Fondjede
Petit blog d'un coureur ordinaire
France26/03/2017AtlantiSportEncore sur le trail de 18 kms !
France16/04/2017Marathon de la Loire1ère édition à Saumur
France30/04/2017Marathon de NantesMon 8ème
Brésil18/06/2017Marathon de RioA nous le Brésil !
Dimanche 26 Mars 2017Bas de page
  407 article(s)
Récits compétitions
Idx N°8903/07/2007 à 21:28 - I Phil good ! Fait marquant N°89
Partager
imprimer
... ou comment passer un week-end géant ! J'en ai tellement à dire que je ne sais pas comment je vais faire pour faire court :)
Débarqués du TGV vendredi soir, arrivés chez Frédo et Emmeline à Nanterre avec ma petite famille, nous patienterons jusqu'en fin d'après-midi le samedi.
Gaël et Nicolas passeront une soirée seuls pour laisser leur parents se rendre au parc des Princes pour LE concert de GENESIS - un de mes groupes favoris depuis... l'adolescence : ça ne me rajeunit pas tout ça.
Que dire de cette soirée grandiose si ce n'est que, de retour à 1h30 du matin, je ne réussirai pas à trouver le sommeil : les images de la soirée ne cesseront de défiler dans ma tête, le coeur battant au rythme des mélodies de Phil (Collins), Mike (Rutherford) et Tony (Banks).
" Turn it on again "I...nou...bli...a...ble !!!
Pas de problème de réveil donc pour me lever à 6h30 dimanche, tout juste un peu la tête en vrac pour aller rejoindre JC mon double. Direction ensuite le château de Vincennes pour les Foulées des Iles, un 10 Km organisé par une association d'antillais (Accolade).
Nous retrouvons là-bas Patrick, Didier (le copain de JC) et Michel (alias Pontgib sur CLM).
Le temps de récupérer mon dossard (N°653 alors que mon JC avait récupéré son N°664 vénitien fétiche), de placer ma puce à la chaussure (la droite toujours), de faire une petite pose photo et nous voilà parti pour un petit échauffement dans les allées du bois : petit pour les jambes mais maousse costaud pour les mandibules et les zygomatiques. Le gang des blablateurs me fait oublier que j'ai des jambes en béton et que je sens déjà que la course va être longue, trés longue (faut bien payer les excès de la veille). On évite de justesse le trouble à l'ordre public, on y aurait eu droit pour peu que la Maréchaussée eu été présente.
L'ambiance sur la ligne de départ est trés calme, détendue, le ciel gris, une atmosphère un peu étouffante et moite sous couvert de nuages.
C'est parti : toujours un peu de bouchon sur les premiers hectomètres, une longue ligne droite sur bitume avant de pénétrer dans le bois. Mes cuisses crient à l'agression. Muscles durs, sensation pas trés agréable et pas rassurante pour la suite.
Je franchis quand même le premier kilo en 3'59".
L'entrée dans le bois sur un chemin pas trés large m'oblige, englué dans le peloton, à suivre sans dépasser ce qui m'évite de m'emballer donc de me griller trop vite. 11'55" au 3ème, plutôt bien mais je me méfie car cette année, j'ai tendance à casser aux alentours du 4 ou du 5ème.
Il y a des spectateurs répartis un peu partout et le parcours dans le bois est plaisant. J'oublie ma fatigue et mes quadriceps m'oublient eux aussi.
Faute de marquage, je perds mes repères de temps et cours totalement au feeling. Au Phil des minutes (j'vous assure, pas besoin de balladeur, j'avais la musique dans la tête), je retrouve de bonnes sensations. Non seulement j'ai l'impression de bien tenir la cadence mais en plus, je double de manière continue pas mal de concurrents et aborde la deuxième boucle bien dans mes baskets.
Une féminine en point de mire : "7ème féminine" lui annonce un spectateur. Je la dépasse puis une autre. La 5ème apparaît un peu plus loin mais je reste à distance ne souhaitant pas abuser des forces qui me restent. Comme cette dernière double 2 autres féminies, elle se retrouve 3ème, moi toujours accroché (du regard) à ses charmantes courbes. Finalement, je me rapproche et finis par la dépasser car elle à baissé un peu de rythme. Le gars qui la coache lui dit de s'accrocher, ce qu'elle fera jusqu'au bout.
Moi, je retouve mes repères au 9èmeKm : 36'38". Super, je peux sans problème finir en dessous des 41' voire améliorer ma meilleure 'perf' de l'année (40'43"). Je mets donc la gomme et accélère vraiment sans problème. Il y a beaucoup de monde sur ce dernier kilomètre et les encouragements me font du bien. Je donne tout ce que je peux pour finalement franchir la ligne en 40'10" (40'21" temps officiel). 3'32" sur le dernier kilo, 14,9 km/h, 4'01" de moyenne au km, 126e/683 : incroyable vu mon piètre état de fraîcheur au départ.
Pas le temps de mollir, je récupère mon sac de récompense, ne regarde même pas ce qu'il contient et repars en trottinant sur le parcours pour aller soutenir mes copains qui n'ont pas encore bouclé l'épreuve.
Je croise Patrick, lui lance quelques encouragements, poursuis mon chemin pour retrouver mon double un peu plus loin. Fringant le garçon : bon rythme le kéké, il se permet même de hausser le ton sur le dernier km. Je l'abandonne quelques mètres avant la ligne d'arrivée puis repars à nouveau. Je ramènerai ainsi jusqu'à la ligne Didier puis Michel qui, bien que fatigués (c'est ce qu'ils disent tous, mais faut jamais les croire) trouverons quand même des ressources pour booster sur la fin. Accras et ti punch pour les blablateurs, moi, je préfère un peu d'eau et un bonne banane pour récupérer.
Pas de bol pour moi, dans mon sac, il y a une petite coupe (ma première). C'est pas possible : il devait y en avoir une pour les 126 premiers et je suis arrivé 126e. Pire que des gamins mes potes, je vous passe les détails. Ca se terminera par une petite photo et un petit tour au bistrot d'à côté pour tchatcher encore et encore autour d'un petit café.
Ils la voulaient tous...... ma coupinette !!!
Le midi, rejoints par ma troupe, Maryline et la maman de JC, nous enchaîneront un super coucous, une longue et belle ballade dans Paris avec un guide de choix (JC, le parisien qui aime Paris et le connaît sur le bout des orteils) et une pose glaces Berthillon (sur l'ile Saint-Louis, la Rolls des glaces).
Et dire que j'ai essayé de faire court ! Voilà où mène la course à pied :)
Dans la course à pied, donc, il n'y a pas que la course à pied : CQFD !
Page 34 - Article N°71
pconvert le 03/07/2007 à 23:15
oh Pétard ! alors là , je suis vert de jalousie !
un WE avec , concert en live , de vrai , avec des chanteurs itou itou ,
une course sympa avec JC , une coupinette .... et un COUSCOUS avec Marilyne !!!!!!!
y ' a des fois , tu m ' énerves , fondjede !!!!!
pontgib le 04/07/2007 à 16:23
Super compte rendu
enchanté d'avoir fait ta connaissance mais tu as, d'aprés ce que j'ai entendu a l'echauffement, largement ta place avec les blablateurs du dimanche matin.
si mon petit probleme de genoux ne s'agrave pas c'est avec plaisir que je vous retruverai tous a Barcelone
symphorien le 04/07/2007 à 22:51
Géantissime week-end!!
Mais avec tout ce que tu as déjà fait tu arrives encore à trouver des moments fabuleux comme çà?

Bravo man!!Continues à nous faire rêver!!
le double le 05/07/2007 à 22:44
Je suis repassé ce soir sur le chemin de l'exploit.
Je croyais qu'il y avait du vent. Non c'était les arbres qui se pliaient pour me saluer d'être le copain du double.
Par contre les écureuils n'étaient pas contents "c'est lui le copain du double, depuis dimanche il est passé si vite que nous sommes tous enrhumés et ceux du dernier km ils ont une bronchite"
Les faisans qui étaient sur le passage de l'échauffement. On tous des boules quies.
Quand c'est qu'on remet ça ?
The webmast'heureux le 06/07/2007 à 08:10
A PConvert : pour la jalousie, on peut faire un concours. Moi, je suis vert foncé quand je lis tes compte-rendu. Oh oui, énerve-moi !!!
A Pongib : mea culpa, je reconnais être agile et endurant côté verbe moi aussi et j'accepte de faire partie des blablateurs du dimanche matin à chaque fois que je serai sur Paris.
A Symphorien : toi, j'attends toujours avec impatience de te revoir cet été. Tu sais ce que je pense de toi :)
A mon double : dis aux écureuils que je leur présente mes plus plates excuses, aux faisans que, malheureusement, je ne vois pas comment faire taire cette incorrigible bande de blablateurs dont je suis si fier de faire partie. J'ai hâte de revoir les arbres du bois de Vincennes. Déjà au courant, ceux de La Rochelle, Barcelone, Athènes, et j'en oublie n'attendent plus que nous. Pourquoi lutter contre le vent ?
rinox le 10/07/2007 à 11:38
Gros veinard. Moi aussi j'étais un fan de Genesis et je les avais vu à l'hippodrome de Vincennes fin des années 80. Chapeau aussi pour ta course d'après concert, indestructible Jean-Claude tu es !

Récits compétitions
Idx N°8816/06/2007 à 22:34 - Foulées des Bords de Loire
Partager
imprimer
Descendu de mon escabeau, laché la truelle, les tournevis et autres outils de bricolage pour un petit break sportif.
Première participation aux Foulées des Bords de Loire, une course de 10Km à Sainte-Luce-sur-Loire composée de deux boucles.
Ste-Luce, c'est pas Stockholm et ses 34°C du WE dernier qui ont fait souffrir mon double. Il fait frais. La pluie a cessé en cette fin de samedi après-midi laissant la place à un vent plutôt costaud.
Comme d'hab, je retrouve sur place plein d'amis de l'UF (Cécile, Yannick, Yohann, Frédéric, Eric), du boulot (Yannick, Dominique) pour ne citer qu'eux.
Retrait de mon dossard, pour moi, ce sera le N°145.
25 minutes d'échauffement, des cuisses en béton, la promesse d'un fort vent de face sur les 2 Km en bord de Loire (à faire deux fois), je ne me fais pas beaucoup d'illusions sur la perf du jour mais pas question de changer de stratégie : le plus vite possible et tenir, tenir, tenir !
Le nombre de coureurs sur la ligne de départ est impressionnant et, tant mieux pour moi, ça bouchonne un peu dans les premiers hectomètres. Le chemin en bord de Loire est étroit. Je m'abrite dans le peloton.
La belle cadence des premiers kilos (3'56" au 1er, 7'51" au 2ème, 15'41" au 4ème) ne me rend pas euphorique car, si le souffle est là, j'ai vite les cuisses en feu.
Mauvais plan, le groupe dans lequel je me tapis me lâche juste avant le 5ème : il va me falloir affronter mes 2Km face au vent tout seul. Je n'avais pas besoin de ce handicap pour baisser d'allure et les 24'05" au 6ème ne trompent pas.
Je me fais doubler par quelques concurrents que je n'arrive pas à accrocher : je rame :(
Heureusement, sur les bas côtés, j'ai quelques supporters dont les encouragements m'aident vraiment à ne pas lâcher.
Ne pas lâcher, ne pas lâcher : même si j'en ai envie sur cette galère de fin de parcours, je m'accroche. L'idée de marcher me trotte dans la tête. Même si le vent me donne une soif du diable, je ne m'arrête pas aux ravitaillements de peur de ne pas retrouver l'énergie de repartir. Luc, Murielle, Cécile, Réné, rien que votre présence m'a fait du bien dans ces derniers kilomètres.
32'32" au 8ème, je ne sais pas comment je fait pour ne pas m'effondrer. Je manque me gauffer dans un petit fossé, perdant l'équilibre dans un virage sur un petit sentier aux abords du 9ème.
La machine vascille mais la vue du stade et du portique d'arrivée vont me donner le peu d'énergie dont j'ai besoin pour franchir la ligne. Je ne trainerai pas trop à discuter car le vent me refroidit à vitesse grand V.
41'04" (14,6 Km/h soit 4'06" au kilo), 89ème/443 (33ème V1), j'ai déjà fait pire certes mais je ne suis pas satisfait par mon manque de punch.
C'est vrai qu'avec le rythme de fou que j'ai en ce moment, je commence à me traîner une petite dose de fatigue que je vais devoir gérer pour attaquer ma troisième semaine de préparation pour San Francisco.
En tout cas, une belle course, bien organisée avec un parcours varié (bords de Loire mais aussi sentiers à travers parcs) et une bonne ambiance. A refaire en 2008.
LienSite du RCN (organisateur)Lien
Page 34 - Article N°70
symphorien le 17/06/2007 à 22:01
Effectivement la truelle, les parpaings, le ciment ne sont pas des ingrédients idéaux pour la course et surtout pour celles où ils faut du fractionné ( jeusqu'au 10000m).
bravo à toi car le temps mis est loin d'être ridicule.
A+

Equipement
Idx N°8703/06/2007 à 22:46 - Mon polar
Partager
imprimer
Mardi, il s'est mis à trembloter, il ne savait plus ce qu'il disait, je pouvais lire le trouble dans ses yeux.
"J'en peux plus, continue sans moi" me disait-il.
C'est la mort dans l'âme que je me suis résigné à courir sans lui vendredi dernier.
Aujourd'hui, je peux le dire : mon premier Polar vient de passer l'arme à gauche. Même s'il fait encore ce qu'il peut pour me donner l'heure, celle de la retraite à sonné.
6 ans de bons et loyaux services, 757 heures à veiller sur mon coeur, à me guider par tous les temps...
Hier, je suis allé en adopter un autre : un Polar toujours mais un RS100. Un peu plus sophistiqué il faut le dire : alarme zone cible, 2 timers pour les fractionnées, mémorisation de temps intermédiaires, FC moyenne, FC max et pourcentage par rapport à la FC max. Quelques nouveaux indicateurs avec lesquels il va falloir que je me familiarise.
Je l'ai étrenné aujourd'hui par une belle matinée ensoleillée, histoire de lui faire découvrir mes coins de prairie, mes chemins.
Je lui ai promis San Francisco et La Rochelle pour 2007,... fait miroiter Barcelone, le Mont Saint-Michel et Athènes pour 2008.
Ensemble, on va faire de belles choses, c'est sûr !
Page 34 - Article N°69
le double le 04/06/2007 à 14:13
je lis quoi : marathon du Mont Saint Michel
Je vois que le JC a été facile à ferer.
D'accord, mais en dilétante comme d'hab. Il faut bien trouver une excuse.
2008 va être notre grande année, 3 marathons ensemble
Le jeudi 14 juin tu fais quoi en fin de compte ?
T'as pas eu mon courriel ?
symphorien le 04/06/2007 à 16:24
Que d'émotion dans ces quelques lignes!!
Et oui, il fallait bien que çà arrive un jour!!Je vois que tu as déjà fait ton programme pour l'année prochaine!!
Mais jusqu'où iras tu?
Et la prépa de cette année avec les truelles?
mariecke le 06/06/2007 à 17:32
c'est marrant comment tu racontes ça ! belle façon d'annoncer tes projets pour 2008 !
j'espère qu'un jour nos chemins se croiseront via CLM
bon courage à toi

Récits compétitions
Idx N°8627/05/2007 à 16:41 - 10 Km de Nantes
Partager
imprimer
Il fallait vraiment aimer la course à pied pour se présenter ce matin sur la ligne de départ des 10 km de Nantes.
Rien à voir avec l'organisation ; le MSC est aguerri à ce genre de manifestation et rien ne peut leur être reproché.
Mais côté météo, cette pluie dense accompagnée d'un vent froid en a découragé plus d'un.
Perso, je n'étais pas trés chaud pour y aller. Ma semaine de congés et de bricolage intense à la maison m'avaient bien usé et quelques courbatures m'accompagnaient à mon réveil en ce dimanche matin.
L'envie de participer a bien vite balayé tous ces obstacles.
Arrivé au stade de la durantière, j'étais déjà trempé de la tête aux pieds rien que pour aller de ma voiture au stand de retrait des dossards où je retrouvais quelques amis de l'UFCPH.
Tout juste un petit échauffement de quelques minutes pour apprécier le vent froid et la pluie puis me mettre à l'abri en attendant le départ. Au menu, un parcours de 3 boucles avec un petit faux-plat assassin dont je garde le souvenir de ma précédente participation en 2006.
C'est au coeur d'un peloton moitié moins gros qu'à l'accoutumée que j'attaque mon premier kilo. La pluie s'est quelque peu calmée passant de douche à crachin. Pas de bousculade ni de perte de temps, peu de spectateurs, je pars un peu vite - 3'51" au premier kilo - puis me stabilise à 4' sur les 3 suivants.
Vent de face, je lutte sans trop trouver à m'abriter tant le peloton s'est vite étiré. Le fameux faux-plat fait mal, je m'accroche mais déjà je sais que je ne tiendrai pas à ce rythme là bien longtemps.
20'05" à mi-chemin, c'est plutôt correct mais je suis cuit. Mes cuisses sont dures mais le souffle est encore là. Je lutte pôur rester accroché à un groupe de 5 coureurs dont 3 ne vont pas tarder à me déccrocher.
7,8,9 je ne pense plus qu'à tenir regardant mon chrono qui m'ajoute lâchement quelques secondes de plus pour chaque kilomètre avalé.
La pluie redonne de la voix sur le final.
L'entrée sur le stade, vent de face, un sprint avec mon compagnon de galère. Surprise, je peux encore allonger ma foulée pour gagner une petite place au général (67ème/182) et terminer en 40'42" (14,7 Km/h soit 4'04" au Km).
Le froid que je n'avais pas senti pendant la course me saisit accentué par la pluie battante qui acccueille des arrivants. Je ne m'attarde pas trop à discuter et retour me mettre au sec dans mon auto.
Satisfait d'avoir fait mieux qu'à Couëron quelques semaines plus tôt et récompensé par ma ténacité, je ne regrette pas d'être venu.
Alors que mon double voit le bout de sa prépa pour Stockholm, ma préparation pour San Francisco se profile. Je vais devoir trouver un peu plus de temps pour m'entraîner... pas facile en ce moment.
Vendredi, au courrier, une enveloppe en provenance d'Italie finissait sa course dans ma boîte aux lettres. 5 superbes photos du marathon de Rome que je vais pouvoir ajouter à mon album.
rinox le 30/05/2007 à 21:24
Sympa Jean-Claude d'avoir braver les intempéries pour signer un nouveau chrono sur ta distance de prédilection en terme de performance, chapeau. J'aurais aimé t'encourager mais comme tu le sais, je livrais moi-même une longue bataille au Futuroscope. Bonne prépa pour San Francisco et passe le bonjour à Yannick et autres éminents membres sympathiques de l'UFCPH.
symphorien le 01/06/2007 à 19:30
Tu ne peux pas tout faire : Le bricolage, visiter et laisser des messages sur le blog des amis et puis espérer faire une perf sous la pluie de surcroît!!!
Non mais tu rêves ou quoi? Bon 40'42 c'est quand même pas mal non plus!!!

Famille et amis
Idx N°8508/05/2007 à 23:06 - Passe d'arme
Partager
imprimer
Une fois n'est pas coutume, j'ai fait une petite infidélité à mon sport favori !
Invité par Lionel, voisin et ami, moi et ma petite famille nous sommes rendus lundi soir à Nantes pour faire... de l'escrime.
Pas banal mais vraiment, j'ai été séduit par cette discipline.
Un peu empoté au départ avec mon épée à la main, fort de bons conseils, je me suis pris au jeu et ai passé un excellent moment à essayer de 'piquer' mon adversaire. Lequel, soit dit en passant, ne m'a pas loupé. On ne peut pas dire qu'on ne sent pas la pointe quand elle atteint son but, en l'occurence Moi !
Sur la défensive au début, j'ai quand même pris un peu confiance, essayant de tenir ma lame du mieux que je pouvais pour lancer quelques assauts... pas souvent concluants faut bien le dire.
A nos côtés, Gaël et Nicolas se sont vraiment fait plaisir en jouant du fleuret suivant les conseils d'un maître d'arme fort sympa de leur consacrer un peu de temps.
En tout cas, débauche d'énergie et une grosse suée sous le masque et la veste. La douche qui a suivie fût fort appréciée.
Un sport tonique et trés ludique.
Si un jour vous avez l'occasion de tester, ne vous en privez pas !
Page 35 - Article N°67
Symphorien le 10/05/2007 à 19:49
QUOOOOI tu joues les ZORRO maintenant?
Remarque, après ton rôle de SUPERMAN des Marathons, çà paraît être une suite logique!!
Ca doit être sympa effectivement.

Récits compétitions
Idx N°8406/05/2007 à 11:47 - 10 km de Couëron
Partager
imprimer
Une course juste à côté de chez moi, un 10Km, pas ce que je préfère d'autant plus que je n'avais repris mes séances de vitesse qu'il y a peu. Mais j'avais envie d'y aller, ça me suffit.
Là-bas, j'ai retrouvé bon nombre d'amis, coureurs du club, donc j'ai plus tchatché que réellement pris le temps de bien m'échaufer m'arrêtant tout les 300 mètres pour discuter.
Je prends le départ volontairement en queue de peloton, petite erreur, car je vais devoir patienter puis pas mal slalomer sur le premier kilo que je boucle quand même en 3'59".
La promenade en bord de Loire est agréable, soleil et vent dans le dos pour ce début de première boucle, bilan, un 2ème kilo en 3'56".
Là s'arrêtent les kilos bouclés en moins de 4'. Le parcours est sympa, je déroule plutôt bien, mais je sens que je plafonne.
Le vent de face sur le retour m'assèche la bouche et je commence à courir avec un sentiment de soif qui ira en grandissant.
La course est agréable, on croise régulièrement les premiers, ce que j'apprécie car ça fait penser à autre chose.
Je termine ma première boucle en plus de 20'30", ce qui confirme que ne ne ferai pas un exploit aujourd'hui.
Je ne résiste pas au ravitaillement et, même si je m'arrête pour prendre le temps de boire, je repars les jambes coupées.
Il me faudra quelques hectomètres pour retrouver mes jambes et mon souffle.
Même si je produis des efforts importants pour tenir le rythme, je ne souffre pas trop. La deuxième boucle passera finalement bien et je me permets d'accélérer dans le dernier kilo pour terminer au sprint, griller deux concurrents devant moi.
41'11" (94ème/353) rien de grandiose mais pas de déception.
La machine est relancée, je vais maintenant me trouver une ou deux autres petites courses (Ste-Luce, Chantenay peut-être) ce mois-ci pour me remettre plus encore dans le bain avant ma prochaîne prépa marathon.
LienLe site de l'ES CouëronLien
Page 35 - Article N°66
Symphorien le 06/05/2007 à 17:55
Couëron, çà c'est un pays que je connaît car j'y ai de la family.
Belle perf entre 2 Marathons.Moyenne si l'on veut car sur Marathon çà vaut 2h48 donc tu vois ce qu'il te resta à faire!!
Titifb le 07/05/2007 à 07:58
Petit blog d'un coureur ordinaire ??? Non, franchement, pas si ordinaire que ça !!!!
Bravo !

Récits compétitions
Idx N°8321/04/2007 à 22:55 - Odysséa : 5 Km en rose
Partager
imprimer
Odysséa, un 5 Km au coeur de Nantes en faveur de la lutte contre le cancer du sein et première course de reprise 5 semaines après le marathon de Rome.
5 Km, c'est une première pour moi qui ne suis pas un adepte de ces si 'petites' distances. Mais c'est pour la bonne cause (cette maladie dont ma tendre moitié à croisé le chemin il y a quelques années de celà).
Arrivé quai de la Fosse une heure avant le départ, il me faut un peu plus de 10 minutes en courant pour rejoindre les copains et copines de l'UFCPH avec qui j'ai rendez-vous (un joli groupe).
Avec le dossard (le N°527 pour moi), nous est remis à chacun un tee-shirt... rose (genre pour passer inaperçu , c'est pas possible!).
Port du tee-shirt impératif, je l'enfile par dessus mon débardeur.
Et c'est à partir ce ce moment que je vais apprécier à sa juste valeur la forte chaleur qui baigne le cours St- André en ce début d'après-midi.
Encore 20 bonnes minutes d'échauffement et nous voilà prêt pour le départ.
Chaotique, le départ : les hommes devaient partir 5 minutes après les femmes et juste avant les marcheurs(ses) mais tout le monde est dans le même sas de départ. Au coup de feu, certains d'entre-nous regardent les féminines démarrer ainsi que pas mal de messieurs qui n'ont pas tenu compte des consignes.
Finalement, il n'y a pas de départ pour la deuxième vague et c'est pour ne pas démarrer après les marcheurs et marcheuses que nous nous décidons à partir. Un point à revoir ce départ.
Pas facile de partir correctement : bouchon au premier virage, tout un peloton parti quelques minutes auparavant à dépasser.
Il fait chaud, trés chaud, trop chaud pour moi sur les bords de l'Erdre.
Ce n'est qu'à partir de 8 minutes de course que je peux commencer à courir de manière rythmée. Au prix de pas mal d'efforts, d'à coups et de slaloms, je me retrouve dans une zone plus 'fluide'. Ce qui me permet de retrouver mon souffle et de faire un peu moins souffrir mes cuisses.
Il y a du monde partout, allongés sur les pelouses pour certains, ce qui rend cette course bien estivale.
Pas de balise kilométrique donc pas de repère de temps : je cours aussi vite que je le peux sous ce cagnard. J'ai la bouche en feu !
Les derniers hectométres sont fait de pavés (des gros, pas comme à Rome) et d'une belle côte qui n'en finit pas.
Un dernier coup de rein et je passe la ligne en 19'21" soit une moyenne de 15,5 km/h.
Pas trop mal vu le départ et mon manque de préparation pour cette reprise.
Aprés m'être réhydraté, je repars direction le quai de la Fosse pour 10 nouvelles minutes de récup en me disant que c'est bien la première fois que je cours plus en échauffement et récupération que pendant la course elle-même.
Une course pas trop pour la gagne mais pour une grande cause : à refaire.
LienSite OdysséaLien
Page 35 - Article N°65
Symphorien le 06/05/2007 à 17:49
5kms, 5kms, trop facile!!
Mais c'était pour la bonne cause!Je reconnaîs bien là ton grand coeur!

Famille et amis
Idx N°8215/04/2007 à 18:41 - Nantes... en marathon ?
Partager
imprimer
Non, rassurez-vous, je ne me suis pas aligné sur la ligne de départ du marathon de Nantes !
Par contre, il faisait un temps superbe voire un peu chaud ce matin.
De plus, voir à la télé tous ces coureurs arpenter les rues de Paris, ça m'a motivé. Ca m'a également fait penser à mon double, bénévole sur cette course.
Je me devais également d'aller encourager deux amis de mon club (Stéphane pour son deuxième et Yohann pour son premier) ainsi que Charlie (CLM aux côtés duquel j'ai déjà fait quelques Km).
Le 15, outre les marathons de Nantes et Paris, c'est le jour anniversaire de mon petit Nicolas à moi. Je devais donc être à la maison pas trop tard pour fêter ça.
Mission commando : appareil photo numérique à la ceinture, 10h30, me voilà parti en direction de La Beaujoire. 1h30 plus tard et 15 Km pas faciles (un peu les montagnes russes les quartiers de Nantes que j'ai traversés) me voici donc au niveau du dernier Km du marathon de Nantes. Je prends le parcours à l'envers à la rencontres de mes amis. J'encourage à deux mains tous ceux et celles qui en finissent et semblent souffrir du temps chaud.
Dans le 41ème kilo, je retrouve Marienbaz et Maélane, mes compagnes de pavés à Rome, elles aussi bénévoles. Quelques mots échangés et me voilà reparti.
Finalement, pour rencontrer Charlie (Juste avant le 40 ème) et Yohann (déjà accompagné par Yannick de l'UF sur ces derniers kilos), il me faudra rejoindre le KM 38. Je fais quelques photos et décide d'accompagner Yohann jusqu'à l'arrivée. Photos et je repars, direction Stéphane... que je retrouve dans le dernier Km : Robert et André, autres copains de club, sont déjà à ces côtés : photos !!
Finalement, c'est André qui me raccompagnera en voiture à la maison.
Il est déjà 13h40 et... je suis attendu. Profil bas...
Bilan : une belle sortie de plus de 25 Km au final et la satisfaction d'avoir, à mon tour, encouragé et reçu en échanges quelques beaux sourires (non, ce n'étaient pas des grimaces de douleur et de fatigue).
PS: j'associe une photo de Charlie à cet article. Mes copains de l'UF auront droit à un petit album dans la section qui leur est réservée.

Page 35 - Article N°64
charlie le 16/04/2007 à 09:36
merci jean-claude pour ton soutien, même quand il ne reste que 2195m c'est dur et une poignée de main, un sourire d'un ami c'est toujours ça de gagné pour remonter le moral.

Marathon
Idx N°8113/04/2007 à 19:23 - La Rochelle : top départ !
Partager
imprimer
Après ma traditionnelle semaine blanche (pas de course à pied et rechargement de mon stock de globules rouges en altitude), retour à ma dure vie de compétiteur acharné :)
Reprise en douceur des entraînements...
Une petite course de 5 Km programmée pour le 21 Avril à Nantes...
... et inscription pour le marathon de La Rochelle le 25 Novembre.
L'hôtel pour la veille est également réservé.
Tout ça en relation... téléphonique avec mon double qui sera du voyage lui aussi tout comme Patrick, fidèle depuis Venise en 2004.
Et puisqu'on parlait voyage, nous avons déjà mis sur le tapis de nos potentielles turpitudes sportives pour l'année à suivre.
Donc, on peu dire déjà commencer à penser à Barcelone (2 mars 2008) et à Athènes en Novembre... hou la la !!!!
LienSite du marathonLien
Page 35 - Article N°63
le double le 14/04/2007 à 14:54
le mont saint michel 08 ?
quoi ! j'ai rien dit.
The web... slave le 14/04/2007 à 16:37
Arrête JC ! Arrête !
Pas un peu chaud le Mont début juin ?

Marathon
Idx N°8023/03/2007 à 22:18 - Rome : récit et premières photos Fait marquant N°80
Partager
imprimer
S'il est des récits qui font plaisir à rédiger, celui-là en fait partie.
J'ai essayé au travers de ces quelques lignes de vous faire partager tous les petits bonheurs qui se sont ajoutés au fil de ce voyage pour finalement donner un de mes plus beaux marathon hors de France.
Pour n'en citer que quelques uns : une météo superbe, un groupe UFCPH bien rôdé, de véritables amis rencontrés grace à CourirLeMonde.org (CLM), la présence de Mon Double, de Maryline, de Patrick (mes comparses depuis Venise en 2004).
Merci à vous tous qui avez agrémenté mon sejour de votre amitié et votre bonne humeur.
J'ai sûrement battu mon record de prise de photos pendant la course : en sélectionnant les plus marquantes, j'espère vous faire partager de l'intérieur ce que j'ai vécu pendant ces 3h44'03"... pavées et mal de tête compris :)
Seul côté un peu faiblard, les photos de Rome, ville magnifique. Trois jours, avec un marathon au milieu, c'est bien trop court pour apprécier ces merveilles et le maigre album que je vous propose n'est qu'un tout petit aperçu de ce que cette cité peut proposer à ses hôtes.
PS : juste un petit mot pour dire à quel point j'ai apprécié les commentaires ajoutés suite à la publication de mon précédent article : merci à leurs auteurs.

LienLe détail et les photos de cette belle aventureLien
Page 35 - Article N°62
Joc le 24/03/2007 à 08:59
Bravi, brava, bravo à toi
Bien pensé à toi le 18 mais débordé par le travail cettte semaine et pris avec plaisir le temps de te lire ce matin !
Je retrouve toujours autant de passion, de rigueur dans la préparation et de superbe narration dans tes récits et j'ai le pied qui s'emballe à chaque fois !
Cette année pour le marathon de Lyon le slogan est "veni, Vidi, Vici": tu l'as fait à Rome comme tu l'as déjà fait aussi bien par ailleurs et que tu le referas alorts je vais aussi tenter de poursuivre ma route marathonienne : Ah ! Paris tu me tiens ! !
Au plaisir
FB le 24/03/2007 à 18:01
Corro ergo sum. Belle devise pour le Marathon de Rome, car la CAP, c'est bien plus que courir. Ton récit le montre bien. A bientôt pour de nouvelles aventures...
Symphorien le 05/04/2007 à 07:57
En plus du livre d'or :

Et voilà un de plus dans ton formidable palmarès des Marathons étrangers et des marathons tout court!
Au prochain! Toi ce sera San Francisco, moi New-york!
See you later....