Fondjede
Petit blog d'un coureur ordinaire
France23/08/2020Trail des Moulins (30 km)Un peu de D+ à la Pommeraye
France05/09/2020Tiken Trail (28 Km)Du D+ dans le Morbihan !
France25/10/2020Marathon de Nantes... et de 11 !
Norvège19/06/2021Midnight Sun MarathonAu delà du cercle polaire !
États-Unis25/07/2021Marathon de San FranciscoJe redouble !
France11/09/2021Marathon du Médoc... mon premier !
Mercredi 15 Juillet 2020Bas de page
  457 article(s)
News
Idx N°62923/05/2020 à 16:35 - Tout en 2021 ?
Partager
imprimer
Voilà, les reports s’enchaînent au fil des semaines.

Il fallait s'en douter, le marathon de San Francisco 2020 est reporté au mois de novembre.
Pas la meilleure saison pour aller séjourner aux US.
Mais heureusement, il était possible de reporter son inscription sur l'édition du 25 juillet 2021.
Après consultation avec de potes agenais, c'est cette option qui a été retenue.
Pas sûr que Gaël puisse obtenir deux années de suite des vacances fin juillet CH Peut-être n'irons nous que tous les deux avec mon Isabelle. Un peu les boules moi qui me faisais un joie de mettre notre fiston dans nos bagages !
Hôtel annulé sans frais.
Reste les billets d'avion que j'espère pouvoir me faire rembourser... à défaut, j'aurai un bel avoir à dépenser chez Air France.

On espérerait un peu qu'il résiste à la tempête.
Ce ne sera pas le cas, après Nantes, Tromso et San Francisco, voici mon 4ème report marathon. Ce sera mon seul record - peu glorieux - de l'année CR
Le marathon du Médoc, tire lui aussi sa révérence pour 2020.
L'inscription de notre groupe nantais - nous étions 19 - est reportée au 11 septembre 2021.

2020 sera-t-elle pour moi une année sans marathon ?
Peut-être pas, mais il va falloir y croire... et attendre que les choses évoluent sanitairement dans le bon sens SD
Page 1 - Article N°457

Marathon
Idx N°62806/04/2020 à 15:01 - Tromso : Covid aussi !
Partager
imprimer
On s'y attendait un petit peu, même si un maigre espoir subsistait.
Après le report du marathon de Nantes au mois d'octobre, ce deuxième rendez-vous 2020 sur la distance reine passe à la trappe.

Marathon de Tromso annulé en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus !
Deux options se présentent : annulation pure et simple et mise à disposition d'un avoir sur un autre voyage ou report à 2021.
Nous avons choisi de différer au 19 juin 2021 notre périple norvégien.

Le midnight sun blog reste ouvert mais va être mis en sommeil quelques temps.
LienLe journal de l'événementLien
Page 1 - Article N°456

Marathon
Idx N°62512/03/2020 à 11:23 - Médoc, action, tournez !
Partager
imprimer
J'attendais une occasion d'aller courir ce marathon avec une bande de potes depuis quelques années déjà.
Voilà, cette année, c'est avec les amis du groupe OnVaSortir.com que je côtoie le dimanche matin, que je prendrai part à mon premier marathon festif TF
Bien que n'ayant pas réussi à nous inscrire sur la première vague, dont les inscriptions sont parties en trop peu de temps, Matthieu à réussi à réserver pour un groupe de 15 lors de la deuxième vague.
Ce matin, je viens de compléter mon dossier.

Après les incertitudes qui planent sur la 40ème édition du marathon de Nantes qui pourrait bien faire les frais de la crise du coronavirus et mon incapacité depuis deux mois à courir, un petit coup de fouet au moral !

LienLe site du marathon du MédocLien
Page 1 - Article N°455
Denis le 16/03/2020 à 14:37
Le marathon de Nantes serait reporté à la fin octobre (info non officielle).
URéponse de fondjede le 18/03/2020 à 19:32
Là, c'est officiel, le marathon de Nantes est reporté au 25 octobre.
Pas de remboursement des inscriptions possible.
Moi qui comptais faire Amsterdam le 18, ça complique mon affaire.
URéponse de Denis le 21/03/2020 à 22:58
Deux marathons en huit jours, ce n'est quand même pas ça qui va te faire peur WK ? Tu as fait bien pire, non ?


News
Idx N°62318/02/2020 à 11:34 - Ponts et eaux froides pour 2020 !
Partager
imprimer
Alors que 2020 commence plutôt difficilement sur le plan physique, la faute à une grosse période d'insomnies et de fatigue intense, je n'en reste pas moins prêt à en découdre cette année.

Les premiers projets prennent sérieusement tournure.
En points commun, des ponts et de l'eau froide voire très, très froide dans la baie de San Francisco ou les fjords de la mer de Norvège.

Voici donc mes trois premiers défi :

Samedi dernier, avec des potes, nous passions la soirée à préparer notre logistique pour le marathon du Médoc.
15 coureurs et 4 accompagnants... joli groupe qu'il faudra déguiser sur le thème du cinéma !
Mais là, rien n'est garanti. Il faudra être au top le jour de l'ouverture des inscriptions en mars.

LienLe journal du Midnight Sun MarathonLien
Page 1 - Article N°454
Jack le 21/02/2020 à 12:00
Un bien joli programme en espérant que tu retrouves vite la forme WKWKWK

Rétrospectives
Idx N°62003/01/2020 à 16:32 - 2019 : la rétro... avant 2020
Partager
imprimer
2019, c'est fini.
Avant de faire le bilan musico-sportif de cette belle année passée, laissez-moi vous souhaiter à tous et toutes
une bonne et heureuse année 2020 !

En 2019 donc, peu de compétitions : 8 seulement mais de belles satisfactions.
Deux gros objectifs avec Tokyo et son "major marathon" et les 100 kilomètres de Millau, épreuve reine de la distance au combien difficile.

Peu de compétitions, certes, mais plus de 3 300 kilomètres courus et 117 km de natation : je ne suis pas resté les bras croisés durant cette année.
Quelques pépins musculaires au mollet gauche qui m'auront un peu gâché le début d'année et la fin de ma préparation aux 100 kilomètres.

Des trails classiques que je fais chaque année ou presque, AtlantiSport, le Trail Urbain de Chantenay, le Trail Nocturne Touchois.
Chaleur, Pluie, froid, poussière et boue, jour et nuit, bitume et chemin, j'aurai varié les terrains de jeu.
Ma première course déguisé (en Père Noël) à la Corrida de la Beaujoire.
Des photos, des vidéos, des récits, comme d'hab, j'ai tout tracé :



Mes objectifs 2020 ne sont pas encore finalisés mais plusieurs destinations sont déjà sur les rangs. Reste à Concrétiser.

RK Côté musical, du piano, deux ans déjà que je m'essaye à cet instrument. Je suis encore loin d'être un virtuose et la somme de travail nécessaire pour parvenir à quelque chose de probant, même si elle est énooooooorme, ne me fait pas peur.
Ethiliel, mon "prof", m'accompagne avec bonne humeur dans cette laborieuse entreprise. Heureusement !

Les JAXS ont cette année encore bien bossé même si je regrette que nous n'ayons effectué que 8 prestations.
Bars, guinguette, fête de la musique, notre premier concert privé, un passage à la Scène Michelet avec nos potes des Shavings On Fire et des Mans Land, nous avons varié les plaisirs.
29 titres à notre répertoire, maintenant, nous assurons près de 2h30 de spectacle avec du rock, du punk et quelques autres morceaux à notre sauce.

Le planning 2020 tarde à se remplir : trouver des dates est vraiment difficile sur la région nantaise tant l'offre est abondante et le nombre de lieux d'accueil limité.
Mais, ça ne fait rien, c'est toujours un énorme plaisir de répéter (maintenant tous les mardis à La Montagne) avec mes potes Sylvain, Ghislain, Stéphane et Sébastien.
On ne lâche rien pour 2020 !

Nos infos et notre actualité sont sur sur cette page .
Vous pouvez également nous trouver sur Facebook, Tweeter, Instagram avec le tag #thejaxs44 ou sur notre site web.

Voilà, la page blanche "2020" est inaugurée... reste plus qu'à la remplir de belles choses et de belles rencontres.


Page 1 - Article N°453

Récits compétitions
Idx N°61931/12/2019 à 12:44 - Corrida de la Beaujoire
Partager
imprimer
Une dernière, cette petite mais alors toute petite, vraiment la plus courte course de cette saison 2019.

Une première, j'ai vu rouge CR
Eh oui, première course déguisé.
En Père Noël, petite note d'optimisme... ou de naïveté : à vous de voir MD

Samedi dernier, 15h, j'étais donc, tout de rouge vêtu, présent dans le peloton de 800 fadas venus courir la dernière de l'année en Loire-Atlantique, la Corrida de la Beaujoire 36ème du nom.
Dossard 522 à la ceinture.

Nouveau parcours depuis la 35ème édition, plus agréable car on ne fait plus ces longueurs en lacet sur le parking du stade.
Une portion boisée et sur herbe, un chouette et long faux-plat pour y monter et, toujours, ces deux passages dans le stade, ses tribunes, ses marches, sa pelouse.

Avec le beau temps et une température clémente, du monde un peu partout.
Mon personnage n'est pas passé inaperçu, loin s'en faut.

Bon, pas d'objectif de chrono sur ce coup là, juste un max de plaisir pour finir l'année.
Et heureusement.
Engoncé dans mon costume en feutre pas vraiment d'une grande souplesse, ça coinçait un peu au niveau des genoux et des épaules BL
Non seulement, je n'ai pas eu froid mais j'ai même transpiré à grosses gouttes pour finir trempé de sueur... pas mal pour une fin décembre !

Pas très rapide mais plutôt à l'aise dans les marches, j'ai pris mon pied durant les 43 minutes de mon périple composé de deux boucles.
Le final et ses marches un peu cassantes sont vites arrivés.
Déguisé, j'ai eu droit à un cadeau : un billet pour aller voir le match FCNA-Metz en février 2020.

Voilà, c'était ma plus courte course de l'année, 9 petits kilomètres.
Mon premier déguisement et, peut-être pas le dernier : un projet est sur les rails avec mes copains et copines d'OnVaSortir Nantes.
A suivre...

LienLe site de l'AL Porterie ACLien
Page 1 - Article N°452

Vidéos
Idx N°61805/12/2019 à 14:27 - TNT 2019 : la vidéo Fait marquant N°618
Partager
imprimer
Allez, après le récit, la preuve en images !


LienLe lien YoutubeLien
Page 1 - Article N°451

Récits compétitions
Idx N°61702/12/2019 à 11:35 - TNT 2019 : le bain de boue !
Partager
imprimer
Je n'oublierai pas ma quatrième participation au TNT, ce trail nocturne organisé par Les Touches Running pour la 5ème année consécutive.

Avec la pluie, omniprésente depuis quelques semaines, les sols sont saturés, les cours d'eau sortent de leur lit, les marais ressemblent à d'immenses lacs.

En ce samedi 17h30, lorsque je monte dans ma voiture pour rejoindre le complexe sportif des Touches à 45 bornes de chez moi, c'est le déluge.
Non seulement, il pleut à verses mais il ne fait pas plus de 7°C SH
Motivé, il faut l'être... et je ne le suis qu'à moitié !

Sur place, je récupère mon dossard rapido (le N°2147) et, comme les autres, ... je reste au chaud et au sec. Le maillot technique manches longues traditionnellement remis en récompense est rouge cette année. Jaune, Orange, Bleu et Vert, j'ai toute la collec !

Le feu d'artifice qui devait être tiré 15 minutes avant le départ de notre course est différé à cause de la météo.
Donc, un petit quart d'heure avant le départ, je retire mon blouson et dépose mon sac à la consigne.
Casquette vissée sur le crâne, lampe pectorale allumée, je pars pour 10 minutes d'échauffement : j'ai absolument besoin de monter en température pour éviter toute forme de blessure.
J'appréhende un peu les 24 kilomètres qui m'attendent. Je m'attends à un terrain difficile et, à cet instant, je suis loin d'imaginer la réalité.

19h30, AC-DC éructe son T...N... T...
La pluie fait une pause.
Les fulmigènes rouges annoncent le départ.
Bang, c'est parti.
Quelques spectateurs courageux nous applaudissent.
Quelques centaines de mètres de bitume et nous affrontons le noir quasi absolu... et les première flaques d'eau... et de boue.

Pas d'objectif de chrono pour moi ce soir. D'autant que, comme l'année dernière, je compte bien m’arrêter faire un petite pause solo musical RK quitte à bazarder quelques places au classement.

La galère ne va pas se faire attendre.
Dés le 3ème kilo, déviation : on passe par un champ de maïs, terre meuble, gorgée d'eau, premier bourbier.
Difficile de courir tellement c'est boueux. A deux reprises, je m'enfonce jusqu'à mi-mollet dans des trous d'eau et de boue mêlées. Ces quelques centaines de mètre vont me demander un effort important.
Plus loin, de l'eau jusqu'au genou pour traverser un cours d'eau en crue.
Des bénévoles présent là pour nous prévenir du "danger" et une voiture, phares allumés, nous rendent la difficulté moins dangereuse.
Le TNT est bien organisé et nous retrouverons plusieurs fois cette configuration à des passages délicats ou à des bifurcations à ne pas rater GH

Km 4, dans un champ labouré, mon pied d'appui décroche.
Glissade et gamelle... dans une immense flaque d'eau et de boue.
Heureusement, dans un ultime réflexe, je réussis à ne tomber que sur mes coude et genou gauche donc à ne pas trop m'enfoncer. Seul ce côté sera maculé de boue... mais je suis trempé.
J'essuie l'écran de ma Garmin avec ma manche propre, m'essuie tant bien que mal les mains sur mon cuissard.
Et, grâce à la pluie qui s'est remise à tomber, je peux rincer tout ça.
Au niveau du terrain de cross, on entend les pétards du feu d'artifice qui, ajoutant à ma frustration, précédera finalement le départ des coureurs du 12 km. Nous, on ne verra rien CR

Je ne compte plus le nombre de fois où je manque de m'étaler à nouveau. Ça glisse de partout. La moindre petite côte est un défi tellement ça patine.
Il faut faire gaffe dans les virages. Impossible de récupérer dans les descentes tant il faut rester vigilent.
Je traverse d'immenses flaques d'eau... de long passages dans des champs ultra boueux.
Je crame une énergie folle pour garder un peu de rythme.
Les quelques passages sur du bitume sont de véritables bénédictions CH.
Je ne suis pas à l'aise. Je me fais dépasser par pas mal de monde.

Petite pause boisson au ravitaillement du 7ème kilo.
J'en ai déjà marre.
Km 10, je passe une première fois devant les deux furieux qui, guitare et batterie en main en plein milieu d'une portion boisée, jouent du métal à l'abri sous un préau.
Là, je me dis qu'au prochain tour, je ne m’arrêtai pas.
Je n'ai qu'une envie : en finir au plus vite.
J'en arrive même à me dire que je vais lâcher l'affaire et ne pas attaquer le deuxième tour.

Les lueurs du stade apparaissent.
Une longue côte bien éprouvante nous y mène.
Je ne peux malgré tout me résigner à abandonner.
Les années passées, il y avait un ravito juste avant d'attaquer la deuxième boucle;
Pas cette année.

Un peu plus de 12 kilomètres en 1h07' : on dirait que les déviations ont un peu rallongé le parcours.
Je repars à l'assaut des mêmes difficultés.
Enfin, quand je dis les "mêmes", c'est sur le papier.
Imaginez, après le passage des 200 concurrents du 24 km, se sont ajoutés les 300 du 12 km partis 30 minutes après nous, plus la centaine qui me précède et a déjà attaqué cette deuxième itération.

Les champs de boue se sont transformés en véritables bourbiers.
Labourés par des milliers de chaussures, ces passages à peu près praticables au premier tours sont devenus, eux aussi, d'immondes surface boueuses.
Mes forces déclinent à vue d’½il. Mes cuisses sont en surchauffe. Mes adducteurs grincent. Je ne sais pas comment je fais pour ne mas me gauffer une deuxième fois tant, je glisse et manque de perdre l'équilibre.
Le comble, trempé, je commence à avoir froid.

Vers le 15ème, lumières de gyrophare, je vois un concurrent partir sur une civière. J'apprendrai plus tard que c'est une fille qui c'est abîmée la cheville en tombant (fracture supposée). Je verrai en direct live une autre chute sans gravité.

Je n'avance plus très vite mais, chose rassurante, je ne suis pas le seul.
Je rattrape quelques coureurs et en dépasse quelques uns qui marchent. Tout le monde est à la peine.

Peu avant le 20ème, Je rattrape Martial, pote OVS, et cours un peu avec lui.
Mais je le laisserai prendre les devants car j'ai mieux à faire.
On approche du bois où nos deux métalleux font du bruit.
Oui, je suis cramé et je me dis que, si je m'arrête, j'aurai un mal de chien à repartir.
Oui, j'ai hâte d'en finir.
Oui, j'ai froid et mes doigts sont engourdis.
Oui, je suis trempé, maculé de boue et dans un triste état.
Mais, voilà, passer sans m'arrêter serait sûrement source de regrets.
Alors, je m'arrête, éteins ma lampe pectorale, file ma GoPro au guitariste en échange de sa six cordes diabolique.
Le batteur se déchaîne et moi, avec mes doigts pétrifiés, je fais ce que je peux pour improviser un petit solo de gratte. Mais, p'tain, jouer de la guitare quand vos doigts ne répondent que partiellement aux ordres de votre cerveau, c'est di...ffi...ci... leeeee!
Ça ne fait rien, je fais ce que je peux pendant un bon bout de temps. Je ne joue vraiment pas terrible mais ça me fait du bien.
Je me décide à rendre son instrument à son propriétaire.
un petit check au guitariste et au batteur et me voilà reparti pour les derniers kilos.

Inutile de vous dire qu'une fois mes résidus de muscles refroidis... c'est encore plus dur de relancer la mécanique.
Mais, je rattrape quand même des concurrents dont beaucoup marchent.
La côte qui mène au stade me parait encore plus longue.
La vue de la lumière qui filtre de la porte du gymnase me comble de soulagement.
Je foule le tapis rouge pour ces derniers mètres au chaud et au sec, coupe le chrono.
Je donne mes impressions au micro d'un animateur et file récupérer ma soupe chaude.
Soupe, qui vu son succès ce soir-là, sera distribuée en petite quantité pour partager.
Argh, j'en aurai bien accepté un grand bol.
Hop, une petite photo pour l'organisation.
Pas de tchatche ce soir, je récupère mon sac à la consigne et fonce direct au vestiaire pour prendre une bonne douche.
Même avec de l'eau pas chaude, le simple plaisir de se décrasser et d'enfiler des affaires propres et sèches remonte le bigrement moral.

Je ne traîne pas pour rejoindre ma voiture et rentrer sur Saint-Herblain.
il est 22h30. La nuit est bien noire.
Mais la pluie a cessé pour quelques instants.

Ah, j'oubliais, un peu plus de 25 bornes, oui, le parcours était bien un peu plus long.
2h30', 25 minutes de plus que l'année dernière, bien, oui, j'en ai bavé !
Mais ça me place en milieu de classement, alors, finalement, je n'ai été trop mauvais.
Maintenant place aux courbatures car, c'est certain, demain, ça va tirer de partout.


LienLes Touches Running, club organisateur du TNTLien
Page 1 - Article N°450
Jack le 02/12/2019 à 17:38
Bien courageux le JC, bravo à toi vu les conditions et je veux bien te croire !
J'étais mercredi dernier du côté de COUERON pour le cross départemental UGSEL 44, je n'ai jamais vu depuis que j'enseigne (1988) les élèves aussi maculés de boue.
Bonne récupération et bonne gratte WKWKWK
Et,le programme du Hellfest 2020 te branche ?
URéponse de fondjede le 04/12/2019 à 11:48
Hey Jack,
Ben, non, pas de Hellfest pour moi cette année. Pas réussi à avoir un pass.
@+ mon ami


Récits compétitions
Idx N°61628/10/2019 à 12:29 - TUN 2019 : pas si mal que ça !
Partager
imprimer
Qui dit changement d'heure, dit Trail Urbain nantais.
Cette année encore, je n'aurai pas dérogé à la règle.

Pour cause de festival Rock à La Bruffière (en Vendée), 6 heures non-stop debout à bouger au son de groupes bien déjantés, à 3 heures du matin, je pouvais en direct reculer d'une heure ma montre. Tout ça pour souligner que la nuit fût courte, très courte.

Donc, malgré une météo frisquette (13°C) et humide (un beau crachin breton), je n'étais pas bien frais en ce dimanche matin 9h00, lorsque je me garais à proximité de la mairie de Chantenay à Nantes pour aller récupérer mon dossard (le N°354).

Côté physique, pas de surprise, 4 semaines après mon 100 bornes à Millau, je traîne toujours une petite fatigue. Ces derniers temps, je me suis contenté de courir lentement sans faire ni fractionnés, ni renforcement musculaire pour donner de l'air à la machine.
Donc, pas d'objectif de chrono pour cette course exigeante de 15 kilomètres.
Juste courir aux sensations pour voir ce que je peux donner.

Je sors de la voiture 30 minutes avant le départ pour faire un court échauffement. La pluie n'est pas trop intense. Je peine un peu à monter en température.
Course locale, donc plein de blabla avec des tas de gens que je connais, Denis, Luc, Chantal, Dédé, Romain (ouvreur vélo cette année), Olivier et j'en oublie.

Il est vite 10h00 et, pan, c'est parti.
Premier kilo en partie en descente, 4'12", ouch, trop vite !
Ensuite, il faut remonter, puis redescendre quelques marches glissantes pour remonter le parc de Oblates : ça calme.

Ne sachant pas trop ce que je peux donner sur cette distance, j'essaye malgré les multiples faux-plats et montées qui suivent de garder un bon 12 km/h. Je me fait doubler par pas mal de monde mais j'essaye de garder ma lucidité pour ne pas m'emballer.

Premier passage dans le parc de la Boucardière, avec mes chaussures de trail, j'accroche bien dans l'herbe humide.
Ces premières côtes et marches ne me font pas mal et je les montes en cadence. Je récupère bien.
Par contre, dans la longue partie roulante qui précède la remontée vers le parc des Oblates ou sur les bords de Loire juste avant la Butte Sainte-Anne (seule partie de plat), je constate que je suis incapable d'accélérer ou d'allonger la foulée.

La Butte Sainte Anne est cette année le support d'un challenge à celui qui montera les 120 marches le plus rapidement possible.
Le record, 22 secondes.
Moi, premier tour 54 secondes. Second tour 52 !
Pas super rapide mais pas super à la ramasse non plus. J'ai encore suffisamment de puissance dans les cuisses pour ne pas souffrir dans les marches.
Même dans le long faux-plat qui suit et nous mène au parc Maurice Schwob, je m'en sors bien.
On redescend ensuite jusqu'au boulevard de la Liberté pour attaquer la seconde boucle.

Cette seconde partie va vraiment bien passer. J'ai trouvé mon rythme de croisière aux alentours de 12 km/h. Je gère très bien les aspérités du tracé et récupère vite dans les descentes.
Je double un peu et me fait doubler un peu aussi.
Arrive vite le 14ème kilomètres et la longue montée vers le portique final.
Comme d'hab, je me tire la bourre avec un petit jeune venu de derrière et qui veux me griller. Mais il est parti un peu tôt et craque à une bonne centaine de mètres de la ligne. Dans mon élan, j'en arrive même à double un dernier concurrent juste avant de couper le chrono.

1h12'25", un bon 12,35 km/h de moyenne, parfait.
Je suis fatigué certes mais pas exténué.
J'aurai signé avant de partir.
Par contre, je suis trempé et je me refroidis vite.
Je discute un peu avec Denis et Pascal puis file à la voiture pour me mettre au sec.

Le bilan est plutôt bon pour cette course de reprise post 100 kilomètres.
Pas capable d'aller vite, j'ai bien encaissé les difficultés du jour et suis resté régulier dans l’effort sans connaitre le moindre coup de mou.
Prochain rendez-vous, en nocturne avec les 24 km du Trail Nocturne Touchois fin novembre.

LienLe site du MS Chantenay NantesLien
Page 1 - Article N°449

Vidéos
Idx N°61517/10/2019 à 16:00 - 100km en vidéo ! Fait marquant N°615
Partager
imprimer


Voilà, elle est en ligne.
Cette vidéo vient compléter récit et album photos.
Encore une grande et belle épopée qui vient s'ajouter à la longue liste de mes bons souvenirs de petit coureur ordinaire.

LienRécit, photos et vidéo, tout est là !Lien
Page 1 - Article N°448