Fondjede
Trélazé 2011
Mercredi 28 Juin 2017Bas de page
  7 article(s)
Idx N°27822/05/2011 à 15:09 - Voilà, c'est fini...
Partager
imprimer
Voilà, avec la publication du récit, je clos l'épisode 27 de mes aventures marathoniennes.
Ce blog vit son dernier article mais, je l'espère, verra encore de nombreux lecteurs.

Je vous invite donc à revivre cette première édition du Trélazé Anjou Marathon au travers d'un petit album photo (bandeau de gauche), de la carte annotée de ma course, du récit de cette belle journée et de la traditionnelle vidéo.

Mission accomplie, je peux désormais tourner mes talons vers le premier Cap Malo-Rennes que j'affronterai, pour la 3ème fois consécutive cette année, aux côtés de mon pote Thierry GH

LienLe site officiel du Trélazé Anjou MarathonLien
Page 1 - Article N°7

Idx N°27722/05/2011 à 15:02 - Le récit Fait marquant N°277
Partager
imprimer

  • Une bonne heure de route sépare Saint-Herbalain de Trélazé. Pour un départ donné à 9h00, Thierry (Bobosse44) et moi nous étions mis d'accord pour un départ à 6h45.
    Ponctuels, Thierry et son GPS, m'ont ainsi conduit à destination dans cette commune de la banlieue angevine à quelque kilomètres à peine de St-Sylvain d'Anjou, théatre de mon premier marathon (séquence émotion).
    Bien dressé, le Boboss'Picasso trouve sa place aux portes du stade aux environs de 8h00. Difficile de faire plus près.
    Tout juste cent mètres à faire pour retirer nos dossards. Nous sommes interpelés par le speaker : Thierry dévoile nos origines et motivations, Pfff, aucune pudeur, ce garçon !.
    Pas d'attente, nous récupérons nos dossard et maillot technique blanc orné des logos du marathon, du SCO Angers et de la ville de trélazé co-organisateurs.
    Le soleil berce le stade mais les premiers nuages pointent le bout de leur nez. Il fait doux. Un petit vent complète le tableau.
    Retour à la voiture. Préparatifs d'avant course, dossard épinglé au maillot, puce à la chaussure.

  • Nous filons tranquillement vers la piste du stade et son portique de départ. Une douce effervescence entoure le départ de cette première édition.
    584 marathoniens sont salués pour cet événement.
    Mon caméscope enregistre sa première séquence à 9h00. Nous franchissons pour un premier tour de piste le portique libérateur.
    Une petite foule nous acclame à la sortie du stade. c'est parti pour deux longues boucles.
    Thierry me prend rapidement une puis deux dizaines de mètres.
    Parti comme une bombe, il en oublie les consignes du coach.
    Le coach, moi, un peu usé par une veille de course rythmée par deux concerts - première prestation de mon fils le matin et concert de Jean-Louis Aubert le soir - et un coucher trop tardif, le coach donc a les jambes en bois et a décidé de partir en douceur.
    Le temps d'une pause technique, je perds Thierry de vue. Je ne le sais pas encore mais je ne suis pas près de le revoir.

  • Le parcours alterne portions urbaines sans grand intérêt (la mairie de Trélazé ?) et portions plus vertes. Les trottoirs succèdent aux chemins ardoisiers et parcs buccholiques.
    Je ferai ces premiers kilomètres en compagnie d'un agent de la municipalité de Trélazé qui, à 60 ans, se lance sur son premier marathon. Discuter me fait un peu oublier ces jambes qui ont du mal à donner la cadence.
    Les ravitaillements sont bien fournis. Pas de glucose mais des bouteilles d'eau, pratique, du sucre des bananes, raisins secs et autres solides.
    Sur quelques portions, nos pas se mèlent à la circulation automobile. J'apprècie moins. Courir en guettant les véhicules qui viennent de vos arrières, c'est pas ce que je préfère.
    Côté ambiance, nous alternons silence quasi absolu sur les chemins et foules plutôt démonstratives sur certaines portions urbaines.
    Les bénévoles sont à féliciter par leur gentillesse et les encouragements qu'ils prodigueront tout au long des deux tours de la course.

  • Les abords du stade marquent la fin de la première boucle. Toujours pas de Thierry en vue.
    Et pourtant, après un départ assez doux, j'ai poussé un peu les chevaux, réalisé quelques kilos à plus de 12km/h.
    Rien n'y fit. Pas l'ombre d'un géant en vue, j'ai décidé sagement de reprendre mon rythme initial.
    Entre temps, les nuages se sont imposés et le vent à pris de la voix, la soif m'a assiégé.

  • 24ème, j'entre-aperçois Thierry au loin. Sans changer de tempo, il me faudra 4 kilos pour me retrouver à ses côtés.
    Notre cheminement commun sera de courte durée.
    Pas raisonnable, mon compagnon de marathons 2011 - Nantes, Trélazé et Rennes dans 6 semaines - va commencer à baisser l'allure, alternant marche et course jusqu'au 33ème où il me rendra ma liberté.
    Liberté dont je ne vais pas abuser. Je reprends mon rythme de sénateur tout juste supérieur à celui de Thierry. Objectif 4h00 sans plus. Ne pas hypothéquer mon avenir rennais.
    Le peloton s'est considérabblement étiré. Sur cette fin de parcours certains tronçons, courus en quasi solitaire, me pèsent.
    Heureusement, il y a toujours un petit groupe de spectateurs qui, de-ci de-là, me donne envie d'avancer.
    Alors, j'avance. Comme à Nantes, un point de côté m'oblige à une marche et à quelques étirements, cassant un peu mon allure. Mais je reprendrais vite mon rythme.

  • Je sors une dernière fois mon camescope - qui a peu servi - pour immortaliser ma 27ème réalisation.
    La piste et le portique final, une dernière série de félicitations, d'applaudissements, je bloque le chrono à 3h58'11".
    Je m'assois sur un banc à 10 mètres à peine de la ligne d'arrivée. Un bénévole récupère ma puce.
    8 minutes plus tard, THierry franchit à son tour le portique.
    La médaille qui nous est remise est très originale sur son ovale en ardoise.

  • La suite sera assez rapide.
    Mal au bide, je vais aller honorer la pelouse des quelques gorgées d'eau que mon estomac, mis au supplice, ne souhaite pas digérer.
    J'irai prendre une douche bien chaude et hautement réparatrice.
    Nous reprendrons la route, content de notre déplacement, devisant sur notre prestation du jour, nous séparant en milieu d'après-midi sur la promesse du prochain rendez-vous : le premier Cap Malo-Rennes du 26 juin prochain.


Résultat officiel : 3h58'13"
315ème / 478 classés
143ème V1 / 202

Page 1 - Article N°6
bobosse44 le 23/05/2011 à 21:29
Pardon coach SH . Plus jamais je ne partirai comme une flèche en n'en faisant qu'à ma tête...plus jamais j'ai dit...et plus glorieusement je finirai SD
Bien sympa sinon cette petite sortie chez nos voisins. C'est marrant, moi je ne me souviens pas d'avoir senti les voitures me coller aux fesses... je devais courir trop vite MC sans doute. Prochain opus dans 5 semaines TG avec grand plaisir.

Idx N°27621/05/2011 à 18:54 - Ma course Fait marquant N°276
Partager
imprimer
Ma Garmin S405 m'a espionné tout le long de ce marathon.
Voici ce que cela donne kilo après kilo.



Page 1 - Article N°5

Idx N°27220/05/2011 à 15:51 - La Vidéo Fait marquant N°272
Partager
imprimer
Elle sera sortie avant le récit, ce qui est plutôt inhabituel.
Elle est plus courte que les précédentes, il faut aussi le souligner.
C'est vrai qu'il n'y avait pas énormément de quoi attirer l'attention sur le tracé de la course.

Ce marathon n'en restera pas moins un bon souvenir.
Et une vidéo s'imposait aussi courte fût-elle.


LienLe site du TAMLien
Page 1 - Article N°4
bobosse44 le 20/05/2011 à 22:31
petite vidéo bien sympa de notre sortie longue de dimanche dernier. Bravo à toi. J'étais bien content d'être à cette première édition. Dis donc, avec Cap-Malo -> Rennes le mois prochain, ça fera 3 marathons ensemble en 3 mois..., il faut absolument qu'on s'occupe du programme du 2ème semestre WK

Idx N°27015/05/2011 à 19:51 - Il est fait ! Fait marquant N°270
Partager
imprimer
Juste un petit mot pour marquer l'événement.
Avec Thierry, nous avons bouclé la première édition du Trélazé Anjou Marathon.

Pas de pluie, mais du vent et une alternance de soleil et nuages nous ont accompagnés.

Un chouette 'petit' marathon que j'ai bouclé en un peu moins de 4 heures et Thierry en un peu plus de 4 heures.
Trop tôt pour les résultats et photos officiels.
Je vous ai concocté un premier petit album avec dossard, médaille, maillot donné en récompense et sourires des deux compagnons de route du jour.

A bientôt pour le récit et une mini vidéo.
Page 1 - Article N°3

Idx N°26801/05/2011 à 17:00 - Inscrit...s Fait marquant N°268
Partager
imprimer
Mercredi je postais mon bulletin d'inscription accompagné de la copie de ma licence FFA et d'un chèque de 40 euros (25 € si je m'étais décidé avant le 31/12/2010 et 35 € avant le 15/04/2011).

Je viens à l'instant de consulter la liste des inscrits : thierry et moi y figuront déjà.

LogoRevenons à la ville de Trékazé.
Pas trés connue, cette ville au sud d'Angers.
Peut-être son passé 'ardoisier' vous évoque-t-il quelquechose GR


Voici quelques infos trouvées sur Wikipédia pour les curieux :

Nom d’origine : TRELAXIACUS
Nom des habitants : les Trélazéens et Trélazéennes
Nombre d’habitants (recensement 1er janvier 2007) : 12 233
Superficie : 1 120 ha
Département : Maine et Loire (49)

C'est dire qu'en dehors de l'aller-retour marathon, nous ne nous attarderons pas en visites et autre ateliers touristiques.
Espérons que le marathon tienne ses promesses. SD

Allez, une petite photo du musée de l'ardoise pour vous donner un petit aperçu.
Musee de l'ardoise
Page 1 - Article N°2
symphorien le 01/05/2011 à 23:19
Attention à l'effet Pconvert SM

Idx N°26625/04/2011 à 18:02 - Ca s'est dédidé le 17 mai ! Fait marquant N°266
Partager
imprimer
Le 17 avril dernier, je terminai avec bonheur - et en compagnie de mon pote Thierry - le dernier marathon de ma première décennie de marathonien : Nantes.

Je pensais sincèrement attaquer ma deuxième décennie avec le marathon vert Cap Malo - Rennes dont la première édition aura lieu le 26 juin prochain.

C'était sans compter sur cette proposition de Thierry de participer au premier Trélazé Anjou Marathon.
Une fois encore, je n'aurai pas su résister.
Nous covoiturerons donc le dimanche 15 mai à destination de Trélazé, ville au sud d'Angers.
Ma 27ème tentative sur la distance SG

Le 29 mai 2001, je terminai avec bonheur mon premier marathon à Saint-Sylvain d'Anjou.
Le Maine et Loire est de nouveau élu pour m'offrir le premier marathon de cette nouvelle dizaine 2011-2021 LO

LienLe site du TAMLien
Page 1 - Article N°1

fondjede.free.fr V2 © 31/07/2000 - 2015