Warning: fopen(): file size is limited to 1M in /var/www/sda/7/6/fondjede/StatsSite.php on line 66
Site Web de JC FONDRILLON
Fondjede

La préparation

Marathon, le mot magique, celui qui depuis 2001 rythme mes foulées, mes envies, mes amitiés, mes vacances... et celles de mes proches.
Marathon, c'est sûrement l'un des mots les plus utilisés sur ce site, l'un de ceux qui enorgueillissent mon modeste palmarès, celui dont la définition figure depuis des lustres dans mon 'Dico'.
Il était donc temps de rendre hommage à cet hémérodrome du nom de Phidippidès, aux 17 athlètes qui coururent cette épreuve mythique et à Louys Spiridon (1873 - 1940) qui s'imposa lors des premiers jeux olympique de 1896 à... Athènes.
Avec mon Double, nous avions de longue date inscrit Athènes sur nos tablettes. Intention confirmée !
  •   Mai : fallait se décider...
  • 22/05 : c'est fait. Dernière discussion au téléphone avec mon double. La pression CLM pour nous amener à participer à Nice-Cannes n'aura pas eu raison de notre envie de nous rendre à Athènes. y-a plus qu'à !
    Ce sera donc notre 3ème destination marathon commune pour 2008... triple YES !!!
  • 26/05 : de passage dans l'espace culturel notre centre commercial, nous n'avons pas résisté et acheté le Routard et le Cartoville d'Athènes.
  •   Juillet : la machine est lancée...
  • 29/07 : une fois encore, notre duo infernal a frappé. Aprés quelques investigations classiques sur le WEB, nous avons trouvé une formule hôtel + vols à un bon rapport qualité-prix par le biais d'EasyJet. Comme d'hab, réservations faites simultanément téléphone d'une main et clavier de l'autre.
    Restent à réserver, le billet de train pour Paris et l'inscription au marathon.
    Après l'épisode mémorable du Marathon du Mont-Blanc suivi d'une dizaine de jours de repos, j'ai repris progressivement l'entraînement. Objectif, avoir retrouvé le rythme début septembre pour attaquer ma préparation.
  • 30/07 : ma tentative d'inscription en ligne s'est soldée par un échec au moment du paiement. J'ai finalement opté pour un virement international. Deux mails à l'organisation pour expliquer mon cas et j'attends maintenant la confirmation de mon inscription : 80€ pour le marathon, pas d'alternative pour les étrangers, tout ça pour un T-shirt, une médaille, le transport jusqu'au point de départ et un sac souvenir.
  • 02/08 : mon double m'avait convaincu de son intérêt. Cadeau d'anniversaire anticipé (merci Maman) : j'ai passé commande de mon Garmin Forerunner S405... livraison attendue le 11/08. On en reparlera.
  • 06/08 : décision prise de m'inscrire au marathon de Valence (22 février). 2009 commencera donc par un 3ème marathon hispanique avec, à la clé, le plaisir de partir avec mon double et de retrouver tout plein de CLM (Basilio, Catson, Pconvert, La Tortue,...).
    Egalement sur nos tablettes, le marathon du Mont-Saint-Michel le 17 mai.
  • 08/08 : ça y est, j'ai reçu mon email de confirmation d'inscription au marathon.
  • 31/08 : WE à Paris et petit footing dans le bois de Vincennes aux côtés de mon Double, Patrick et Michel suivi d'une pause café à laquelle s'est joint Palmito et d'un après-midi 'couscous'. Ce moment de plaisir, juste pour attiser mon envie de retrouver ces gens là chaussures aux pieds, de repartir à l'assaut d'un nouveau défi et... de parler de notre calendrier 2009 : Valence et le Mont-Saint-Michel sont déjà au programme.
  •   Septembre : retrouver des sensations...
  • 07/09 : aprés plus de deux mois sans la moindre course, à l'approche du début de ma préparation, j'avais besoin de retrouver le goût de la compétition.
    La course nature de la Chapelle-s/Erdre m'a permis de retrouver quelques sensations : l'excitation du départ, le manque de jus sur la 2ème moitié du parcours, le mal aux cuisses, la volonté de se surpasser pour finir à l'arrache.
  • 07/09 : grand plaisir j'ai eu à accueillir à la maison Môssieur et Madame Symphorien (CLM) : notre première rencontre sur le sol français. Une bonne soirée à évoquer nos souvenirs communs (Dublin et Barcelone) et à papoter autour d'un apéritif dinatoire. Symphorien 1 - Fondjede 0, maintenant j'aimerai trouver bien une occasion d'aller dans le sud...
  • 15/09 : début de mes 8 semaines de préparation spécifique sur la base de mon plan habituel (duquel j'ai exclus les fractionnés sur piste) que je déroulerai au feeling ce qui au final me paraît beaucoup moins contraignant.

    Pour suivre ma préparation : >>> consultez mon carnet d'entraînement <<<

  • 21/09 : à l'occasion de la premère édition du semi-marathon de Rezé, j'ai amélioré mon record sur cette distance au prix d'une belle débauche d'énergie : bonne entrée en matière.
  • 12/10 : déjà à mi-chemin dans ma préparation. Le traditionnel semi-marathon a été remplacé par les Foulées du Tram. 16,5 km courus sous un beau soleil et une température de 27°C qui m'a fait souffrir.
    Un bilan plutôt positif pour une préparation qui pour l'instant se passe dans de bonnes conditions. Arrivent les deux semaines les plus rudes !
  • 28/10 : je viens de recevoir l'email de confirmation porteur de mon numéro de dossard : le N° 3106
  • 02/11 : dernière grande sortie de cette préparation et bon moment de détente avec Thierry (alias Bobosse44 sur CLM) le long du tracé du Trail Urbain Nantais.
    Demain matin, un dernier petit footing mettra fin à ma préparation.
    Les valises sont prêtes.
  •  Météo :
  • Au 2 Novembre, prévisions météo pour dimanche 9 novembre sur fr.weather.com :
    Météo peu nuageux, mini 13°C - maxi 18°C, risque de précipitations 10%.
  •   Organisation
  • TGV : A/R Nantes-Paris : finalement, coût trop élevé, donc la voiture sera utilisée.
  • Vol : EasyJet, départ le 4 Novembre à 6h50 et retour le 10 Novembre à 11h20 (coût vols + hôtel + assurance : 923 €)
  • Hôtel : 6 nuits + petit déjeuner - Hôtel AMARYLLIS INN (2*) - Menandrau 25, Athènes
  •   Infos marathon
  • Inscription : 80 €
  • Départ : 9h00 site de Marathon.
  • Le parcours :
Profil marathon
Parcours marathon
Le Diplome

Kaliméra from Kékéland

( Deux kékés au pays du kébab )

[ Site Web ] [ Album Photo] [ Récit ]
[ Vos Commentaires ]
La vidéo
Le dossard
A la victoire de Marathon, est venu s'ajouter mon nom.
Voici le récit, les photos et une modeste vidéo de mon pélerinage aux sources de ma passion.
La médaille
Frise

Le récit

Nous étions donc 2 Kékés bien décidés à faire d'Athènes notre dernière destination marathon pour 2008.
Comme à Barcelone, nous avons usé et abusé de nos capacités physiques tant en visites, ballades et ripailles diverses qu'en foulées marathoniennes.
Je ramène dans ma besace un bilan contrasté de cette ville peut-être trop 'idéalisée' mais une satisfaction totale côté course : je développe !
  •  Athènes :

  • Orly, une fois encore point de départ de notre aventure de Kékés, mon Double, moi et nos supporters fidèles et attitrés.
    Vol EasyJet à peu près à l'heure et, après 3 heures dans les airs, une heure de bus (3,20 € par personne) nous a permis de rejoindre le coeur de la ville, place Syntagma. 20 minutes à pied nous permettrons retrouver notre lieu de résidence.
  • Un hôtel bien situé, modeste mais propret, au coeur d'un quartier peu reluisant au premier abord. Athènes, ses chefs d'oeuvres et monuments si typiques, son port, ses parc et collines nous ont littéralement séduits et c'est vannés que chaque soir nous rentrerons nous coucher à l'hôtel.

    • Ballades dans le centre ville le mardi et premier Kébab dans un restau conseillé par Chrisf67 (Thanasis près de la place Monastiraki) : bien bon mais très, trop copieux...
    • L'Acropole et ses mille trésors le Mercredi (gratuit pour les enfants, 12 € pour les adultes)... plus une heure à assiter à la relève de la garde au palais gouvernemental (à ne pas manquer, limite irréel !)...
    • Le port du Pirée le Jeudi... voyage en métro (0,80 € le ticket) , arpenté toute la journée et agrémenté d'un petit restau en bord de mer.
    • L'expo marathon et encore de longues ballades le Vendredi... plus un Yaourtlou (le kébab de trop pour mon Double), plus la rencontre avec Chris33-64 (CLM) devant le Palais gouvernemental.
    • Le musée archéologique national (sublime) le Samedi (gratuit pour les enfants, 7 € pour les adultes)... plus du shopping... nous avions prévu de nous reposer en cette veille de marathon : il n'en a donc pas été question ! Nous serons quand même couché vers 22h30.
    • Juste de quoi nous retrouver H.S. pour le jour du marathon.

    Gros bémol(s) tout de même :

    • Le bruit : de jour comme de nuit, concert de klaxons, de rugissements de moteurs, de cris... j'aurai vraiment peu dormi durant mon séjour : je le payerai le jour du marathon.
    • Le centre d'athènes : pour la plupart - seuls quelques grands axes sont préservés - ses rues sont à l'abandon, mal entretenues à l'image de nombreux batiments quasiment en ruine, de trottoirs et routes défoncés, pollués par une masse non quantifiable d'immondices en tous genres. Cet état de délabrement nous a surpris.
    • Les athéniens : l'incivilité est de mise dans cette ville méditerranéenne que ce soit à pied, en voiture ou en 2 roues. Il faut jouer des coudes pour sortir d'une rame de métro, accepter de se faire bousculer dans la rue, de ne pas traverser ou empiéter sur la rue quand un automobiliste ou motard vous klaxonne, de se faire griller dans les files d'attente, le tout, sans le sourire... pas glop !
    • Le quartier entre Psiri et Omonia : haut lieu des commerces illicites en tous genres et en toute impunité, au grand jour. Dealers, prostituées et junkies se shootant à même le trottoir, une faune vraiment effrayante qui nous a véritablement plongée dans un profond sentiment d'insécurité. Malheureusement, c'est là que se situait notre hôtel !
  •  L'expo marathon :

  • Vendredi 11h00, moins de 2 km séparent notre hôtel du Zappeion, lieu de l'exposition marathon. Nous irons... à pied. Encore peu de monde en cette première matinée de remise des dossards.
    3106 pour moi, 3107 pour mon Double : inséparables, en plus de notre dossard et de la traditionnelle puce, nous repartirons avec un t-shirt et un sac contenant une serviette de toilette, un ensemble gants + tour de cou en polaire, un tapis de souris et tout un tas de casquettes, barres et paquets de céréales... sans oublier une carte de gratuité pour les transports du 6 au 11 novembre.
  • Le matin même Christophe (Chris33-64) avait pris contact et nous nous étions donnés rendez-vous à midi devant le palais gouvernemental.
    Le temps de faire connaissance, de prendre quelques photos et de se donner rendez-vous le dimanche matin au départ du marathon
  •  Le marathon :

  • 4h45 : pas besoin de me réveiller : une fois de plus je n'ai pratiquement pas dormi tant le bruit à été insupportable en cette nuit de samedi à dimanche. La fatigue est déjà là et je tente de la faire taire en prenant une douche bien chaude.
    Mon petit déjeuner sera composé d'une banane, d'un yaourt à boire, d'une barre aux céréales, d'une crême énergétique (donnée par mon Double). Pas de petit café...
  • 6h00 : départ avec mon Double, direction le métro pour la place Syntagma. Il fait encore nuit, quelques coureurs, reconnaissables à leur sac spécial 'effets personnels' aux couleurs du marathon, commencent à converger vers la station Omonia.
    Plus encore sortiront de la bouche du métro pour rejoindre à pied le stade Panathenaikon où nous attendent les bus pour rallier le point de départ... à... MA RA THON.
  • 6h30 : pas de cohue, organisation parfaite, nous grimpons dans un bus. 45 minutes plus tard, nous serons déposés à Marathon. Des bénévoles nous donnent des sacs plastiques pour nous couvrir car un vent frais balaye le site.
  • 6h30 : comme convenu, nous retrouvons Christophe et son copain. Une flamme commémorative surplombre le point de départ. Une rampe fort prisée y donne accés : comme beaucoup nous y grimperons pour une symbolique photo.
  • 9h00 : une salve de confettis et ballons annonce le départ de l'aventure. Un panneau lumineux annonce 16,9 °C. Nous avons le vent dans le dos et le soleil dans les yeux : tout baigne. Sauf que moins de 300 mètres plus loin, je commencerait par une première pause technique.
    Je ferai les 3 premiers kilomètres avec mon double. Bizarrement, j'ai oublié ma sensation de fatigue. Je me dis que peut-être... alors, je file. Je ferai quand même une petite pause photo au 5ème km devant la statue commémorative de la bataille de Marathon ( Marathon Tomb ).
  • Peut-être que... pensais-je naïvement... dés le 10ème km, je sens la fatigue poindre en mes cuisses jusque là bien indulgentes si l'on tient compte de ce que je leur ai fait subir les jours précédents.
    Pas de doute, ralentir, il me faudrait si l'arrivée je voulais rallier !
  • Côté organisation, toujours rien à dire. Les ravitaillements sont trés rapprochés : des bouteilles d'eau (que je pourrai garder pour boire à ma guise), des boissons énergétiques, des bananes les composent. Un cordon presque continu de policiers disposés tous les 50 mètres assure notre sécurité. Des secouristes tout de rouge vétus sont également répartis tout le long de notre progression : rassurant.
  • Côté ambiance, c'est la bonne surprise : il y a du monde disséminé tout le long du parcours. Des spectateurs pas du tout avares d'applaudissments et d'encouragements ... des bravos et des trucs que j'ai pas compris.
  • Côté météo, l'idéal. Les chaudes journées du début de notre séjour, on fait place en ce dimanche, à un ciel voilé par les nuages accompagné d'un vent amenant une salutaire fraîcheur.
  • Côté parcours, pas la longue autoroute que tout le monde m'annonçait comme terrible. Une double voie, certes. Mais, pas de circulation en sens inverse donc pas de gêne. Une alternance de passages en 'campagne' puis en agglomération (à commencer par la ville de Marathon) pas du tout lassante si l'on y ajoute les spectateurs.
  • Une belle montée jusqu'au 15ème, une belle descente à suivre et une longue, longue, trés longue succéssion de faux-plats et de côtes va nous emmener au 32ème km.
    Je vais sur cette longue portion laisser pas mal d'énergie, voir mes temps au kilo s'allonger irresistiblement, commencer à faiblir, faiblir, faiblir.
  • Faiblir tant et si bien, que les premiers kilomètres de descente suivant ne me seront d'aucun réconfort.
    Effet 'sac à dos', j'ai de grosses raideurs à la base du cou, limite crampes, là où, 5 jours durant, les bretelles de mon sac ont fini par se faire sentir. J'essaye de me masser, grimaçant à souhait.
    Un papy, me voyant mal en point viendra même à ma rencontre me demandant (je suppose) si j'avais besoin d'aide. Un petit sourire, un signe de la main pour le rassurer... j'ai encore l'expression de son visage en tête.
  • Au 35ème, voyant un français marcher, je m'arrête à ses côtés pour discuter un peu. Il est cuit, moi aussi.
    Je me dis qu'il faudrait que j'essaye de rester sous les 4 heures, histoire de me remotiver. Discuter et marcher quelques centaines de mètres vont finalement me requinquer. J'abandonne mon compagnon d'infortune qui ne semble plus vouloir relancer sa mécanique.
  • Ma foulée est lourde et bien courte mais petit à petit j'ai l'impression de redémarrer. Les derniers kilomètres sont plaisants, bordés de spectateurs. Je retrouve des forces et me dis que finalement moins de 4 heures ça reste réalisable.
    Comme convenu, au 40ème, j'appelle mon fiston - qui m'attend avec tous les miens dans ce stade olympique entièrement construit en marbre blanc à l'image de ce qu'il était jadis - et lui annonce mon arrivée proche.
  • Pur bonheur que ces deux derniers kilomètres. Ca descent, j'ai retrouvé mes jambes. La proximité du stade et la foule grandissante me stimulent. Je sors mon appareil photo, le positionne en mode caméra.
    J'ai décidé de filmer mon arrivée dans ce lieu mythique et je le fais sous les clameurs des spectateurs. Grande émotion lorsque je déboule dans le stade et foule la piste dont la couleur noire contraste avec le blanc des gradins. Il est loin d'être plein mais les miens sont là et je les cherche du regard : peine perdue.
  • Tradition personnelle, je stoppe ma course à quelques mètres du portique d'arrivée pour faire une dernière photo (on le voit bien sur la vidéo officielle vidéo officielle).
    Je franchis quand même la ligne, coupe machinalement mon chrono.
  • Pas le temps de savourer l'instant que je suis déjà interpellé. Pas par la police, ni par les miens mais les cris de Thierry (alias 5toes sur CLM). Agréablement surpris de voir que lui et son amie, que je pensais ne pas rencontrer car nous n'avions pas réussi à nous joindre sur place, sont là et ont attendu mon arrivée. Retrouvailles après San Francisco en 2007, photos...
  • J'en aurai presque oublié ma médaille. Une bénévole toute souriante me passe mon trophée autour du cou, une autre un sac contenant boissons et barres aux céréales, 3 photographes immortalisent le champion fraîchement auréolé, puis la couverture de survie, le retrait de la puce, la récupération de mes effets personnels : tout ça sans accroc, fluide, impeccable.
  • Je retrouve Thierry, son amie puis les miens et Maryline. Commence alors la longue attente de mon Double. Lui aussi aura commencé à peiner dés le 10ème et ne pointera la visière de son orange casquette qu'une heure plus tard.
    Je réalise lorsqu'on me le demande que j'en avais oublié mon chrono et mon mini objectif de finir en moins de 4 heures. Comme quoi, le plaisir de participer peut largement surpasser la perf potentielle.
    Un peu plus de 3h53', moins pire que ce que me laissait supposer ma piteuse forme au 32ème.
  • Nous quitterons le stade plus tard, accompagné par un fort sentiment de satisfaction, direction notre hôtel et une douche bien méritée.
    C'est clair : ce marathon m'a vraiment plu. La fatigue n'a rien gâché.
  • Dernier bon moment et dernière bonne soirée, le temps d'un restaurant avec Thierry et sa compagne, mon Double et sa Maryline, moi, ma tendre moitié et mes deux rejetons adorés.
    Juste ce qu'il faut pour marquer la fin d'un fort beau chapitre ajouté à mon palmarès de petit marathonien ordinaire : le numéro 17 !
    Valence, chapitre 18...
    Mont Saint-Michel, chapitre 19...

  •  La vidéo marathon :

  •  Ma course

Parcours
Le Diplome
Officielle Officielle Officielle
Officielle Officielle Officielle
Officielle Officielle Officielle
Photos officielles
Vos messages
U22/08/2008
ChrisF67
Salut,
Ci-après un lien pour visualiser le parcours du Marathon d'Athènes
http://www.gpsies.com/map.do?fileId=aphbcsudbkrqjoyq
sur mon blog tu trouveras un petit diaporama de quelques photos d'Athènes.
Bonne prépa et à+
Christian.
U19/09/2008
ChrisF67
Salut, je viens de me souvenir d'un truc, le matin c'est départ en bus du stade en marbre vers Marathon. C'est très tôt par rapport au départ de la course. A Marathon il y a des toilettes chuimiques, mais, pas beaucoup de papier toilette, alors un petit conseil, emmène un petit rouleau ça peut être très utile !!!
A+
Christian
U07/10/2008
ChrisF67
Encore des petits souvenirs : un restaurant à ne pas louper : THANASIS sur la place Monastiraki (station de métro) pas loin de votre hôtel vers le sud. Ils font des brochettes et une salade grecque excellentes, et pas cher.
Faire attention aux pique pocket aux alentours des monuments historiques.
U31/10/2008
symphorien
J-9 comme moi!

C'est maintenant que les Athéniens s'atteignirent!!! WK
U25/11/2008
Anastassios jf
EL Bravo et bravo et encore bravo!!!!!
Athenes 2009 sera en ce qui me concerne mon premier marathon pour mes 40 ans....
Je vise autour de 4h00/4h20 si tout va bien...Vos photos et votre recit me font dresser les poils!!!! Comment est le parcours?
J'ai vu sur les photos que vous aviez une forerunner 405, pouvez vous m'envoyer par mail l'enregistrement de ce périple?
A bientôt tres probablement et encore: RESPECT!!!
U25/11/2008
Anastassios jf
C'est tellement énorme que j'y retourne si vous le permettez.
Je viens de voir la vidéo et franchement c'est terrible!!!!
On ferait mieux de nous montrer ça au 20h00 plutot que toute leurs conneries.
Bravo et merci pour ces moments.
U05/12/2008
Ralph GRILLOT
Bonjour, je viens de découvrir cotre site et votre récit sur le marathon d'Athènes. Je pense le faire en 2009, mais je suis surpris du pris avec Easy jet, vous avez 6 nuits pour 923 euros.
J'ai regardé avec Air France pour 1 personne, je trouve vol aller retour + 3 nuits autour de 300 à 400 euros.
Je suis surpris de cet écart, pouvez vous m'en dire plus ?
Maintenant de ce pas, je vais voir votre vidéo.
Réponse du webmaster : 923 euros, c'est pour le vol et 6 nuits d'hôtel avec assurances ... pour 4 personnes soit environ 230 euros/personne.
Merci !

Envie d'en parler, de me faire part de vos impressions ou d'en savoir plus pour, qui sait, y aller prochaînement. Ne vous privez pas il est là pour ça... mon livre d'or.

[ Votre avis ou témoignage dans mon livre d'OR ]