Fondjede
Petit blog d'un coureur ordinaire
France01/10/2017Trail Mauves en VertLe premier relais de 24 kms pour moi
Hongrie15/10/2017Marathon de BudapestLe numéro 50 sur ma liste
France26/11/2017Marathon de La Rochelle51 x 42,195
Dimanche 24 Septembre 2017Bas de page
  418 article(s)
Marathon
Idx N°46112/12/2015 à 17:22 - Porto : la vidéo enfin ! Fait marquant N°461
Partager
imprimer
Un planning très dense, c'est le moins qu'on puisse dire.
Pas vraiment eu le temps de refroidir depuis notre retour de Porto il y a plus d'un mois déjà.

La voilà enfin, la vidéo de mon 41ème marathon, mon premier sur le sol portugais.
Je peux ainsi clore ce chapitre même si la page portugaise ne s'est pas totalement refermée : cette semaine, profitant d'offres avantageuses sur les vols à destination de Lisbonne, j'ai signé pour le marathon du 2 octobre 2016 ER

Autre chapitre que je dois encore terminer... en vidéo : La Rochelle...



LienLe journal du marathon de PortoLien
Page 5 - Article N°378

Récits compétitions
Idx N°46006/12/2015 à 13:38 - TNT : froid et chaud !
Partager
imprimer
Il faisait bien froid ce samedi soir aux Touches.
Ajouté à cette faible température, un petit vent glacial achevait de nous faire regretter notre chaud cocon familial.

Avec Didier, après Château-Thébaud l'année passé, nous avions choisi Les Touches comme course au profit du "Téléthon".
Course du club de mon ami Yoann.
250 coureurs maximum : 79 sur le 23 kms.

Deux distances au programme de cette première édition : 11,5 et 23 kms soit une boucle ou 2.
Deux pour nous.

Dans la salle des sport nous retirions assez rapidement notre dossard, le N°2325 pour moi, ainsi qu'un super maillot manches longues jaune fluo.
Ca sentait la belle organisation et ce fût le cas.

Quelques tours d'échauffement autours du terrain de foot, il était impossible d'attendre sans bouger tant la température et le vent étaient froids.

La stratégie de course était fixée : 6 jours seulement après le marathon de La Rochelle, un modeste chrono de 2h10, un premier tour doucement, plus au deuxième en fonction des possibilités du jour.

Fumigènes rouges, TNT D'AC/DC en fond sonore, frontale allumée, le départ était donc donné à 19h.
La stratégie de course a volé en éclats dès les première secondes.
Didier parti comme un fou et moi, j'ai suivi.

Pas de grosse difficulté sur ce parcours assez roulant : un peu de boue par endroits et quelques longues côtes mais pas de gros dénivelé. Heureusement car, dans ces parties montantes, mes cuisses peinaient à grimper.

Avec Didier, nous déroulons donc avec un rythme proche de 12km/h : j'ai peur de ne pas tenir et laisse à plusieurs reprises filer mon compagnon de route qui à chaque accélération me laisse sur place et me colle 50 mètres dans la vue.
Moi, je préfère jouer la prudence et la régularité sur ce premier tour.
D'autant plus que nous sommes mêlés aux coureurs du 11,5 qui peuvent se permettre d'aller plus vite.

Le parcours est bien balisé. Les signaleurs aux bons endroits nous guident efficacement.
Une belle côte suivie d'une belle descente nous ramènent au stade pour le seul et unique ravitaillement de la course avant d'attaquer la deuxième boucle.
Pause technique , boisson sucrée et 3 TUC plus tard, nous partons à l'assaut du dernier tour.
Nous sommes annoncés 35 et 36èmes.

En terrain connu sur cette deuxième itération, il était plus facile pour moi de gérer mon allure sachant ce qui m'attendait.
Les cuisses ne semblaient pas vouloir capituler malgré de belles raideurs.

Et j'ai naturellement haussé le ton.
Objectif, être dans les 30 premiers. Nous avons doucement mais sûrement remonté quelques concurrents dont les deux première féminines.

79 coureurs seulement sur le 23 kms, les écarts se sont vite creusés.
Et, au loin une frontale, qu'ils nous sera difficile de remonter.
Mais, patiemment, nous avons grignoté l'avance de ce coureur qui sera mon lièvre et, une fois dépassé, me mettra la pression jusqu'au bout.
Je lâcherai Didier, conservant toujours une petite avance. Plusieurs fois, je me retournerai pour le garder en vue, ralentirai un peu, me ferai dépasser par ce coureur qui ne lâchait rien.

Didier ne revenant pas, je décidais de donner tout ce qui me restait en stock.
Avec ce coureur qui me marquait à la culotte, nous finirons par rattraper un autre concurrent, le doublerons.
Je ferai un effort supplémentaire sur les deux dernier kilos pour prendre mes distances.

Au maximum de ce que je pouvais donner, j'ai souffert dans la dernière côte, ai accéléré dans la dernière descente pour aborder le stade avec une belle marge de sécurité.
Pris en photo sur la ligne d'arrivé, dossard flashé pour marquer la fin de la course, je ne patienterai que quelques secondes pour voir arriver Didier.

Chrono bloqué à 1h52'12", je n'en reviens pas d'avoir été capable de courir ce trail de nuit à un tel rythme.
Inutile de dire qu'à ce moment là, je jubile de satisfaction.

Je savourerai une bonne soupe chaude, échangerai mes impressions avec quelques coureurs.
Bien vite, nous retournerons nous changer car, malgré le froid, je suis trempé de sueur.

Je retrouverai ensuite Yoann à qui j'avais prêté mon caméscope pour filmer le départ : la vidéo est ci-dessous.

Ce matin, les classements :
24ème au scratch et 2ème V2, super !


LienSite Les Touches RunningLien
Page 5 - Article N°377

Musique
Idx N°45905/12/2015 à 10:26 - Les Insus à Nantes
Partager
imprimer
Les trois membres du mythique groupe Téléphone qui à 'bercé' mon adolescence partent en tournée dans toute la France.

Aubert, Bertignac, Kolinka sur la même scène du Zénith à Nantes, ce sera pour le 7 mai 2016.
Difficile d'avoir des places mais, connecté un petit quart d'heure avant le début de l'ouverture des réservations, j'ai réussi à en attraper 2 ER

RKRKRK

Quelques minutes plus tard, je récidivais avec deux places pour voir ces mêmes énergumènes au festival de Poupet à Saint-Laurent-sur-Sèvre ER

LienFestival de PoupetLien
Page 5 - Article N°376

Marathon
Idx N°45701/12/2015 à 15:05 - Kyoto : coup de bambou !
Partager
imprimer
Bad news, ce matin.
Coraline de passeport-Groupes m'a appelé pour m'informer que le séjour à Kyoto était annulé.
La faute à un nombre important de désistements suite aux attentats parisiens de novembre dernier.
Même si je peux en comprendre les circonstances, la déception est énorme.

Il me reste cependant un petit espoir : geste commercial, le dossard marathon m'est offert. J'apprécie le geste.

Il me faut maintenant essayer de boucler l'organisation du séjour.
Pas simple car je vais m'y prendre tardivement et qu'il ne me reste que peu de temps !
Page 5 - Article N°375
fondjede le 17/12/2015 à 18:05
C'est officiel depuis ce matin, Passeport-Groupe jette l'éponge après avoir essayé de nous proposer un plan B.
Me reste le dossard marathon... et peu de temps pour essayer de boucler un projet BN

News
Idx N°45114/11/2015 à 18:57 - Saint-Nolff annulé : triste weekend
Partager
imprimer
Voilà, la décision est logique : suite aux horribles attentats parisiens d'hier soir, le coeur n'y était plus.
La course a donc été annulée.

Avec la team OVS, nous nous réunirons tout de même demain matin pour un petit trail off sur les bords de Sèvre nantaise.... histoire de ne pas capituler.
Page 5 - Article N°374

Marathon
Idx N°45011/11/2015 à 12:29 - Marathon de Porto : le piège !
Partager
imprimer
Me voici revenu de Porto.
Un séjour particulièrement ensoleillé marqué par la découverte d'une ville très agréable. Je vous en raconterai un peu plus lorsque je rédigerai mon récit.

Un vrai piège cette ville attrayante flanquée sur des contreforts rocheux en bordure de mer et de fleuve: les deux jours qui ont précédé le marathon ont été riches en kilomètres de ballades.
Ce qui m'a tué avant l'heure, ce sont ces centaines de marches et de côtes à escalader pour accéder à tout ce que nous souhaitions voir.

Bilan, dimanche matin, j'étais courbaturé.
Des muscles fatigués, pas terrible pour se lancer sur un marathon.
Du coup, même en partant doucement, j'ai peiné du début à la fin : marathon laborieux où j'ai souffert sur les dix derniers kilos, complètement à bout de force, achevé par une chaleur et un petit vent côtier terriblement déshydratants.

Fait rien, j'ai beaucoup apprécié et, il ne fallait pas en douter, je suis allé jusqu'au bout de ce 41ème défi.

Me reste plus qu'à faire le tri des photos, rédiger un petit compte-rendu et faire le montage vidéo.

LienLe journal de l'événementLien
Page 5 - Article N°373

Récits compétitions
Idx N°44826/10/2015 à 10:56 - Trail Urbain Nantais : Oblates puissance 3 !
Partager
imprimer
Voilà une semaine bien riche qui vient de se terminer.

Premièrement car, vous l'aurez constaté, j'ai mis en service la nouvelle version de ce site. L’aboutissement de 6 mois de travail acharné et une nouvelle présentation qui, je l'espère vous séduira.
Cet article est le premier à bénéficier de cet environnement technique plus 'moderne'.

Deuxièmement car, hier, c'était mon traditionnel rendez-vous avec les marches de la butte Sainte-Anne.

Le Trail Urbain de Chantenay fêtait en ce dimanche sa 90ème édition.
Pour l'occasion, son parcours avait été enrichi d'une petite boucle supplémentaire par le parc des Oblates. Ce qui portait sa distance à 14,9 kms.
Oblates3 : avec les deux passages ajoutés (en sens inverse) l'année dernière, c'est trois fois que nous arpenterons ce petit parc urbain.

Cette course est sûrement celle où je retrouve le plus d'ami(e)s running au pied (ou pas).
Cette édition n'aura pas fait exception et c'est toujours avec un énorme enthousiasme que j'ai conversé à tout va que ce soit avant ou après la course.
Danielle, Viviane, Luc, Thierry, Franck, Pierre, Yannick, Cécile, Romain, Christine, ... j'en oublie, soyez indulgents SD

Que dire, sinon que le soleil était au rendez-vous de cette fraîche matinée. Météo idéale.
Que je retirai mon dossard, le N°428 à la mairie de Chantenay vers 9h00. Organisation toujours impeccable.
Que je prenais un petit café dans le bar en face de la mairie quelques instants plus tard en bonne compagnie... pour n'en ressortir que dix minutes avant le top départ BE
Juste le temps de courir à la voiture pour enlever mon blouson et me placer dans le peloton.

A deux semaines de mon marathon de Porto, je ne voulais pas trop prendre de risques.
D'autant plus que depuis deux semaines, avec ce petit coup de froid et ses première gelées, ma forme physique était un peu en berne : fatigue et petit point de contracture au mollet gauche.
Donc, parti pour être raisonnable tout en courant quand même à un rythme soutenu mais sans me faire mal, le deal du jour relevait de l'équation à plusieurs inconnues SM

10h00, nous partions... mais pas ma Garmin dont la synchronisation GPS se faisait attendre : elle ne daignera démarrer qu'au bout de 6,5 kilomètres.

Comme d'hab, je partais à fond pour éviter les goulots d’étranglement aux passages étroits.
Pas de repère kilométrique, pas de chrono pour ajuster le tir, je devais uniquement me baser sur mes sensations.
Nouveauté, la longue descente du départ était donc cette année agrémentée d'un détour et d'une remontée par le parc des Oblates.
Nous reprenions ensuite les traditionnelles ondulations chantenaysiennes.
J'en profitais pour lever un peu le pied et reprendre mon souffle.

Peu avant la première escalade de la butte Sainte-Anne, mon chrono daignait enfin vouloir démarrer. Mais, peu importe, j'avais jusque-là bien géré mon allure pour me stabiliser à un rythme qui me convenait.

Première montée des 120 marches de la butte : impeccable, pas de cuisses en feu, un peu essoufflé quand même mais avec une rapide récupération.
Bon présage pour le deuxième tour.

Ce deuxième tour que j'ai avalé sans peine : bonnes sensations, pas de souci dans les côtes, bonne récupération dans les descentes, rythme sur les rares portion plates.
La deuxième ascension de la butte s'est faite sans trop souffrir.

Avec le beau temps, les spectateurs étaient en nombre et j'ai eu ma part d'encouragements.

Le long final en montée vers la mairie ne fût qu'une formalité.
Tradition oblige, je remontais une féminine qui peinait un peu sur cette portion délicate et m'offrait un sprint final pour cramer quelques mètres avant la ligne un concurrent que je m'étais mis en ligne de mire.

Même pas regardé le chrono, aucune idée de mon temps à ce moment là.

Je récupérais ma petite boîte de friandises aux couleurs de l'événement et repartais pour un petit décrassage le long de la ligne droite d'arrivée.
Je la descendrais et la remonterais trois fois pour accompagner jusqu'à l'arrivée copains et copines.

Après une longue séance de bavardage, j'irai voir les résultats.
1h08h34" et un bon 13 km/h de moyenne, pas à dire, je ne m'attendais pas à avoir tenu une telle cadence sur ce terrain de jeu accidenté qui plus est sans vraiment me faire mal.

Allez, encore un peu de bonheur dans ma musette, toujours ça de pris.


LienLe site du MSCLien
Page 5 - Article N°372
Denis le 26/10/2015 à 19:00
Toujours un plaisir de te lire GH. Le tour de Chantenay est également une de mes courses préférées même si je suis un néophyte (un an de pratique). J'ai pris comme toi beaucoup de plaisir ce dimanche. Tu m'as encore battu mais l'écart se resserre (45")WK. Amicalement
URéponse de fondjede le 27/10/2015 à 10:14
Merci Denis,
Tu fais bien de me rappeler tes performances... je vais devoir limiter l'accès à mon blog aux gens qui courent moins vite que moi... sinon je n'aurai plus d'admirateurs MD

coach jack le 27/10/2015 à 11:32
Félicitations JC pour ton nouveau site, superbe look et toujours aussi agréable à regarder ! WK
Et que dire de tes résultats, je suis toujours aussi admiratif de voir que tu maintiens un excellent niveau GH. Çà laisse rêveur pour moi qui suit quasi à l'arrêt depuis plus d'un an DD
Au plaisir de te recroiser un jour si mon organisme le veut bien et bonne continuation dans tes prochains défis.
URéponse de fondjede le 27/10/2015 à 14:06
Content de te voir passer par ici Jack.
J'espère sincèrement que tu vas retrouver la forme et pouvoir élaborer de nouveaux projets ultra sportifs.


News
Idx N°44720/10/2015 à 11:26 - Un nouveau look
Partager
imprimer
Cela faisait un bail que j'y songeais.
Mais face à l'aspect tentaculaire du travail à réaliser, j'ai longtemps tergiversé.

C'est vrai que, créé en 1999, mis en ligne en 2000, même si quelques ajustements graphiques ont eu lieu, ce site avait un aspect un peu désuet voire vieillot.
Les technologies ont évolué en 15 ans.
Il était temps que je m'y mette.

J'ai donc commencé en mai de cette année une refonte totale de mon site perso que ce soit sur le plan de l'architecture technique et sur le plan fonctionnel et graphique.
Presque 6 mois de travail et un nombre d'heures incalculable passé à reprendre tout ce qui faisait l'intérêt des pages que je vous présente depuis plus de 15 ans.

La migration est donc pour bientôt.
Une petite coupure de service est prévue.
Il y aura certainement quelques imperfections à corriger.
Mais voilà, bien avant le nouvel épisode de Star Wars, je vous délivrerai la nouvelle mouture de ma vitrine musico-sportive sous peu.
Page 5 - Article N°371
symphorien le 20/10/2015 à 21:41
Vivement la suite et nos retrouvailles aussi TL
fondjede le 21/10/2015 à 19:11
Allez, c'est en cours...
Début de la migration aujourd'hui.
Le gros du boulot est fait.
Restent quelques ajustements à réaliser et petites imperfections (pour ne pas dire bug) à corriger... mais ce sera pour demain.
CD

Récits compétitions
Idx N°44604/10/2015 à 18:10 - Course nature de la Vallée du Cens : pas si mal !
Partager
imprimer
Lundi dernier, en RTT, je prenais un peu de temps devant mon PC à la recherche de quelques courses à mettre à mon agenda.
Plus moyen de s'inscrire au trail de Mauve en vert, dommage.
J'optais donc pour cette course nature de 18 kms à Orvault.

La vallée du Cens, je la connais pour y avoir pas mal traîné mes running mais cette course je ne l'avais encore jamais courue.
L'occasion était donc rêvée.

14h15, je retirais mon dossard, le N°204, et retrouvais sur place le groupe OVS du jour emmené par Marlène.
Météo plus ensoleillée et chaude que prévue, heureusement que le parcours s'annonçait ombragé.

Côté forme, pas l'extase. Deux semaines seulement après mon marathon de Tours, mes jambes étaient ces derniers jours un peu réticentes à la reprise de l'entraînement. Je ne m'attendais donc pas à péter les scores.
Connaissant les aspérités du parcours, le mot d'ordre était : sagesse.

15h15, après un modeste échauffement, nous prenions le départ.
Les 2 premiers kilos totalement plats, idéal pour ma mise en jambe, me permirent de me placer en "début" de peloton en prévision des monotraces annoncés et de leurs fatales et chronophages queues leu-leu.

Il fait chaud et j'ai très vite soif, terriblement soif.
Mes jambes ne sont pas encore au top quand nous attaquons les premiers sentiers : escarpés, sinueux, obligeant à de constantes relances, je peine un peu.

Quelques coureurs me doublent mais ça je m'y attendais.
Je les laisses me décrocher sans accélérer car je n'ai pas les moyens nécessaires pour trop donner en ce début de course.

Au 7ème kilo, nous rejoignons le site de départ et, enfin, le premier ravitaillement.
Je m'arrête et bois goulûment un grand verre d'eau.
Difficile redémarrage CF
Heureusement c'est une partie de plat et, pas le choix, je gère.
Me fais encore dépasser par quelques coureurs.

S'en suit un long, très long faux-plat qui me fait terriblement ralentir.
Ce qui me rassure, c'est que mes poursuivants restent derrière et semblent autant souffrir que moi.

Vers le 9ème kilo, je suis annoncé à la 53ème place.
Plutôt surprenant car je ne pensais pas être autant "devant".
Doublé dans la foulées par 3 coureurs, puis par 3 autres peu après, je sais que je ne tiendrais pas le rythme jusqu'au bout mais je me fixe comme objectif de rester dans les 100 premiers.

"Le métronomique Jean-Claude", c'est que que j'entends derrière moi avant de me faire rattraper par un de mes lecteurs.
Discuter un peu me fait du bien. Je me résigne à le laisser partir devant.

Résigné à ne pas faire d'exploit mais pas pour autant à la dérive, en vieux briscard, je gère bien mon allure et les constantes relances du parcours me sont plutôt favorables.
Plus personne ne me double et, mieux, je rattrape et double quelques concurrents.

Le parcours est vraiment très agréable : beaucoup de sous-bois, de sentiers verdoyants, vraiment un coin superbe.
Les montées et descentes, parfois abruptes, sont techniques et nécessitent une grande vigilance.
Mes cuisses souffrent mais ne me lâchent pas.

Les kilomètres passent au final assez bien même si ce n'est pas un jour de grande aisance.
Je m'arrêterai brièvement pour boire au deuxième ravito vers le 13ème.
Peu avant le 14ème, la première féminine est annoncée juste derrière moi.
Je pense qu'elle ne va faire qu'une bouchée de moi.
Mais non, dans les montées, je grimpe un peu mieux.
Dans les descentes, je descends un peu mieux.
Sur les parties plus roulantes, c'est elle qui roule mieux RP

Un vrai mur dans le dernier kilomètre que je monte main sur les cuisses.
J'ai un petit avantage sur ma poursuivante : je connais bien la fin du parcours... de la descente principalement.

Je donne alors tout ce qui me reste mais ne prends pas le large.
Je termine au max de ce que je peux donner, quelques secondes à peine devant cette première féminine qui était à deux doigts de me croquer sur le fil.

Je m'arrête tout juste la ligne franchie pour l'applaudir et la féliciter.
Un coup d'oeil à mon chrono : 18 kms en 1h40'30", inespéré.
Je suis vraiment content de ma gestion de course du jour.
Malgré tout, je suis trempé de sueur et complètement explosé.

Peu après arrivent mes amis ovésiens : tout le monde est satisfait de sa course et c'est bien là encore une fois l'essentiel.
Les classements sont déjà affichés au sortir du site et là, deuxième bonne surprise, je suis classé 58ème BL
Pas à dire, j'ai bien tenu le choc et quand je vois que le premier n'a tenu qu'un 13,5 km/h de moyenne, je me dis que cette course n'était vraiment pas facile.

Voilà, je donnerai une très bonne note à cette course : belle organisation ,bénévoles généreux, parcours magnifique.
A faire si vous passez dans le coin.

Ah, je ne vous ai pas tout dit.
Devant mon PC ce lundi là, je me suis également inscrit au trail urbain nantais du 25 octobre : celle-là, je la fais tous les ans. Terriblement dure mais géniale côté parcours et ambiance.
Et j'ai signé pour l'Ecotrail de Paris du 19 mars 2016 : 80 kms dans la vallée de Chevreuse avec un final au premier étage de la Tour Eiffel...

Quelques jours avant, j'avais rempilé pour le marathon de La Rochelle du 29 Novembre. Pourquoi, tout simplement parce que mon fils y poursuit ses études et que j'y ai, pour deux ans au moins, un pied à terre ER

Allez, par pure sagesse, je ferai l'impasse cette année sur les Foulées du Tram, histoire de ménager la mécanique.
Voyez, des fois, je suis raisonnable MD

LienLe site Web de la courseLien
Page 5 - Article N°370

Marathon
Idx N°44221/09/2015 à 18:56 - Marathon de Tours : dure la quarantaine !
Partager
imprimer
Hier, j'ai franchi le cap des 40 marathons.
Mais ce marathon de Tours n'a pas été des plus simples.
La météo était parfaite quoique un peu chaud sur la fin.
Les jambes, pas au top, on subit la loi de mon estomac qui, au 20ème kilo, a décidé de refuser de continuer.

Sans plus pouvoir adsorber le moindre liquide, j'ai tenu un rythme correct jusqu'au 36ème où, tour à tour (humour), point de côté puis crampes à répétitions m'ont scotché au bitume.

J'ai réussi de justesse à finir sous les 4 heures mais dans la douleur.
Pas grave, c'est le jeu.

J'ai passé un bon weekend avec Didier, Frédérique et Jean-Pascal.
Tout celà sera détaillé dans mon futur récit.

PS : ce soir, j'ai signé pour le marathon de La Rochelle du 29 novembre ER
LienLe journal du marathon de ToursLien
Page 5 - Article N°369