Fondjede

La préparation


  •   Budapest vs Amsterdam.

    Destination directe depuis Nantes, Amsterdam avait le vent en poupe.
    Jusqu'à ce que je m'intéresse à Budapest.
    Même date, le 15 octobre.
    Moins au nord, plus riche sur le plan du patrimoine, Budapest a relégué Amsterdam à une autre année : 2018 qui sait.
    En route vers mon un 50ème défi marathon.

  • 29/05 : préparer l'après Rio.
    Alors que se profile le marathon de Rio de janeiro le 18 juin prochain, il me semblait temps de préparer mon rendez-vous marathon d'automne.
    Nous avions déjà débattu avec Isabelle de la destination : Budapest était notre choix.
    Inscrit en ligne, je porterai le dossard N°6380.
    C'est Air France qui nous acheminera là-bas.
    Le séjour sera de 6 jours, vols inclus.
    Reste l'hébergement à trouver.
    L'aventure est lancée.
  • 03/07 : de retour du marathon de Rio, il ne restait plus qu'à réserver un hébergement.
    C'est fait. J'ai trouvé un appartement en plein centre ville, pas trop loin du départ et de l'arrivée du marathon.
  • 27/08 : les mêmes qu'en 2015 !
    Trois courses se sont ajoutées à mon palmarès 2017. Les mêmes qu'il y a deux ans.
    Ma plus courte distance, 10,2 km, c'est à St-Michel-Chef-Chef que je suis allé manger le sable et les marches d'une course assez technique.
    Toujours aussi rude, les 33 km du trail des Moulins à La Pommeraye m'ont, une fois encore, procurés beaucoup de plaisir.
    Usé par une semaine de canicule et d'insomnie, le trail du Sillon à Savenay ne m'aura donné pas épargné. Je le bouclerai au mental.
  • 01/10 : un relais pour une première !
    A seulement 15 jours de mon 5ème marathon de l'année, j'assurais le premier relais du trail de Mauves-s/Loire : 24 km avec 550 mètres de D+ avant de passer le témoin à Didier (21 km) puis à Pascal (18 km). Une belle expérience.
  •   Organisation

  • Vol Nantes - Paris - Budapest : Air France : 613 € pour 2 billets A/R au départ de Nantes.
  • Hébergement : 5 nuits en appartement au Little America's Westend (253 €).
  •   Infos marathon

  • Inscription : en ligne, 70 € le 29 mai 2017.
  • Départ : Varosliget à 9h30.
  • Arrivée : Varosliget.
Profil
Le dossard
C'est donc en Hongrie que j'ai atteint le cap des 50 marathons.
Avec ce 5ème défi, la coupe 2017 est bien pleine.
Retour sur un rendez-vous qui a tenu ses promesses.
La médaille

Le récit

  •  Maraton Fesztivàl !

  • Photo Aller à Budapest fût un peu moins simple que prévu. Air France nous ayant gratifié de plus de deux heures de retard au départ de Nantes.
    Correspondace ratée à Paris. Placés sur le vol suivant, lui aussi à la bourre, nous n'arriverons à destination qu'en toute fin d'après-midi, nuit tombée. La découverte de la ville planifiée pour cet après-midi là, aux oubliettes.
    Seul bon côté de ces retards, nous nous retrouverons dans l'avion au départ de Paris avec Dominique, notre guide Thomas Cook à Pékin pour le marathon de la Grande Muraille de Chine.
    Heureusement, côté location, pas de souci. Notre hôte, prévenu dés notre départ en taxi de l'aéroport, nous attendait pour nous remettre les clés de l'appartement.
    Petit duplex sympa, bien situé au coeur de la ville, au calme, pas cher du tout, impeccable.

  • Première destination samedi matin, Varôsliget et son parc où se situait l'expo marathon. Photo Photo Photo Trois bons kilomètres de marche pour commencer, sous un soleil et une chaleur qui ne nous lacheront pas de tout notre séjour. Côté météo, nous aurons été gâtés.
    L'expo est en fait un immense village marathon en plein air. Beaucoup d'exposants, surtout pour des produits alimentaires et diététiques.
    Après avoir retiré mon dossard, le N° 6380 et vérifié que la puce accrochée au dos m'était bien associée, nous ferons le tour des boutiques.
    Enormément de trucs à goûter, des salades, des pizzas, yaourts... nous y ferons notre repas.
    Dominique croisera une nouvelle fois notre route, le temps d'une petite photo.
    En ce samedi après-midi, beaucoup de petites courses familiales sont organisées pour tous et tous âges. Il y a beaucoup de monde et une grosse animation sur le site et dans le parc.
    L'aprés-midi sera consacrée au tourisme. Beaucoup de marche, trop de marche mais tellement de belles choses à découvrir : le parc de Varôsliget, le parlement et les bords du Danube...
    Affaires pour le marathon du lendemain préparées, petit restau turc très bon, couchés, bien crevés mais satisfaits.

  • Photo Pas besoin de me lever très tôt, le marathon ne décolle qu'à 9h30 et je n'ai qu'une petite demi-heure de marche pour y aller tranquillement.
    Je quitte peinard l'appartement à 8h30, juste un petit coupe-vent sur ma tenue de course pour contrer la fraîcheur matinale.
    Ambiance musicale sur le site de départ, je me prépare dans l'immense tente prévue à cet effet et dépose mon sac à la consigne. Organisation nickel !
    Quelques français dans le sas de départ que je rejoins 15 minutes avant le coup de feu.
    Cinq bonnes minutes après les premiers, je franchis la ligne de départ, ma GoPro à la main.
    Mon 50ème départ marathon !

  • Pas d'ambition particulière sur cette course.
    J'ai les jambes bien lourdes de nos efforts de la veille et je sais que la fin va être difficile. Donc je pars sur une base de 10 km/h en espérant tenir le plus longtemps possible.
    Nous quittons Varôliget et empruntons le grand boulevard Andràssy direction le Danube et le magnifique pont de la Chaîne que nous traverserons au km 5.
    La ville est superbe. Il y a déjà pas mal de monde pour nous encourager.
    Le peloton est assez imposant du fait des trois courses qui partent en même temps : le marathon, un relais en équipe de 4 et un relais 12 + 30 km.
    Ensuite, nous suivrons le Danube plein sud, jusqu'au kilomètre 9.
    Le pont Szabadsàg, superbe lui aussi, nous ramène sur l'autre rive.
    Des animations musicales un peu partout égayeront ce marathon. Tout ça m'aide à ne pas trop penser à mes jambes qui ne sont pas au top.

  • Photo Nous allons remonter le Danube jusqu'au km 15, passant entre autres devant le majestueux et imposant parlement Hongrois.
    Plus au nord, nous franchirons le pont Margit qui mène à l'île du même nom.
    Ambiance verdure et spectacle d'eau ( 'Libéréééééeeee, délivrééééééeee....', mélodie en hongrois dans le texte mais reconnaisable entre toutes ) pour ce site familial interdit à la circulation.
    Deux kilomètres de quiétude avant de... franchir, au km 18, le pont Arpàd qui nous portera de nouveau sur la rive gauche du Danube.
    Jusqu'au km 30, nous allons redescendre le fleuve, passant aux pieds de la vieille ville et de son château, de la citadelle dans le quartier Gellert.
    La fatigue jusque là maitrisée commence à se faire durement sentir. Le rythme reste proche de 10 km/h mais ça devient franchement dur.
    Deep Purple et Led Zeppelin me donneront du courage.

  • Photo Le pont Szabadsàg nous fait basculer rive droit au km 33, direction le quartier de la gare, km 37, pas loin de notre appartement.
    Je n'en peux plus et, juste après le pont qui longe la gare pour enjamber un grand carrefour, je marche un peu pour récupérer.
    Une concurrente alignée sur le 30 km me dit que la fin approche et que je dois m'accrocher.
    Pas le choix, je reprends vite une petite foulée et, profitant d'une petite discussion (in english), je retrouve un peu d'allant.

  • Photo Le parc de Varôliget marque le 40ème.
    Peu galant, j'accélère et dépose celle qui m'aura aidé à ne pas trop craquer.
    Il y a du monde dans ce parc. Belle ambiance.
    Le soleil, présent depuis le début, darde ses rayons sur ma peau qui en gardera quelques petites rougeurs.
    Alors que nous abordons les derniers hectomètres, je vais m'emméler les crayons.
    Croyant avoir lancé ma caméra, en fait, je l'éteindrai car je ne l'avais pas arrétée lors de la précédente séquence. Argh !!!

  • Photo Photo Photo Vraiment dommage car le dernier kilo est magique.
    Il y a énormément de spectateurs et beaucoup d'encouragements.
    Je me fais plaisir en accélérant (un peu).
    Je franchis le portique final en un peu plus de 4h11'.
    J'ai finalement tenu mon 10 km/h, parfait.

  • Photo Elle est belle et bien lourde la médaille de mon 50ème marathon.
    Une fois passée à mon cou, je file récupérer ma consigne et m'allonge dans l'herbe du parc.
    Je suis bien grillé.
    Je ne reprendrai la direction de l'appart qu'une bonne demi-heure plus tard.
    Pas de métro offert aux coureurs, heureusement que j'avais prévu le coup et emporté un ticket.
    Le repas typiquement hongrois du soir (soupe de Goulash, tapas hongrois, beef stew et egg barley, pâtisserie) et la pinte hongroise qui l'a accompagné mettront un point final festif à cette belle journée.

  •  De Pest à Buda...

  • Vous l'aurez compris, le bilan sportif de cette nouvelle aventure est plus que positif.
    Mais il serait incomplet sans un petit aperçu de Budapest, ville qui nous a beaucoup plu.
    Ci-dessous, vous trouverez quelques photos annotées de nos belle ballades au coeur des différents quartiers de Buda et de Pest que nous aurons sillonés à pied (prés de 50 km de marche au podomètre d'Isabelle), en train, en métro.
    Avec un coucou spécial à Jane et Eric, citoyens américains, avec lesquels nous avons sympathisés le temps d'une pause déjeuner aux grandes halles de la ville.
    Ne passez pas à côté des thermes sans y entrer : moment de dépaysement et de détente garanti.
    Budapest est une destination vraiment pas onéreuse que je vous recommande vivement.

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo











  •  La vidéo marathon
  •  Ma course

Parcours
Le Diplome
Vos messages
U29/10/2017
Metois jean-françois
Le pont de chaines....le Danube....le parlement.....et le retour
sur l esplanade des héros.....ce 2 octobre 2011 quand j'ai fait ce marathon
il faisait très chaud...(31°)....j'avais fait 3h46 (mais je ne fais qu'un seul
marathon par an et un semi...)
En tout cas félicitation à vous pour vos 50 marathons...et toutes vos autres
épreuves auxquelles vous participez.....C'est un sacré palmarès!....
Merci !

Envie d'en parler, de me faire part de vos impressions ou d'en savoir plus pour, qui sait, y aller prochaînement. Ne vous privez pas il est là pour ça... mon livre d'or.

[ Votre avis ou témoignage dans mon livre d'OR ]