doubler sur ces sentiers étroits, j'ai attendu des chemins plus larges vers le 13ème kilo pour accélérer un peu, rattraper le retard pris et tenir le rythme cible.
Du coup, j'ai lâché Marc et Maël.

Je termine juste sous la barre des 2 heures : objectifs atteint juste à temps car une belle série de bourrasques s'est abattu sur le site de la Roche Ballue.

Comme d'hab, j'ai revu plein d'amis de tous horizons et bien discuté.
Merci à Fred pour le co-voiturage.
Content de t'avoir revu Jack : j'espère que ton dos va cesser de t'importuner.

Rendez-Vous samedi prochain...


LienSite de l'AL BouguenaisLien
Page 10 - Article N°332

Marathon
Idx N°39828/04/2014 à 20:53 - Marathon de Nantes : la vidéo Fait marquant N°398
Partager
imprimer
Avec Didier, Cyrille, Fanfan, Damien, voici mes 42,195 kms nantais résumés en 13 364 images...

Comme d'hab, ça bouge beaucoup mais ça prouve que ce marathon je l'ai couru du début à la fin TG


Page 10 - Article N°331

Marathon
Idx N°39527/04/2014 à 20:01 - Marathon de Nantes : une météo dantesque !
Partager
imprimer
C'est le moins qu'on puisse dire : pluie quasi incessante sur une bonne première moitié de la course, fortes bourrasques de vent, froid ont rendu la course compliquée.

Moi, après plusieurs jours d'insomnie sévère, je me présentais fatigué sur la ligne de départ et ces conditions n'étaient pas pour me rassurer.
Parti avec Cyrille, Didier et Fanfan, compagnons OVS du jour, j'ai assuré un petit 10 km/h de moyenne sur le premier semi.
Mais cette allure , un peu trop lente, ne me convenait pas vraiment alors j'ai haussé le ton, juste assez pour être à l'aise car j'en avait moralement besoin.

Au final, pas de grosse galère et pas besoin de trop aller puiser dans les réserves : course bien maîtrisée.

En résumé :
- un chrono de 4h08'22"
- 2402 ème / 3185
- 414 ème V2H / 546

A bientôt pour les traditionnels récits, album et autres réjouissances vidéo d'après marathon sur la page dédiée WK

LienLe journal de l'événementLien
Page 10 - Article N°330

News
Idx N°39121/04/2014 à 15:44 - Nantes : son carnaval, son marathon et....
Partager
imprimer
Il y a 9 jours, Nantes vibrait aux couleurs de son magnifique carnaval.
Nous y étions notamment pour découvrir et encourager le spectacle de danse indienne Bollywood de celle qui partage maintenant notre aventure familiale.
Quelque chose me dit que vous n'aurez aucun mal à la localiser sur la vidéo.
Son petit nom c'est Célia. L'heureux élu, c'est mon grand Gaël.
Je vous laisse apprécier.

Dans 6 jours, Nantes sera aux couleurs du marathon.
Bon, mon nom n’apparaît toujours pas dans la liste des inscrits alors que mon dossier est parti le 3 mars. Mais j'ai obtenu une réponse encourageante de la part de l'organisation : mon dossier n'est pas perdu, il est en instance de traitement...

L'heure est donc au repos. Un petit footing ce matin, un autre jeudi soir. Peut-être une petite séance de natation-détente mercredi. Ce sera tout pour cette semaine.

L'après-marathon est déjà bien rempli.
Berlin, vous étiez déjà au courant.
Après la course en couple Elle & Lui que je ferai avec Marie le 17 mai, Jean-Philippe m'a proposé la première édition du Trail des trois rivières à Locmariaquer (Morbihan).
Ce sera le... 18 mai.
9,2 le samedi + 36 km le dimanche, le weekend sera éprouvant.

Voilà, place au carnaval de Nantes et sa parade nocturne.




LienLe site du Trail des 3 rivièresLien
Page 10 - Article N°329

Marathon
Idx N°38907/04/2014 à 15:24 - Berlin : c'est décidé...
Partager
imprimer
J'y vais.
Je n'y vais pas.
Pendant quelques mois, bien que déjà inscrit au marathon, j'ai tergiversé la faute à un contexte personnel défavorable.

Cette fois-ci, c'est décidé : je prends le risque.

Transavia pour le vol direct au départ de Nantes et Booking.com pour un hôtel au centre de Berlin, tels ont été mes choix du jour.

Le séjour sera court pour limiter la casse si toutefois, je devais déclarer forfait au dernier moment.
Départ le vendredi matin et retour le lundi dans la journée : nous aurons peu de temps pour faire du tourisme mais ce sera mieux que rien.

Allez, on croise les doigts SD SD SD

LienTous les détails dans mon journalLien
Page 10 - Article N°328

Récits compétitions
Idx N°38806/04/2014 à 19:01 - Les Sentiers des Vignes : à la peine
Partager
imprimer
Il y a des jours où on est au top de sa forme, d'autres où il faut s'accrocher.Hier, j'étais dans la deuxième configuration.
Un gros rhume chopé dans la semaine, repos forcé car trop fatigué, je suis arrivé à St Julien de Concelles en petite forme ce samedi.

Nous avions covoituré avec Erwan pour retrouver sur place mes amis OVS, Marie, Jean-Phi et Romain (Qui n'est pas sur la photo car arrivé à la bourre).

Récup du dossard, le N°1199, beaucoup de tchatche et seulement 5 petites minutes d'échauffement, juste pour me confirmer que les jambes sont lourdes et que la partie va être difficile.
D'autant plus que je ne suis pas un adepte des courses en après-midi.

Le ciel est très nuageux. Il crachote par moment mais la température est douce.
Le départ et l'arrivée sont situés au bord du plan d'eau du Chêne. Le parcours est 100% nature, tout juste quelques routes à traverser.
Le vignoble sera notre horizon.
Annoncés 19 km.

16h00, c'est parti pour une première boucle de 10 km.
Les premiers kilomètres sont plutôt plats : heureusement car mon démarrage est poussif. Je me traîne des guibolles en béton, le souffle est court, le nez bouché, résidu de mon rhume de la semaine.

Mais voilà, je ne suis pas venu pour tricoter donc j'ai envie de faire de mon mieux. Alors, même si je suis à la peine, je force et me dis que, même si je craque, ce sera mieux que d'avoir des regrets.

Un peu de côtes à partir du 4ème, mes moyennes oscillent entre 4'12" et 4'47". Sans être terrible, ça reste correct.
La première boucle sera au final de 11 kms : alors que les concurrents du 10 (enfin 11) en terminent, nous, nous attaquons une boucle de 9 km différente de la première... mais des vignes partout quand même SM

C'est finalement vers le 11ème, à la faveur d'une petite descente que je vais retrouver un peu plus d'allant.
Mais bien vite, un début de point de côté va commencer à me faire souffrir.
Quelques montées un peu plus sévères et ma moyenne chute un peu.
Au 16ème, mon diaphragme me fait trop mal : je suis obligé de m'arrêter quelques instants pour m'étirer et laisser passer la douleur.
Une flopée de coureurs me grille, les boules EV

Je repartirai doucement. Ce petit break forcé m'aura été salutaire.
Sans vraiment accélérer, j'arrive à hausser un peu l'allure et rattraper, chacun leur tour, trois coureurs qui ne pourront s'accrocher. Bon pour le moral.
Mais je suis en surrégime, ça c'est sûr.
Et quand ma Garmin m'annonce 19 km, j'attaque seulement le tour final du plan d'eau...
L'arrivée, ce n'est que 1,5 km plus loin que je la franchirai sous les acclamations du public présent, vraiment chouette. D'ailleurs, du public, même s'il n'y en avait pas dans les chemins de vigne, il y en avait un peu à chaque passage habité : plutôt chaleureux tout comme les bénévoles répartis un peu partout sur le tracé de la course.

Le chrono est stoppé à 1h36'25".
j'ai fait ce que j'ai pu avec le moyens du jour. J'ai tout donné. Je suis HS CF
60ème, il y a deux semaines au trail AtlantiSport, cette fois-ci, je suis 61ème, 9ème V2. 12,7 km/h de moyenne sur ces 20,5 km, pas si mal au final.

Je retrouverai plus tard mes amis, le temps de déguster une crête et de boire une petite bière bien méritée.
Marie, deuxième senior féminine, est appelée pour le podium. Comme elle est déjà partie , c'est Erwan qui récupérera sa récompense.
En résumé, une course bien sympa et bien organisée. En récompense, une serviette qui ira rejoindre ma collection.

Maintenant, je regarde du côté du marathon de Nantes.
Ce sera dans 3 semaines .... à condition que j'y sois inscrit.
Le dossier que j'ai renvoyé à Ouest-France suite à l'annonce de mon gain n'a toujours pas donné lieu à inscription.
Je commence à me poser des questions GR

LienLe site du RCNLien
Page 10 - Article N°327

Récits compétitions
Idx N°38729/03/2014 à 08:44 - AtlantiSport : une petite photo
Partager
imprimer
6 jours après cette belle course sur mes terres herblinoises sont parues quelques photos.
En voici une prise dans le 5ème kilomètre sur le nouveau passage aménagé l'année dernière qui permet de traverser les marais pour rejoindre le site de Tougas.

Les efforts consentis pour ce joli chrono ont laissé des traces : grosses courbatures et belle fatigue cette semaine.

Prochaine étapes (et dernière compétition avant le marathon de Nantes), les Sentiers des Vignes à Saint-Julien de Concelles.
Encore un trial et 19 kms cette fois-ci...

Page 10 - Article N°326

Récits compétitions
Idx N°38623/03/2014 à 17:41 - AtlantiSport : un trail au bout du weekend
Partager
imprimer
J'aurai pu intituler ce récit "un trail à l'arrache" mais j'ai préféré mettre en avant la cause et non la conséquence.
Explication.

Ce trail n'a aucune surprise pour moi même si, cette année, le parcours empreinte une nouvelle voie dans les marais ouverte il y peu.
Saint-Herblain, c'est chez moi. J'en connais tous les chemins.
Côté logistique, c'est pratique.
Départ de la course à 11h30, un peu tard à mon goût, mais ça me permet de partir tranquillement de la maison un petite heure avant.

Ce matin, les jambes étaient un peu lourdes. Pas d'excès sportif cette semaine, non.
Juste deux soirées enchaînées les vendredi et samedi soir : pas d'excès non plus côté boisson et nourriture. Juste des soirées sympa à jouer de la musique et fêter une "dé-pendaison de crémaillère" avec des amis.
Sympa mais, manque de sommeil et station debout jusque tard dans la nuit m'auront un peu usés.

Fait rien, il fait beau ce matin et, comme à Orvault il y a deux semaines, j'ai envie d'en découdre.
Par contre, un vent fort et glacial refroidi un peu mes ardeurs.
Comme d'hab, beaucoup de parlotte avec des amis : tant et si bien que je ne m'échaufferai pas et serai surpris par le coup de feu du départ.

Je sais que les chemins ne sont pas gras. Le soleil des dernières semaines a bien asséché le parcours que je suis allé reconnaître jeudi dernier.

Départ canon s'il en est : premier kilo bouclé en 4'00" pile, n'importe quoi EV

La suite est plus moins régulière, la faute aux relances du parcours. Il n'y aura que deux kilos que j'aurai bouclé en plus de 5 minutes.
Globalement, je tire beaucoup sur la machine car j'ai envie de faire mieux que l'année dernière où j'avais bouclé les 18 kms en 1h33'.

Donc je fonce quand le dénivelé est favorable et fait chauffer les cuisses quand ça grimpe. Je suis toujours en limite mais trouve toujours le moyen de récupérer après un effort un peu trop brutal.

La carrière, ses côtes et marches, le site de Tougas, la remontée vers le Bois Jo, tout défile assez vite.
Le peloton est très étiré et, à chaque fois que le fort vent froid du jour nous prend de face, je n'ai aucun coureur à qui m’accrocher.
Globalement, à partir de la mi-course, j'aurai couru de manière assez solitaire. Faut dire que je suis parti devant, comme un taré et que , une fois doublé par les plus rapides, les écarts se sont creusés.

C'est vers le 12ème que je vais vraiment commencer à en ch... dans les côtes.
La remontée accidentée du Bois Jo va me faire souffrir et je vais y laisser un peu de temps.
Mais, les coups d'oeil au chrono m'indiquent que je suis largement en avance sur mon objectif du jour alors je gère.
De toute façon, j'arrive à relancer dès que c'est moins pentu donc je continue à forcer, forcer, forcer.
J'arrive à gratter deux concurrents qui pourtant étaient bien loin devant.
Et, à l'arrivé sur le site final d'Atlantis, j'ai en point de mire un petit gars que j'ai à coeur de griller avant la ligne d'arrivée.
Ca va bien m'aider non seulement à ne pas relâcher mais à forcer comme un bourrin pour atteindre ma cible quelques dizains de mètres avant la ligne.
Après un premier kilo en 4'00", je boucle le dernier en 4'08", pas mal!

1h24'48" à mon chrono, super au vu de ma condition physique du jour.
Une moyenne de 12,7 km/h qui me satisfait si l'on tient compte des difficultés du tracé.
60ème / 252
6ème V2 / 36

Je ne traînerai pas trop car le vent me refroidi vite.
La pluie s'invitera alors que je quitte le site...

Maintenant, en route vers le marathon de Nantes.
Pas de prépa spécifique, pas d'objectif BE
LienLe site AtlantiSport EnvironnementLien
Page 10 - Article N°325
jack le 28/03/2014 à 16:40
Et bien JC, tu tiens la grande forme.
A croire que le bain de boue du Landreau t'a fait un bien fou ! TG
Bonne continuation à toi et bonne chance pour Nantes.

Récits compétitions
Idx N°38509/03/2014 à 18:32 - Orvault : un semi de printemps !
Partager
imprimer
Décontracté, c'est le moins qu'on puisse dire. Je suis arrivé décontracté à Orvault ce matin.
Température printanière, content d'être là, pas d'objectif. Juste profiter.

C'est l'avantage de se faire une compétition non planifiée, comme ça, décidé à l'arrache la veille au soir.

Côté physique, je n'avais pas mis tous les atouts de mon côtés. 4 séances d'entrainement cette semaine et des fractionnés vendredi, tout ça avec les jambes en plombs résultant de mon défi des Fondus et de ses 78 kms de flotte et de boue.

Mais, fait rien, j'avais envie d'y être. J'y étais.
Je n'avais pas couru ce semi-marathon d'Orvault depuis des années mais dans mon souvenir le parcours était assez pentu avec beaucoup de côtes, de relances et de faux-plat.

Je retrouve donc mes amis Ovésiens sur le parking du centre Leclerc Grand Val vers 9h30, fais la connaissance de nouvelles têtes.
Tout juste un petit échauffement pour ne pas partir à froid tout en conservant un maximum d'énergie.
Energie dont j'ai peur de manquer vu la forme affichée durant la semaine.

10h15, c'est parti. Avec le pacer des 2h00, je suis englué dans la foule ce qui m'oblige à partir lentement.

Mais, dès le deuxième kilo, je m'aperçois que je suis déjà à un rythme élevé : 4'21" !
Que faire, c'est un peu tôt pour y croire et puis un long faux-plat nous attends.
Et voilà, les kilos défilent sans forcer et même avec les côtes, je reste largement sous la barre des 5 minutes au kilo.

Les côtes, là je sens bien que mes cuisses sont encore sous le coup de mon Défi d'il y a quinze jours. Je peine à garder la cadence.
Mais dès que le dénivelé m'est plus favorable, je vole : 4'18", 4'16", je n'en reviens pas.

La deuxième moitié du semi est bien plus accidentée. Je vais laisser pas mal de secondes dans les montées.
Les jambes sont un peu fatiguées.
Mais, si je ne peux plus accélérer, je ne ralentis pas beaucoup non plus.
Mon objectif se précise à 1h45', se transforme au fil de la route en objectif de 1h40' puis je me dis que moins de 1h40', c'est jouable... à condition de tenir quand ça grimpe.

J'oscille entre 4'30" et 4'50" selon les aspérités : la machine souffre un peu (mais à peine), tient bon.
Le 20ème est en descente : je le boucle en 4'25".
Là, j'ajuste mon objectif à moins de 1h38' car je sais que le final est terrible avec son mur suivi de plusieurs long faux-plats.

La descente sur le parking du centre commercial et les derniers hectomètres, je les boucle à plus de 15 km/h avec une pointe à 17 !

Quel bonheur de franchir la ligne avec une telle facilité.
1'37'40" à mon chrono : inespéré.

Je récupère mon T-shirt technique et un sac de victuailles.
Avec les amis qui sont déjà arrivés et ceux en terminent, nous referons longuement la course sous un magnifique soleil.

Je me félicité d'avoir eu la bonne idée de m'inscrire à cette course hier soir.
Maintenant, dans deux semaines, le trail AtlantiSport : 18 kms sur mes terres et des côtes, je vais encore en manger ER

LienLe site du semi-marathonLien
Page 11 - Article N°324