Fondjede

La préparation

On change de catégorie en 2008, c'est décidé ?
Globe-Runner ou Globe-Marathoner... on vous laisse le choix. Mais nous , c'est à dire moi, mon double, Patrick, nos proches, on a décidé que tout ce qu'on pouvait faire, on le ferai !
Question N°1 : qu'y a-t-il au programme des marathons internationaux qui coïncide avec les vacances de d'hiver ?
Réponse N°1 : Barcelone
Question N°2 : ...et qui coïncide avec les vacances de la Toussaint ?
Réponse N°2 : Athènes
Question N°3 : n'y a-t-il rien que l'on ne puisse faire entre les deux ?
Réponse N°3 : Le Mont-Saint-Michel Mont-Blanc
Question N°4 : est-ce qu'on va y arriver ?
Réponse N°4 : On commence par Barcelone et on verra ensuite. Ca vous va ? Pour nous, c'est OK.
  •   Juillet : pas le premier... mais presque
  • 03/07 : on avait dit qu'on s'inscrivait tout de suite : on n'a qu'une parole (40 € inscription et paiement en ligne).
    Inscription
  •   Juillet, Août : rêve... et réalité
  • 29/07 : juillet, dans la continuïté de juin, fût aux couleurs de la bannière étoilée et couronné d'une 12ème médaille. Un séjour de rêve dans l'ouest américain agrémenté par le marathon de San Francisco [ Le détail, de la préparation au compte-rendu sans oublier l'album photos ]
    Deux semaines somptueuses partagées en famille entre la californie, le Nevada et l'Arizona qui nous laisseront un souvenir trés trés fort et surtout une forte envie de... repartir ! Direction le WEB pour les premières recherches dés le 12 août donc.
  • 28/08 : quelques clics de souris, quelques mails et coups de téléphone à mon double pour mettre au point notre stratégie, et voilà, c'est fait. Je parle des premières réservations, les plus importantes : EasyJet est imbattable sur son segment et Booking.com m'a permis de réserver une chambre pour 4 au coeur de la cité et à 6 stations de métro du point de départ du marathon.
  •   Octobre, Novembre : à l'assaut de La Rochelle
  • 30/09 : une préparation que vous pouvez suivre sur la page consacrée au marathon de La Rochelle.
  • 08/10 : en spectateur pour applaudir mon double et Michel au marathon de La Côte d'amour. Un restau plus loin, nous abandonnerons le projet du Mont-Saint-Michel au profit du... marathon du Mont-Blanc : nouveau défi !
  • 28/10 : déjà à mi-parcours de la préparation de mon 3ème défi pour 2007... au feeling et ça me réussit plutôt bien.
    Pour preuve mes dernières compétitions qui se sont soldées par de bons chronos et surtout par de trés bonnes sensations en course : un semi à Saint-Mars-La-Jaille le 30/09, Foulées du Tram et du Busway le 14/10 et Trail Urbain Nantais le 28/10.
  • 25/11 : pour la première fois, j'enchaîne un troisième marathon dans une même année : craintes effacées avec une préparation sans contrainte ni ennui et une conclusion des plus heureuses.
    Le récit de l'aventure reochelaise est ici.
  • 27/11 : une bonne nouvelle, Symphorien (cf marathon de Dublin 2006) sera du voyage.
  •   Janvier : 2008 du bon pied mais du mauvais mollet
  • 03/01 : réservation des billets SNCF pour rejoindre la capitale.
  • 07/01 : début de ma préparation sur 8 semaines. Du classique avec la dose de feeling qui va bien.
    Pour suivre ma préparation : >>> consultez mon carnet d'entraînement <<<
  • 17/01 : un sprint pour prendre à la volée mon tramway et me voilà terrassé par une vive douleur au mollet gauche. Mollet récalcitrant depuis presque deux semaines déjà. J'opte donc pour une grosse semaine de repos pour éviter d'aggraver les choses. Ceci dit, le repos pour moi, c'est remplacer la course à pied par du vélo et de la natation : pas question de perdre la forme, non mais !!
    Les objectif barcelonais sont malheureusement à réviser à la baisse (comme à Londres en 2005). Il s'agira maintenant ne ne pas y arriver blessé et de simplement courir... 42 km durant.
  •   Février : rattraper le temps perdu
  • 03/02 : une douleur au mollet gauche + une semaine sans la moindre foulée + une semaine à faire de petites distantes à vitesse escargot + une semaine pour repartir sur de plus longs entraînements = un trou de trois semaines dans ma préparation.
    Mais, pas de regret : en continuant avec cette gêne, j'aurai lourdement hypothéqué mes chances de courir ce marathon. Si la performance est désormais à proscrire, je n'ose imaginer la déception qui m'attend si je ne pouvais me présenter sur la ligne de départ à l'assaut de ma 14ème médaille.
    Intrigue et ballade à Barcelone
    L'ombre du vent : la lecture est une autre de mes passions et ce roman de Carlos Luis Zafon est tombé à point nommé. Superbe intrigue où la litterature sème le trouble dans la vie d'un adolescent dans la Barcelone de l'après-guerre civile.
    Un livre d'une grande qualité que j'ai vraiment trouvé magnifique. Trouvaille que je dois à mon amie Evelyne. Support idéal pour découvrir Barcelone, ses quartiers, ses monuments, son histoire : un petit fascicule accompagne ce roman : "Promenades dans la Barcelone de l'Ombre du vent" illustre certains passages du livre à l'appui de clichés en noir et blanc prolongeant ainsi le plaisir ressenti et cette pesante atmosphère qui s'installe au fil des pages.
    Présentation : Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du Vent. Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.
  • 08/02 : pour la première fois depuis que je pratique cette discipline, je viens de courir 7 jours de suite. Une seule séance d'accélérations modérées et 6 séances d'endurance allant de 40' à 2h00 : tout ça sans trop de fatigue.
    Restent les deux grosses sorties de plus de 2h pour être totalement rassuré.
  • 09/02 : inscription au marathon du Mont-Blanc et réservation de 9 nuits en résidence à Chamonix. Est-ce bien raisonnable ?
  • 17/02 : dernière longue sortie en ce dimanche froid mais ensoleillé. 30 Km enchaînés sans bobo malgré une douleur à la base du cou assez génante sur la dernière heure (sûrement la conséquence d'une séance de natation un peu rude vendredi soir). Le plus dur est donc fait et, après mes déboires de début de préparation, je suis rassuré quand à ma capacité à tenir la distance.
  • 23/02 : fin de ma préparation ce matin. Soulagé d'avoir réussi à retrouver la forme, je partirai le coeur léger à Barcelone. Une dernière toute petite sortie lundi matin et il sera temps de mettre le cap sur Paris. Décollage mardi pour l'Espagne...
  • 24/02 : un email reçu en soirée pour m'annoncer mon numéro de dossard. Je partirai donc avec le N°4767.
  •  Météo :
  • Au 24 février, prévisions météo pour dimanche 2 mars sur fr.weather.com :
    Météo plutôt ensoleillé, 7 - 17°C .
  •   Organisation
  • TGV : A/R Nantes-Paris (178 €, départ le lundi 25/02 et retour le mardi 04/03)
  • Vol : EasyJet - Orly départ le mardi 26 février à 12h05 - Retour le lundi 3 mars à 14h20 (331 € assurances comprises)
  • Hôtel : Aparthotel Napols : station Arc de Triomf proche de la ligne de métro L1 qui rejoint le départ 6 stations plus loin (912 €).
  •   Infos marathon
  • Départ : 8h30 Plaça de Espanya.
  • Le parcours : Parcours que du beau paraît-il.
Le dossard
Voilà, il est fait et bien fait !
Conclusion d'un séjour magique, ce 14ème marathon fût un régal. Pas de perf mais de belles images et de bons moments dont je garderai un vivant souvenir.
Désolé, je n'ai pas réussi à faire court...
j'en avais tellement à raconter.
La médaille
*Que je traduirai humoristiquement par un "même pas mal !"
Resultat

Le récit

J'avais déjà pris le départ d'un marathon fatigué mais là, j'ai fait fort. Je préfère généralement commencer mon sejour par la course pour me consacrer ensuite aux joies du tourisme. Là, ce n'était tout simplement pas possible. Je rentre donc bien cramé de cette semaine passée à Barcelone.
Mais des fatigues comme celle-là, j'espère en revivre plein lors de mes prochains défis.
Même pas mal !!!
  •  Barcelone :

  • Tout a traditionnellement commencé par des retrouvailles à Orly : dois-je encore vous parler de mon double et de Maryline ?
  • Barcelone est une ville magnifique, vivante et agréable à vivre. Ses chefs d'oeuvres et monuments si atypiques, ses rues, son port, ses parc et collines nous ont littéralement séduits et c'est vannés que chaque soir nous rentrerons nous coucher à l'hôtel.
  • La brume des deux premiers jours a vite fait place à un franc soleil, la douceur à la chaleur. Les visites ont succédé aux ballades, les heures à piétiner aux kilomètres parcourus. Mais que de belles choses à voir : je repasserai devant la plupart le dimanche suivant lors du marathon.
  • Sagrada Familia et parc de Güell le mercredi, Barcelonetta, Marché de la Bocqueria, Ramblas, Casa Batllo et Perdrera le jeudi, Fort de Montjuïc le vendredi, le mythique Camp Nou le samedi, la cathédrale le dimanche, un bien mince aperçu de nos excursions en vérité et nous n'avons pas tout vu !
  • Les rencontres CLM furent nombreuses tout comme les calories absorbées.
    PConvert et la Tortue nous ont alpagués à la sortie de la Perdrera. Nous ne partagerons pas moins de 4 soirées restau du jeudi au dimanche... de 6 au restau le mardi soir, nous passerons donc à 8 le jeudi puis à 14 le vendredi, 34 le samedi pour finir à 26 le dimanche.
    Toutes ces soirées festives furent hautes en couleurs, rires et en décibels. J'y aurai retrouvé avec un immense plaisir Symphorien (mon pote depuis Dublin), Pontgib (rencontré pour la 1ère fois dans les allées du bois de Vincennes puis retrouvé à La Rochelle) et fait la connaissance de plein de nouvelles têtes toutes aussi souriantes que sympathiques.
    Le seul hic de l'affaire restera tous ces couchers tardifs qui viendront se cumuler à la fatigue de toutes nos longues errances barcelonnaises.
  •  L'expo marathon :

  • Vendredi 10h00, nous nous sommes donnés rendez-vous dés l'ouverture pour retirer notre dossard marathon et en obtenir un pour la Breakfast Run du lendemain limitée à 1000 participants. Pas de file d'attente, le temps de retrouver Symphorien, nous ressortirons pour une petite pose café avant de partir à l'assaut de la colline de Montjuïc.
  • En soirée, nous ferons la connaissance au restaurant de ChrisF67, LeNoeuxois et de leurs compagnes Catherine et Christelle. Vous avez dit 'bons moments' : ce n'est que le début !

  •  La breakfast Run :

  • Nouveau rendez-vous samedi à 9h00 Plaça de Espanya. Le groupe CLM s'etoffera encore un peu plus. Patrick, fidèle de nos équipées avec mon Double, arrivé la veille, se joindra également à nous.
  • 9h30, deux jeunes coureurs d'une dizaine d'année prennent la tête du cotège et, de leur petites foulées, nous invitent à prendre le départ. Je participe rarement aux courses du petit déjeuner mais celle-ci, comme celle qui à précédée le marathon de New-York me laissera un excellent souvenir. Ambiance décontractée, à tchatcher et à prendre des photos, on ne voit pas passer l'ascension jusqu'au stade olympique sur le mont Juïc.
    4 Km trop vite parcourus et déjà nous empruntons le mythique tunnel qui amena les coureurs sur le dernier tour de piste lors des jeux olympiques de 1992.
    Le tunnel résonne du cri de chacun et nous débarquons tous émus et émerveillés dans l'antre des 'grands'. Photos, embrassades, personne ne veut réellement en terminer. Les foulées se feront le plus courtes possibles pour retarder le moment fatidique.
    C'est ensemble que nous franchirons Patrick, mon Double et moi cette belle ligne d'arrivée.
  • Mon coupe-vent du marathon de La Rochelle que j'affectionne particulièrement pour son esthétique et sa qualité me permettra de discuter avant la course avec les personnes tenant le stand du marathon à l'expo et pendant avec tout un groupe de rochellais à qui je ferai part du plaisir que j'ai eu à participer à cette épreuve.
  •  Le rendez-vous CLM :

  • 19h45, plaça de Catalunya, arrivent petit à petit les CLM inscrits au rendez-vous. Vincent, notre point de contact nous a organisé une soirée restau aux petits oignons. Deux grandes tablées dans une pizzeria sur la Rambla. J'ai enfin fait la connaissance de Pascal alias Bogeyman qui porte une lourde responsabilité dans mon inscription au marathondu Mont-Blanc : apparemment, je ne suis pas le seul à m'être fait embarquer dans cette aventure et pas le seul non plus à être un peu effrayé par ce qui nous attends là-bas. On oubliera bien vite la pression du marathon : une bonne soirée de détente assortie de Palmitos 'maison', de calissons et autres sucreries au sucre d'érable (merci à Juanita, La Tortue et Tux)... une dernière photo de groupe autour d'un drapeau tricolore sur la Rambla et nous rentrons bien euphoriques à l'hôtel.
    Le temps de préparer mes affaires pour la course, je serai au lit à... minuit et demi ! Pas moyen de trouver le sommeil, j'ai déjà le marathon en tête.
  •  Le marathon :

  • 7h00, je quitte l'hôtel direction le métro. La fatigue est déjà là et je sais déjà qu'il me faudra y aller doucement pour ne pas finir complètement explosé.
    Comme d'hab, j'ai pris mon petit déjeuner à 5h00, j'ai pris le temps de me préparer.
  • Le rendez-vous CLM est à 7h30. La température est douce, le soleil promet déjà de nous accompagner jusqu'au bout. Photos CLM, dépot de mes affaires au parc des expositions. Je rejoins mon sas '3h30-4h00' et retrouve Runnindoum qui entend partir sur un rythme plus rapide que le mien.
  • 8h30, l'hymne des jeux de 1992 poussé par Montserrat Caballé et Freddie Mercury sonne le départ.
  • Pas de surprise, mes gambettes sont bien raides en ce début de parcours. Il en faudra plus plus pour me gâcher le plaisir. Car il est beau ce départ et bien vite j'oublie toute velléite de performance pour apprécier l'ambiance et le parcours.
    Le Camp Nou, visité la veille pour le plaisir de mes deux garnements, s'offre vite à mon regard. Un peu plus tard, je m'intègre dans un groupe de joyeux montpellierains venus boucler tous ensemble leur premier marathon. Mes 13 premières participations imposent le respect et à leur demande de conseil je répondrai par un "partez doucement, gardez le rythme jusqu'au fameux mur et si tout va bien tant mieux sinon la fin sera dure" preuve d'une grande sagesse :)
  • De retour vers la Plaça de Espanya et ses deux célèbres tours, je sors mon appareil photo, stoppe ma foulée : pas question de la louper celle-là. Mais même pas moyen d'être tranquille même au milieu de 9000 coureurs. "T'es pas là pour prendre des photos!" me hurlent Catherine et Christelle venues encourager leurs champions. "ben si, aujourd'hui c'est ce que réussirai de mieux !".
    Petit intermède qui fait du bien au moral. Plus tard, à la faveur d'un arrêt 'technique', je ferai quelques foulées avec Bogeyman. C'est grace à tous ces moments additionnés à la splendeur des sites traversés, à la ferveur des spectateurs égrenés sur le parcours que j'oublierai ma fatigue.
    Les architectures loufoques de Gaudi m'amèneront bien vite au semi pourtant bouclé en plus de 1h55'.
    Même les quelques longues lignes droites du parcours, les passages peu attrayants n'auront pas raison de mon moral. Je tiens mon rythme et double finalement pas mal de monde à mesure que la fin approche (2797 places grapillées entre le 5ème et l'arrivée).
  • Au fil des kilomètres la chaleur commence tout de même à se faire sentir. Arrivé sur le port, avec la brise marine, j'ai soif et commence à trouver la température un peu élévée à mon goût. les kilomètres défilent tout de même et se profilent le 35ème et l'Arc de Triomf, proche de notre hôtel, synonyme de point de rencontre avec ma petite famille.
    J'aurai beau ralentir, scruter la foule, je ne repèrerai personne. J'apprendrai plus tard que, trop fatigués mes moustiques n'ont fait surface qu'à 11h30. Isabelle est arrivée au point convenu plus d'une demie heure après mon passage.
    Dommage car là, je commence à avoir les jambes en compote, l'estomac en vrac. De la plaça Catalunya jusqu'à la Rambla, la foule et ses encouragements me portent.
  • Malgré une nette baisse de rythme, je suis déjà proche de l'arrivée. Comme la veille, je n'ai finalement pas si envie que ça de terminer. Je suis cramé mais le final est somptueux. Encore quelques photos pour immortaliser le moment et bloquer le chrono.
  • 3h45'30", j'aurai quand même couru mon deuxième semi plus vite que le premier (pas compris !) : encore un négative split qui s'ajoute à mon bonheur même s'il est plus modeste que son prédécesseur de La Rochelle.
    14ème médaille autour du cou, je récupère mes affaires, retrouve mon Double, un peu triste lui aussi d'en avoir déjà fini. Je suis bien usé et mon estomac crie vengence mais je suis aux anges, brumisé par les grandes eaux des bassins du Font Magica, spectacle inoubliable.
    Plus loin, nous retrouverons tout un groupe de CLM pour la remise officielle des caramels, challenge et tradition naissante qui honore le dernier du groupe. Caramels au beurre salé remis par mon Double, caramels au sirop d'Erable offerts par Tux à une Tortue rayonnante.
    Je passerai sous silence, noblesse oblige, le stupéfiant événement qui clôturera cette si belle cérémonie et la photo innocemement prise à cette occasion. Ce n'est que sous la menace que plus tard j'oserai exhiber aux regards ébahis du groupe ce terrible cliché étonnante déclinaison du rapprochement franco-canadien.
    "Fallait bien que ça arrive un jour" pourront vitupérer certains mais je ne tomberai pas dans la bassesse et préserverai l'anonymat des protagonistes. Inutile de parcourir l'album photos, vous n'y trouverez rien... sauf erreur involontaire de ma part :)
  •  Le dernier rendez-vous CLM :

  • 20h00, un groupe de 26 CLM est encore aux portes d'un restau de la Plaça Reial pour une dernière soirée festive : toujours la même ambiance, les prochains rendez-vous sont déjà sur les langues : Médoc, Luxembourg, Mont-Blanc.... Seul regret face à ce groupe, le plus important depuis que je parcours le monde aux côtés des CLM, ne pas avoir eu le temps de discuter longuement avec tous. Mais ce n'est que partie remise.

  •  Voilà, pas facile de faire court avec tout ce que je voulais vous raconter.
    Je rentre épuisé mais comblé à tous points de vue de ce séjour catalan.
    Transport, hébergement, restos, ballades, visites, rencontres, tout à Barcelone fût magique.
    Beau marathon, un peu chaud, un peu ondulé mais varié, alternant passages magnifiques et longues lignes droites plus communes, zones de calme et ambiances torrides. Une organisation, une course du petit-déjeuner, un départ et un final somptueux !
    Inutile de vous dire que j'ai déjà hâte de recommencer et de retrouver tout ce monde là au mois de juin à Chamonix.
  •  La vidéo marathon :

* Les photos officielles

Vos messages
U11/09/2007
Olivier L
Concernant le vol aller/retour Paris / Barcelone il serait peut être interressant de partir via Ryanair au départ de Beauvais pour Gérone (une centaine de kms au nord de Barcelone). Des navettes sont organisées pour les Paris-Beauvais et les Gérone-Barcelone, c'est trés bien fait et surtout des prix défiants toutes concurrence =l'AR devrait être au alentour des 50€...Mais je dis ca, je dis rien ! Bon courage.
U30/11/2007
Ferreira Joaquim
Bonjour,

Très bien ton site, je l'ai mis dans mes favoris. J'ai fait Barcelone 2007. Il faut se méfier du parcours qui semble sans difficultés, mais attention, grosse sensation (voire plus) de faux plat sur une grande partie du parcours.Heureusement que celui-ci est magnifique car il passe à proximité de tous les lieux importants (la Sagrada Familia, la Casa Batlo, La Pedrera, la Tour Agbar, les tours jumelles la copie en miniature des twin tower,le parc Zoologique afin passage sous l'Arc de Triomph, passage le long de Port Veill, le Nou Camp) et surtout un public formidable qui nous porte tout le long.

L'année dernière, il faisait plus de 17° au départ à 8h30, vers midi, il faisait entre 25 et 30 ° !

Bonne préparation !
U13/01/2008
Vince83 DE clm
Salut JC
Je viens de parcourir ton site et il est super bien fait et avec beaucoup de conseils qui peuvent me servir.
Une question : Combien de sorties effectue tu par semaine pour ta prépa barcelone? Merci d avance
Et on se donen rdv a Barcelone.
U17/03/2008
Le Joc
Bien le bonjour à toi Jean-Claude,
Bravo à toi pour ta course et pour ton récit : toujours autant d'enthousiasme et de joie dans ton écrit qui amène presque la frustration de ne pas être à tes côtés pour partager tout ceci !
Au plaisir de te lire !
Pour moi c'est Prague dans un peu plus 'un mois et ensuite Berlin ???? Nice/Cannes ??? pas encore tout à fait décidé !
Salutations de bons souvenirs aux tiens et tienne !
Joc MC
Merci !

Envie d'en parler, de me faire part de vos impressions ou d'en savoir plus pour, qui sait, y aller prochaînement. Ne vous privez pas il est là pour ça... mon livre d'or.

[ Votre avis ou témoignage dans mon livre d'OR ]