Fondjede
Logo

Londres à mes pieds...pendant 3h48' !

[ Site Web ] [ Album Photo ] [ Récit ]
[ Vos Commentaires ]
Logo

La préparation

Dopés par notre séjour vénitien de rêve, Jean-Claude (le N°664, celui qui voulait la peau des kénians), Patrick et moi-même nous étions promis de nous retrouver pour le marathon de Londres en 2005. La communauté des CLM's de CourirLemonde.org souhaitant également s'y retrouver pour un rendez-vous de passionnés, je n'avais pas le choix ! Alors que mes copains de l'UFCPH préparent un déplacement collectif pour le marathon de Rotterdam le 10 Avril 2005, moi, je pointe du doigt Londres : ma troisième sortie hors de l'hexagone et un nouveau marathon familial comme je les aime (cet événement coïncide avec les vacances scolaires de Pâques). Une fois de plus, j'emmène mes fidèles supporters ! Isabelle, Gaël et Nicolas (ma petite famile à moi), Frédéric (mon beauf !) et Emmeline (sa copine) sont donc de nouveau sur les rangs.
Pour ne pas déroger aux bonnes habitudes, je vous propose un petit journal, sollicite vos messages et témoignages et espère vous proposer dans six mois un long récit et un album photo rempli de mines réjouies.
So, let's go !
Préambule :
Vous êtes nombreux à m'intérroger pour savoir comment s'incrire au marathon de Londres. Pour ce faire, vous devez OBLIGATOIREMENT contacter un des organismes français accrédités par l'organisation. Autre solution si vous n'êtes pas britannique, essayer d'obtenir une invitation auprès des organismes caritatifs qui sont associés à l'événement mais sans aucune garantie. Voici les principaux et les liens sur leur site : Un conseil, ne perdez pas de temps, les inscriptions sont prises d'assaut !
J'ai choisi Planet-Tours pour leur sérieux, leur dévouement, leur sympathie (Testés lors du marathon de Venise et confirmés sur Londres) et leurs tarifs les plus compétitifs de tous (en 2005). J'ai également été trés satisfait de l'AFCF lors de mon périple New-yorkais.
  •  Novembre : les premières recherches...
  • Faut pas trainer : Londres, tout le monde se bouscule pour y participer. C'est pas New-York mais ça y ressemble d'aprés les echos que j'en ai eu jusque là : plus de 32 000 coureurs, un parcours magnifique, une foule immense de spectateurs pour vous supporter. Début Octobre, j'avais tâté le terrain auprés de l'AFCF et obtenu leurs tarifs. A mon retour de Venise, j'ai trouvé sur leurs sites les offres de THOMAS-COOK (ex Havas) et de Planet-Tours.
  • Obligé de passer par un prestataire accrédité : comme à New-York, pour les étrangers, inutile de chercher à s'incrire par ses propres moyens (ni même d'essayer par des connaissances locales : c'est pas autorisé alors gare !!). Mon idée est donc d'opter pour un séjour minimal sans option transport : juste pour obtenir le dossard. Ainsi, je pourrais trouver un hôtel moins honéreux pour prolonger notre séjour et négocier auprés de la SNCF des tarifs plus intéressant pour mon petit groupe. En effet, toutes ces agences de voyages facturent assez cher le transport (120€ en moyenne) sans tenir compte d'éventuelles réductions qu'il est possible d'obtenir pour les couples et enfants : dommage !
  • Finalement, en concertation avec mon autre JC, j'ai opté pour le séjour le moins cher organisé par PLANET-TOURS : inscriptions envoyées le 15 Novembre.
  • Maintenant, il me faut trouver un hôtel pour la suite du séjour et aller glaner des infos à la SNCF...
  •  Les prestations Planet :
  • Budget Planet-Tours de 260€ par personne pour un séjour 3 jours/2 nuits avec petit-dèjeuner, 90€ pour l'inscription au marathon
  • Hôtel 3 * au coeur de Londres : Royal National (Metro Russel Square)
  • Navette bus pour le départ du marathon
  • T-Shirt, débardeur et short
  • Assurances rapatriement et annulation (20 €)
  • Assistance d'un représentant sur place
  • Seule formalité pour les ressortissants de la communauté européenne : passeport ou carte d'identité en cours de validité
  •  Janvier : une contracture et de longues recherches plus tard...
  • La motivation est au top mais le physique peine : toujours pas d'entrainement pour cause de mollet douloureux depuis ma participation aux championnats départementaux de cross le 10 Janvier...heureusement mon autre moi-même, ce Jean-Claude au N°664, ne perd pas de vue notre objectif : faire pleurer les Kényans mais pas de rire !
  • 24/01 : réservation des billet Eurostar Paris-Londres A/R : 70€ impossible de faire mieux mais en s'y prenant 3 mois à l'avance
  • 25/01 : Frédo a finalement trouvé un hôtel bien placé à un prix raisonnable en plein coeur de Londres (chambre famille pour 4 à 482€ et chambre pour 2 à 277€ pour 4 nuits).
    Plus Pour vous faire une idée :     L'hôtel    www.hollyhousehotel.co.uk
  •  Février : inquiet...
  • Malgrès 3 semaines de repos et une reprise en douceur, la douleur est toujours là. Moral pas trés haut ! Reste une petite semaine de ski pour retrouver la forme. Je vais réviser mon objectif avec un seul but : oublier le chrono, essayer de tenir pour finir. Mon plan d'entrainement ne durera que 7 semaines et sera allégé au vu des... 7 semaines sans activité qui auront précédé. Ca craint !
  • 12/02 : un courrier de Planet-Tours qui réclame le solde du séjour.
  • 28/02 (Lundi) : après une semaine de ski, j'ai repris du service avec des globules rouges au top niveau (L'idéal selon mon généraliste : j'ai 140 jours pour en profiter !). Un petit footing léger de 31 petites minutes : les jambes un peu rouillées, je dois y aller en douceur. Je vais travailler essentiellement le fond pendant environ 3 semaines en augmentant doucement les temps d'entraînement : indispensable pour retrouver des sensations et me rassurer quand à la guérison de mon mollet. C'est quand même bon de reprendre l'entraînement. J'ai décidé de tracer cette préparation un peu particulière - car hors plan d'entraînement traditionnel et totalement au feeling - au jour le jour pour pouvoir en faire un bilan.
  •  Mars : maintenant, il faut tenir...
  • 01/03 (Mardi) : 35 minutes de footing léger avec une petite accéleration de...1 minute dans un froid glacial. Les cuisses sont encores bien raides mais mon mollet lui ne dit rien.
  • 02/03 (Mercredi) : 46 minutes de footing léger sur terrain vallonné sans accélération dans les côtes. Ce temps froid et humide n'est vraiment pas terrible pour une reprise, mais la machine ne se plaint pas trop.
  • 03/03 (Jeudi) : 38 minutes de footing léger sur terrain plat avec 3 accélérations d'une minute (entrecoupées d'une minute de récupération). Cette fois ci, la neige s'est jointe au vent froid. Toujours sur la défensive, je roule en douceur à l'écoute du moindre signe de fatigue musculaire mais le plaisir y est, la motivation est là.
  • 04/03 (Vendredi) : 1 heure en endurance sur terrain plat et souple avec un temps plus doux et du soleil. La fatigue s'est faite sentir sourtout au niveau des cuisses. Un jour de repos s'impose aprés cette serie de 5 entraînements consécutifs. [ Pour la détente : 850m. de natation ]
  • 06/03 (Dimanche) : 1h12' en endurance sur terrain varié avec un copain et sous le soleil. Le bilan de cette première semaine est positif mais il reste encore pas mal de chemin à faire pour tenir 42 Km.
  • 07/03 (Lundi) : 1h02' en endurance sur terrain varié. Plus en rythme mais encore un peu juste sur la durée : encourageant car bien j'ai récupéré de la veille.
  • 08/03 (Mardi) : 1h16' en endurance sur terrain varié. Assez facile et pas trop fatigué.
  • 09/03 (Mercredi) : 1h07' sur piste : 17' d'échauffement + 2000 m. en 9'25" + 3 x 1000 m. entre 4'28" et 4'32" avec 3' de récupération entre chaque séquence. Foulée pas trés aérienne pour cette première séance de 'vitesse' de l'année : plutôt genre 38 tonnes sur une piste de 400, mais bon ...
  • 11/03 (Vendredi) : 1h25' en endurance sur terrain plat : assez tranquille, rassurant mais je préfère renoncer au semi d'Orvault de Dimanche pour faire une longue sortie en endurance. [ Pour la détente : 1000m. de natation ]
  • 13/03 (Dimanche) : 2h05' en endurance sous un soleil de printemps et une température trés douce. Un peu dur sur la fin mais c'est vraiment bon pour le moral de tenir la distance.
  • 14/03 (Lundi) : 1h00' en endurance entrecoupée de 5 répétitions de 30"-30".
  • 15/03 (Mardi) : reprise de l'entrainement avec les copains de l'UF : 1h34' en endurance avec un cardio qui a commencé à redescendre sous la barre des 150.
  • 16/03 (Mercredi) : 1h04' sur terrain varié : 15' d'échauffement + 3 accélérations légères de 15', 10' et 5' entrecoupées de 3' de récupération (Cardio entre 160 et 165, 170 dans les côtes). Fa...ti...gué...
  • 18/03 (Vendredi) : 1h30' en endurance sur terrain vallonné. Bien que le cardio ne se soit pas affolé, c'était pas la super forme. Heureusement, le soleil était de mon côté! [ Pour la détente : 1600m. de natation ]
    Je viens de recevoir les photos du marathon de Venise : superbes, elle ont rejoint l'album.
  • 20/03 (Dimanche) : 2h34' en endurance avec le groupe UFCPH Rotterdam. Temps superbe : jambes un peu lourdes sur la fin mais pas de galère. Aprés 3 semaines, le bilan est positif. Je suis un peu lent mais je tiens la distance et c'est là l'essentiel. Encore 3 semaines pour progresser : on y croit un peu plus à chaque séance.
  • 21/03 (Lundi) : 1h01' en endurance entrecoupée de 2x5 répétitions de 30"-30" (25' échauffement, 5' de récup entre les 2 séries).
  • 22/03 (Mardi) : mon fiston m'a refilé sa gastro ! Le modèle de luxe, celui où on se vide par tous les bouts ! Me voilà donc HS pour quelques jours... pas cool cette prépa 2005 !
  • 24/03 (jeudi) : fatigué, ventre noué, fesses serrées (trés serrées !), je suis allé trainer ma misère 56' à un rythme de limace... à oublier.
  • 25/03 (Vendredi) : le même qu'hier mais en 58' et avec un petit nuage noir dans la tête et une envie de tout envoyer ch... ça sent la semaine pourrie. Bon, on courbe l'échine et on attend les jours meilleurs.
  • 27/03 (Dimanche) : 1h45' en endurance et encore bien fatigué. Mes fantaisies intestinales et gastriques m'auront finalement fait perdre 3 Kg et un bonne semaine d'entraînement. Etait-ce bien utile ?
  • 28/03 (Lundi) : 2h30' en endurance. La tête avait décidé : le cadio et les jambes n'avaient pas le choix. Malgré un temps maussade, ça l'a fait et pas trop mal encore. Faut dire que ma tendre moitié m'avait fait un pudding de Pâques...électro-choc, déclic psychologique, allez savoir.
  • 29/03 (Mardi) : 1h06' en footing léger entrecoupé de 2x5 répétitions de 30"-30" (30' en douceur pour débuter, 5' de récup entre les 2 séries). Je viens de recevoir ma confirmation d'inscription pour le marathon. J'aurai donc le dossard numéro 56552 et partirai de la zone de départ rouge dans Greenwich Park. Une brochure superbe (heureusement que je me débrouille bien en anglais!) l'accompagne : tous les conseils y sont. Je suis étonné par la place immense laissée aux associations caritatives de tous ordres. Un marathon populaire à vocation humanitaire, vraiment chouette ces british.
  • 30/03 (Mercredi) : 1h48' en endurance sur terrain vallonné : cardio souvent inférieur à 140, tout bon. Un petit message électronique de mon double qui est passé chez Planet-Tours pour récupérer notre dossier pour l'hôtel ainsi que nos effets (sac à dos, maillot). Merci JC.
  •  Avril : la dernière ligne droite...
  • 01/04 (Vendredi) : 1h19' sur piste : 18' d'échauffement + 4 x 2000 m. en 8'46", 8'33", 8'23" et 8'21' (3' de récup entre chaque série). Je tenais à faire un peu de piste pour voir où j'en étais côté rythme et résistance à un effort prolongé. Je termine plutôt rassuré à l'issue cette séance que j'ai réalisée sans finir trop fatigué. De plus 4'10" au kilo sur la dernière série, c'est pas mauvais. [ Pour la détente : 1500m. de natation ]
  • 03/04 (Dimanche) : 3h00' en endurance, 1h30 avec un copain et 1h30 seul : fatigué mais pas épuisé pour la dernière longue sortie de cette préparation.
  • 04/04 (Lundi) : 50 minutes de footing léger pour récupérer de la fatigue de la veille.
  • 05/04 (Mardi) : 1h06' de footing détente avec le groupe UFCPH en papotant tout le long.
  • 06/04 (Mercredi) : 1h17' avec 3 accélérations de 15 minutes entrecoupées de 3 minutes de récupération (comme prévu, pas envie de faire 3 x 3000 m. sur piste).
  • 08/04 (Vendredi) : 1h07' et 10 accélérations de 2 minutes avec 2' de récupération. Pas de trop bonnes sensations et fin de séance sur les rotules.
  • 10/04 (Dimanche) : 1h55' en endurance avec bien du mal et une grosse envie d'en finir : KC comme dirait Brice (...de Nice) !! Faut dire que samedi, j'avais aidé des amis à déménager (2e sans ascenceur !). Ce matin, pour les marathons de Paris et Rotterdam, j'ai eu une pensée pour les membres de CLM et mes copains et copines de l'UFCPH qui, je l'espère, auront réussi leurs courses. Dimanche prochain, ce sera mon tour. Je vais profiter de la semaine à venir pour ré-cu-pé-rer car j'en ai bien besoin.
  • 12/04 (Mardi) : 55 minutes de footing léger, trés léger et trés décontracté. Grandes discussions sur les marathons de Nantes et Rotterdam avec quelques marathoniens de l'UFCPH revenus enchantés de leurs périples... bientôt, ce sera mon tour je l'espère.
  • 14/04 (Jeudi) : 42 minutes de footing léger avec Yannick, un copain qui prépare 'Les gendarmes et les voleurs de temps' dans un mois. C'est la fin de cette préparation. Je suis partagé entre la satisfaction de ne plus être blessé, d'avoir fait le maximum pour tenir la distance et d'être de la fête dimanche prochain et l'impression de ne pas être suffisamment préparé, que le final risque d'être dur, trés dur. Mais bon, j'y crois et puis il faudra que le plaisir prenne le dessus. Je termine donc là le récit de cette préparation pas comme les autres.
  •  Le planning :
  • Départ le 15/04 20h00, TGV Nantes-Paris
  • Le 16/04 à 11h43, Eurostar pour Londres
  • Marathon le 17/04 à 9h45
  • Changement d'hôtel le 18/04
  • Retour Paris le 22/04, Nantes le 24/04.
  •  Liens utiles :
  • TubePlan du métro londonnien (format PDF)
  • BusTout sur les transports londonniens (In english)
  •  Météo :
  • Au 14 Avril, prévisions météo pour dimanche 17 sur fr.weather.com : Météoaverses, 4 à 12°C .
  • Convertisseur de température - Tapez un nombre dans une des 2 cellules puis cliquez sur 'Calculer'
         °C  =    °F  
Le dossard

Un p'tit LU au pays du pudding

Fort, trés fort en émotion...
"Never again..until next time"


[ Site Web ] [ Album Photo ]
[ Vos Commentaires ]
La médaille

Le récit


Résultat
  •  Samedi 16 : transition et retrouvailles
  •  Nous nous retrouvâmes donc 8 au départ de Paris. Rendez-vous était pris : gare du nord à 10h00 ! Tous le monde y était, heureux de se revoir et de concrétiser ce projet mis sur les rails dans l'euphorie du marathon de Venise.
    Le temps d'un café et nous voilà déjà à bord de l'Eurostar en pleine conversation...jusqu'à Londres. Ici, flottent les drapeaux "London 2012, back the bid" : la ville, à l'unisson, est derrière son comité d'organisation. Paris aura fort à faire pour emporter ces jeux!
  •  Le métro nous conduira au Royal National Hotel où nous attendent les chambres réservées par Planet-Tours. Pas grand, pas luxueux pour un 3 étoiles, mais bon. Déjà 15h00, nous devons retirer nos dossards avant 17h00 à l'autre bout de la ville. Nous décidons d'empreinter un black cab qui accepte de nous laisser monter à 6 : super, en vis à vis, une belle ballade au coeur de cette capitale.
  •  Une bonne partie de rigolade et 24£ plus loin. Nous arrivons au parc des expos où une file interminable se présente à nous. Heureusement notre attente sera écourtée : les étrangers ont droit à un traitement de faveur : guichet spécial et, en quelques minutes, nous voilà avec notre dossard et la puce qui l'accompagne. Autre surprise, pas de T-shirt dans le sac qui nous est remis avec les dernières instructions : celui-là, comme la médaille, il faudra le gagner ! Je voulais m'acheter un débardeur souvenir aux couleurs du marathon mais partout les "out of stock" me font comprendre qu'il est trop tard.
  •  Autre temps fort, ma rencontre avec Bruno, un CLM marseillais et marathonien de surcroit qui répond au doux pseudo de Boulegueur. Heureusement que nous avions échangés nos numéros de portables : au moins 5 ou 6 appels plus tard nous nous retrouvions pour faire connaissance et prendre la photo !
  •  Retour à l'hôtel en black cab (trop bien). Nous empreintons une partie du parcours où nos futurs miles sont balisés et semblent déjà nous attendre. Nous passerons la soirée calmement à discuter puis prendrons notre repas dans le restaurant de l'hôtel pour ne pas traîner.
  •  Dimanche 17 : une journée à couper le souffle
  •  Cette première nuit fût mauvaise, trés mauvaise. L'hôtel est trés mal insonorisé : on a l'impression de coucher dans la rue et je finis par m'endormir sur le matin. Un réveil difficile à 5h30 comme je les déteste... impossible de faire surface, j'arrive à la bourre au petit déjeuner où JC m'attend déjà. La salle est remplie de centaines de coureurs mais l'atmosphère est plutôt calme...le marathon est déjà dans les têtes !!!
  •  7h10, le temps d'une photos dans le hall et voici le bus qui doit nous conduire au départ dans Greenwich Park. Le jour se lève sur un ciel dégagé. La température est fraîche. "Aujourd'hui, je cours en short et débardeur, c'est certain !". JC, mon double, refuse de me croire. Nous débarquons peu de temps aprés dans Greenwich Park : le cadre est buccolique, pelouses impeccables, végétation en fleur. Une longue procession de coureurs se rend calmement vers la zone d'attente avant le départ : la rouge.
  •  Là, l'organisation nous épate ! Pas de problème de toilettes : il y en a en nombre, c'est propre, on ne fait pas la queue pendant des heures. Des boissons nous sont proposées : chaudes (thé, café) ou froides (eau, boisson énergétique) à discrétion. Il fait beau et doux, nous nous asseyons sur la pelouse et apprécions d'attendre dans ce calme royal avant l'effort qui nous attend.
  •  9h15, c'est l'heure des derniers préparatifs. La journée s'annonce vraiment belle et j'opte pour la tenue légère : oubliés les manches longues, gants ou autre couvre-chef, même le traditionnel sac plastique n'est pas utile. Nous bouclons les sacs, les portons aux camions de l'organisation. Nous découvrons un urinoir géant : idéal pour la dernière petite envie qui ne saurait attendre. Avec JC, nous nous séparons car nous ne partons pas du même sas de départ.
  •  Pas de bousculade, j'entre dans mon sas pour 20 petites minutes à peine. Ma stratégie est claire : courir doucement - j'ai choisi un rythme de 9' au mile - et me faire plaisir avant tout. 9h45, le départ est donné. Comme à chaque grand marathon, j'ai le coeur qui s'affole un peu. Tout de suite, la foule est là qui nous acclame et nous encourage.
  •  Ces premiers miles sont un pur bonheur. Le parcours est roulant malgré quelques petites bosses. Aprés ce début de saison catastrophique, les doutes qui ont planés sur ma participation, je suis libéré, vraiment heureux d'être là. Je tape dans les mains des enfants sur le bord du parcours, j'applaudis Elvis (le King, le vrai , même pas mort!), apprécie les premiers "Go France, go !", "Allez la France". Je revis un deuxième New-York !
  •  3ème mile, finalement, les coureurs partis en zone de départ verte qui ont déjà rejoint ceux de la zone bleue, nous cotoient quelques intants, nous sifflent copieusement (British humour ? non, la zone rouge réservée au étrangers se fait simplement chambrer par les gars du coin), puis se mèlent à nous.
  •  Tout le long du parcours l'assistance médicale est omniprésente, des toilettes sont disposées et annoncées à l'avance, des douches permettent à ceux qui le souhaitent de se rafraîchir, des mains tendent de la crème anti-frottement. Les ravitaillements sont nombreux proposant alternativement eau et boisson énergétique. Je stabilise mon rythme aux alentours de 8'30" au mile : plus rapide que prévu mais je me sens bien.
  •  Passés les premiers quartiers typiquement londoniens, nous passons devant le Cutty-Sark au 6ème mile (Photos!) puis abordons le 12ème mile qui débouche sur le Tower Bridge (photos !). Je ralentis car cet instant est vraiment trés fort : la traversée des 850 mètres de ce pont va rester gravée au plus profond de mon esprit.
  •  Juste avant le 13ème mile, nous arrivons sur la portion empreintée la veille en taxi mais dans l'autre sens ! En face, nous croisons les plus rapides qui en sont déjà au 22ème ! La classe : nous les encourageaons, les applaudissons, nous qui sommes dans la même course mais bien loin derrière.
  •  Aprés ce mile en vis à vis avec ces champions qui nous font rêver et sous les clameurs d'une foule toujours aussi dense et enthousiaste, nous abordons des quartiers moins riches. Ca bouchonne un peu à certains endroits, la foule est un peu moins dense mais pas pour longtemps.
  •  J'égrène les miles en rythme sans fatigue. Le 21éme : la portion magique (ouais, je sais, facile le jeu de mot) : cette fois, je suis du côté de ceux qui on au moins 7 miles d'avance. Mais, c'est pas une raison, je tape dans les mains pour encourager ceux qui vont sûrement dépasser les 4h30. Toujours cette foule qui hurle et encourage, merci dieu Soleil !!
  •  22ème, c'est pas le mur mais je sens que je faiblis. Je ralentis l'allure : faut que je termine, m'en fous du chrono !!. Nous longeons la Tamise et ses monuments prestigieux. Big Ben se dessine au dessus des arbres (photo !), je déroule sans y penser et vois les miles défiler doucement : heureusement qu'il n'y en a que 26.
  •  25ème, l'arrivée dans St-James's Park est digne de celle dans Central Park : impossible d'abandonner dans un tel cadre et devant tant d'encouragements. Buckingham apparaît puis nous lui tournons le dos pour aborder le Mall orné de tribunes encore noires de monde pour m'applaudir, moi, modeste coureur qui pointe ses pompes et son débardeur 1h40 aprés les vedettes! Un final somptueux (photo !), les bras levés, je franchis cette ligne dont j'ai rêvé des semaines durant. Retrait de la puce et... médaille ! Celle-là, elle n'a pas la même saveur que les précédentes et je la regarde un long moment. Plus loin, je reçois un sac avec provisions et T-shirt puis je remonte le Mall pour récupérer mes effets perso.
  •  Je rejoins le point de rencontre réservé aux étrangers juste au pieds de l'Admiralty Arch. J'enfile vite mon T-shirt car je me doute que les coups de soleil ne vont pas tarder. J'attends patiemment JC en me massant les jambes. Il se présente enfin et nous pouvons alors partager nos impressions : joie, émotion, satisfaction, tout y est. Une douleur à la cuisse l'a obligé à ralentir mais il a tenu bon et c'est bien là l'essentiel. Nos supporters nous rejoignent un peu plus tard : ils nous ont vus et pris en photo au 25ème.
  •  De retour à l'hôtel, aprés une bonne douche, nous aurons des nouvelles de Patrick (qui faisait partie de notre complot vénitien) qui nous rejoindra plus tard. Nous terminerons la soirée, médaille autour du coup, dans un restaurant de Piccadilly, a parler, raconter, commenter cette journée vraiment trop bien.
  •  Ce jour là, Martin Lel a gagné (2h07'26"), Paula Radcliffe a gagné (2h17'42"), deux JC, un patrick et 35 000 autres aussi !
  •  Fin du séjour :
  •  Le lendemain, je souffrirai non pas de courbatures - mes jambes ont bien accepté l'effort demandé, je suis bien un peu fatigué mais pas trop - non, non, mais...de coups de soleil ! Mes épaules et mon cou sont rouge écrevisse : bobo !! Nous changerons d'hôtel pour limiter le coût du séjour. Mais là, on voit la différence : une chambre de bonne avec une salle de bain minuscule, le tout réalisé par un bricoleur peu soucieux des finitions et moi, moi, amateur de bon café, un café lyophilisé pour le petit-déjeuner !! Tout les matins, notre première mission sera de retourner à Victoria station pour boire un vrai café avant d'entâmer la journée.
  •  Le reste du séjour sera consacré à de multiples visites à pied, en bus, métro, en bateau sur la Tamise : Londres est riche de multitudes de merveilles. Comme à New-York et Venise, les enfants y trouveront leur compte. La relève de la Horse Guard à Whitehall, les visites du Tower Bridge et de la Tower of London avec les fameux bijoux de la couronne, un passage au Hamleys Toy Store (5 étages de jouets!!), une aprés-midi au London Dungeon (Attraction relatant des faits sordides comme les crimes de Jack The Ripper, la peste noire ou le grand incendie de Londres de 1666), les lions de Trafalgar Square, la vue panoramique de la grande roue du London Eye, la croisière sur la Tamise, les double deck bus ....sans oublier le simple plaisir de se promener au travers de cette ville aux quartiers typiques et aux parcs magnifiques à cette saison.
  •  Nous assisterons à la relève de la garde à Buckingham le jour de l'anniversaire de sa majesté qui ne daignera pas pointer son nez à la fenêtre malgré le Happy Birthday entonné par sa royale fanfare. Un spectacle grandiose.
  •  Le mercredi, achat obligatoire de l'Evening standard qui édite un supplément spécial avec les classements complets : un must !!
  •  Nous nous retrouverons vite dans l'Eurostar qui nous reconduira à Paris, la tête pleine de souvenirs, un peu euphoriques, déjà prêts à en refaire un autre.
  •  Le traditionnel bilan :
  •  Si, je n'avais qu'un marathon à vous recommander, je serai bien embêté. Mais si vous me demandez si ça vaut le coup de se déplacer à Londres pour son marathon, je vous répondrai cent fois OUI! Allez-y, vous ne serez pas déçu ni par l'accueil, ni par l'organisation, ni par le parcours, ni par l'ambiance.
  •  Côté tourisme, Londres est vraiment une ville magique : impossible de s'y ennuyer.
  •  Côté Planet-Tours, rien à dire. L'hôtel (confortable, buffet petit déjeuner continental correct et en plein centre est vaiment trop bruyant) leur est imposé, pas de problème de réservation ni d'inscription au marathon, le bus était à l'heure pour le départ du marathon. J'ai eu l'occasion de discuter avec Momo notre accompagnateur bien sympa.
  • Le seul bémol est financier : La vie à Londres est chère, trés chère : transport, hôtellerie (dont la qualité est médiocre si on y met pas un bon prix), restauration (bien qu'on ai trouvé à bien manger pour 6 à 7£, voire moins pour les enfants), visites (malgré les tarifs pratiqués pour les familles), tout coûte assez cher. Mais, les ballades, elles sont gratuites et rien qu'avec ça, il y a de quoi passer un bon séjour.
  • Un nouvel enseignement personnel : même après 7 semaines d'arrêt et une préparation réduite à 5 semaines, je suis capable de courir un marathon : 3h48'22" un peu plus de 11Km/h (5'24" au Km) c'est plus qu'il n'en faut pour me rendre heureux et me donner l'envie d'en refaire d'autres. Jean-Luc ne m'a-t-il d'ailleurs pas déjà proposé de faire le marathon de la Côte d'Amour en Octobre, Eric63 (un autre CLM) celui des grands cru de bourgogne à la même époque ??? Alors JC, où irons nous traîner nos savates en 2006 ?
Vos messages
U01/12/2004
KERJEAN MARC
Bojour,

Bravo pour votre site. J'envisage comme vous de faire le marathon de LONDRES 2005. Je suis à la recherche de divers renseignements car comme vous je souhaite passer ce w-e en famille avec ma compagne et mes deux enfants.Apraès deux années de participation consécutive au marathon de Paris en 2002 ( 2h48 ) et 2004 ( 2h52 ) je souhaite trouver les frissons et motivations nécessaires pour taquiner les 2 h45. J 'espère avoir de vos news pour éventuellement échanger sur notre passion commune.
Salutations sportives Marc
U22/02/2005
Renaud
Bonjour Jean-Claude !
Juste un petit mot d'encouragement pour ta préparation au marathon de Londres. J'avais moi-même une légère contracture au mollet au début de ma préparation au marathon de la côte d'amour et malgré 2 semaines quasiment perdues, tout s'est bien passé. Alors courage et cela va passer même si tu as raison de revoir les objectifs à la baisse. Surtout, n'essaie pas de rattrapper le temps perdu et augmente progressivement la durée des séances pour ne pas te blesser à nouveau.
Sinon, la visite chez un podologue du sport m'avez bien rassurer.
Que la force soit avec toi ! A bientôt !
U11/04/2005
racineux
salut! j'ai fait NYC en 3h43min en 2002, on était donc voisin...Je suis angevin et je fais londres cette année, en visant 3h30...donc à trés bientôt peut être. A+.
U11/04/2005
Patissou Patrick
C'est formidable ,nous allons prendre le départ ensemble!
congratulations.
patrick 55443
U15/04/2005
Venanci Alexandre
Salut cher Marathonien!
Je te souhaite une bonne réussite pour ce week-end, j'espère que tout ira bien et que tu verra la ligne des 42.195 Km.
Ton site est vraiment extra, super vivant, on se prend super bien au jeu. Pour info, j'ai était à Paris le week-end dernier et je souhaiterai partir pour Londres l'année prochaine, alors si j'ai besoin d'aide, je te recontacterai.
En tout cas, merci pour les infos, je trouve super sympa de les faire partager.
Bon courage, et tiens nous au courant de tes impressions d'après marathon..
Sportivement.
Alex
U28/04/2005
boulegueur
Génial JC, tout à fait d'accord avec ton appréciation sur Londres
Tu verras que mon marathon fut difficile mais j'attend aussi avec impatience le prochain

au plaisir
U15/05/2005
Didier Josephine
bravo pour la chronique, je pars l'année prochaine.

bravo
U04/07/2005
Patissou Patrick
bonjour JC
je prend un peu de temps pour te rendre visite et ton site me permet de me replonger dans la course;certes cette traversée de TOWER BRIDGE m'a également pris aux "tripes" et je ne pouvais pas m'empecher d'exprimer le geste du BOUDA DE LA JOIE !
je repart pour un autre marathon en octobre 2005 :celui de CHICAGO.
je revoie JCV pour quelques foulées dominicales .
bonjour à ta petite famille
patrick
U28/08/2006
bonjour,

j'envisage comme toi de faire le marathon de Londres en 2007 et j'ai cru comprendre que tu avais pris uniquement ton dossard avec Planet-Tour,

est-ce le cas ou as-tu été obligé de pendre un package ?

merci pour ta réponse
Jérôme

Réponse du WebMaster :
Pour s'incrire au marathon de Londres, il te faudra OBLIGATOIREMENT contacter un des organismes français accrédités par l'organisation. Pas d'autre solution.
Voici les principaux et les liens sur leur site :Ne perds pas de temps, les inscriptions sont prises d'assaut !

J'ai choisi Planet-Tours pour leur sérieux, leur dévouement et leur sympathie (Testés lors du marathon de Venise et confirmés sur Londres) et leurs tarifs les plus compétitifs de tous. J'ai également été trés satisfait de l'AFCF lors de mon périple New-yorkais.
Merci !

Envie d'en parler, de me faire part de vos impressions ou d'en savoir plus pour, qui sait, y aller prochaînement. Ne vous privez pas il est là pour ça... mon livre d'or.

[ Votre avis ou témoignage dans mon livre d'OR ]