Fondjede

La préparation


  •   Rendez-vous manqué en 2011.

    Cette année-là, quelques soucis familiaux m'avaient fait renoncer.
    Mais la destination est toujours restée ancrée dans mon esprit.
    Restait à attendre le bon moment.
    C'est décidé en 2018, on fonce chez nos cousins québéquois...
    ... pour mon 53ème défi marathon.

  • 01/02 : avec qui et comment ?
    Faire le voyage implique un séjour conséquent avec un gros objectif de découverte de cette prometteuse région du Canada.
    Option 1, tout organiser tout seul et faire la route à deux.
    Option 2, voyager en groupe pour ajouter une dimension bavardage au voyage.
    Nous nous sommes donc tourné, Isabelle et moi, vers les voyagistes spécialisés. L'offre Planet-Tours nous a paru la plus intéressante.
    Planet-Tous, je connais un peu pour avoir fait appel à leurs service à l'occasion des marathons de Venise en 2004 et Londres en 2005.
    Un petit coup de fil pour s'assurer des disponibilités et hop, le courrier est parti.
    Le séjour ira du 11 au 21 octobre. Vol Air-Canada. Direction Paris CDG en TGV.
  • 31/07 : ça se précise Photo
    La confirmation est arrivée... le solde du voyage est parti au courrier hier.
    Un tour sur le site du marathon, pas encore de numéro de dossard mais ça y est, je suis inscrit !
    Rendez-vous à l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle Terminal 2 A à... 9h00 le jeudi 11 octobre.
    Du coup départ le mercredi 10 avec une nuit d'hôtel à proximité de l'aéroport.
    Reste à aller à Paris... en PREM'S, j'ai réussi à trouver des A/R pas trop cher direct Nantes to CDG.
  • 29/09 : ça approche...
    A deux semaines de l'échéance, dernière sortie (très) longue lors de la première édition du trail de la Digue de Nantes à Montaigu.
    4h47' pour boucler les 45 kilomètres et 360 mètres de dénivelé de l'épreuve... j'espère avoir récupéré pour le 14 octobre !
    Petit coup d'oeil sur les inscriptions sur le site du marathon : j'aurai le dossard N°1270.
  •   Organisation

  • Transport : Air Canada + 2 billets TGV A/R au départ de Nantes.
  • Séjour Planet-Tours : 11 jours et 9 nuits entre Montréal, Ottawa, Toronto et Québec.
  •   Infos marathon

  • Inscription : via Planet-Tours, 90 €.
  • Départ : boulevard René-Lévesque (Centre des congrès) à 8h00.
  • Arrivée : Grande Allée (Assemblée Nationale).
Parcours
Profil
Québec

Retour sur le continent nord américain



[ Site Web ] [ Album Photo]
[ Vos Commentaires ]
Logo
Le dossard
La province de Québec, support de mon 3ème défi sur le continent nord américain.
Un rendez-vous frisquet mais terriblement beau.
Récit, vidéo et album photos à suivre...
La médaille

Le récit

  •  Québec !

  • Le rétrécissement du fleuve Saint-Laurent entre les villes de Québec et de Lévis, sur la rive opposée, a donné le nom à la ville, Kébec étant un mot algonquin signifiant « là où le fleuve se rétrécit ». Fondée en 1608 par Samuel de Champlain, Québec est une des plus anciennes villes d'Amérique du Nord.
    Voilà, c'est Wikipédia qui le dit. C'est ce que notre guide nous a confirmé.
    Québec est devenue une réalité. Cette destination attendue depuis des années a tenu ses promesses.
    A un marathon frisquet mais très attractif, ce sont ajoutées de belles découvertes et un séjour une fois encore inoubliable.
  • Arrivés sur Paris la veille, nous étions au rendez-vous Planet Tours à 10h30 au comptoir Air Canada de l'aéroport Charles de Gaulle.
    Divine surprise, c'est Patrick, amis marathonien de longue date (jetez un oeil aux albums photos des marathons de Venise, Londres, Madrid, Rome, Barcelone, ...) qui nous a servi d'accompagnateur pendant la première partie du séjour.
    Un petit groupe de 9 personnes se formait à ses cotés. A 10 dans le Boeing 787, nous occupions le rang 58 sur toute sa longueur. Mis à part nous, nantais, et un parisien, le reste du groupe était du sud-ouest.
    Décollage à 13h et, 6h30 de vol plus tard, nous foulions le sol canadien à Montréal. Faisant du même coup la connaissance de notre chauffeur et guide local, Simon.
    Ce n'est que le lendemain, après une rapide visite de Montréal et d'un village Huron, que nous mettrons le cap sur Québec.

  • Photo Photo Photo Photo Photo Photo Québec, veille de marathon est synomyme de retrait des dossards et de pasta party.
    Notre hôtel, Le Concorde (Grande Allée Est), idéalement placé, proche du départ et de l'arrivée de la course se situait également à quelques centaines de mètres de l'expo marathon au Centre des Congrés.
    Premier objectif de la journée, nous filions donc récupérer nos dossards (le N°1270 pour moi). Un petit tour à l'expo marathon le temps de me faire faire un zouli tatouage temporaire sur l'avant-bras et nous étions partis pour une longue ballade pédestre à la découverte de la ville.
    Le marché, la vieille ville, la citadelle, nous aurons bien bourlingué toute la journée. Une poutine (frites avec du fromage et une sauce 'brune') fera office de découverte culinaire locale à la pause méridienne.
    Le podomètre d'Isabelle indiquera plus de 15 kilomètres lorsque nous irons nous coucher vers 22h00 après une pasta party plutôt vite expédiée et de modeste facture dans un restau italien au pied de l'hôtel Frontenac (le Spag&tini).

  •  Le numéro 53

  • Photo Photo Photo Debout à 5h30, je m'habille vite fait et fonce à l'acceuil de l'hôtel où un plateau petit déjeuner nous attend. Je remonte me restaurer dans notre chambre. Je complète avec une banane que j'avais en stock et un café mis à disposition dans chaque chambre.
    7h30, un vent glacial nous cueille alors que notre groupe quitte le hall de l'hôtel pour rejoindre le site de départ du marathon quelques centaines de mètres plus loin.
    A peine 3°C, ciel couvert. Même si je garde les genoux à l'air, j'ai opté pour des manches longues, gants, buff dans le cou... et sac poubelle pour patienter.
    Avec Françoise, nous rentrons dans le sas des 4h00-4h30. Quelques photos et il sera vite l'heure de partir.
  • Photo 8h00, c'est parti.
    Une fois encore, j'ai des poteaux à la place des jambes et pas simplement à cause du froid. Je vais devoir gérer l'absence de repos des jours précédents. Raisonnablement, je me fixe un objectif de 4h15 : 10 km/h, ça me parait bien.
    Petit rythme donc sur ce départ. Je me fait doubler de tous les côtés... comme d'hab me direz vous.
    Les 4 premiers kilos sont plutôt descendants. Porte Saint-Louis, Hôtel Frontenac, descente dans la vieille ville, rue Saint Jean, nous cheminons jusqu'à la rivière Saint-Charles.
    Là se situe la portion 'verte' du marathon, alternant parcs et espaces verts. Au km 10, nous passons sur l'autre rive.
    Quasiment que du vert jusqu'au 14ème. Je gère mon petit rythme. Pas de grandes sensations. Des muscles pas au top non plus qui me font bien comprendre que je vais devoir être prudent jusqu'au bout.
    Au 17ème, nous franchissons à nouveau la rivière pour nous diriger sur le vieux port.
    Les ravitaillements sont bien pourvus en eau et boisson énergétique. Je crains cependant que l'eau froide ne détraque mon estomac. Donc je bois en petites quantités et le plus souvent possible.
  • Photo Photo Changement de cours d'eau, c'est le fleuve Saint Laurent qui va accompagner mes foulées pendant près de 7 kilomètres assez plats.
    Comme cette portion est un aller-retour, nous croisons à l'aller, sur 4 kilos, ceux qui nous précèdent et, sur les 3 suivants, ceux qui sont à l'arrière.
    Le cadre est encore une fois très agréable. Les pieds de la Citadelle de Québec et des Plaines d'Abraham. Je ne m'ennnuie pas.
    A partir du km 23, les choses vont se corser. On rejoint la vieille ville et ça ondule sérieusement.
    Nous affrontons une belle côte de 2,5 km à partir du 25ème. Côte qui nous ramènera à Frontenac. Plus grosse difficulté du jour, ensuite quelques jolis faux-plat se succéderont jusqu'à l'arrivée
  • Photo Photo Photo Photo Nous reprenons en sens inverse le chemin qui mène à l'hôtel et bifurqerons peu avant le site d'arrivée.
    De gros signes de fatigue sont apparus depuis. J'ai un peu d'avance sur mon objectif, alors je lève un peu le pied.
    Nous sillonnons les Plaines d'Abraham, étendue verte et boisée.
    J'ai toujours plusieurs minutes d'avance sur l'objectif.
    Sur le côté, Valérie et Gisèle (qui a couru le 10 km), qui m'encouragent. Plus loin Patrick qui me prend en photo. J'ai le sourire mais ça commence à être dur.
    Au km 30, nous revenons sur la Grande Allée pour une belle ligne droite jusqu'au quartier Maguire où les flash crépitent. Les commerçants du coin se font un peu de pub en nous offrant une photo. Photo Photo Photo Photo
    Ensuite, nous nous balladons dans des quartiers résidentiels. Comme un peu partout sur le tracé de ce marathon, quelques lots de spectateurs ici et là nous encouragent. Moi, ça me fait du bien car je compte les kilomètres.
    Je refuse de marcher même si mon corps le réclame. Je m'arrête à peine aux ravitaillements de peur d'avoir du mal à repartir.
    Malgré tout, je dépasse régulièrement des coureurs dont certains sont alignés sur le semi parti 1h15 après nous. Nos chemins se séparent au 33ème pour se retrouver au 38 ème.
    Depuis, le soleil s'est imposé. Le vent froid me transperce par moments. Mais, globalement, bien couvert (ni trop, ni trop peu), je n'ai pas souffert de la très fraîche température du jour.
  • Photo Photo Photo Au Km 36 arrive cette ultra longue ligne droite que j'avais repérée sur le plan et qui, à une virgule près, nous conduit à l'arrivée.
    Ma foulée est plus courte et je brûle les kilos un à un patiemment.
    Les deux derniers kilos sont en faut-plat montant. Je retrouve les coureurs attardés du semi.
    Les 200 derniers mètres en légère descente. Comme la course passe aux pieds de nôtre hôtel, mon Isabelle devait y être mais je ne l'ai pas repèrée.
    Je pique un petit sprint histoire de grapiller quelques places au classement.
    Gopro à la main, je coupe la ligne en 4h05'08" (4h04'44" temps reéel).
    Médaille autour du cou, je récupère quelques victuailles et ne traîne pas pour retourner à l'hôtel. Certes, il fait grand soleil mais le vent est toujours aussi froid.
  • Photo Une bonne douche et une petite sieste plus tard, avec le groupe, nous irons fêter l'événement avec une petite bière prise au bar panoramique de l'hôtel.
    Nous repartirons ensuite faire une grande ballade en ville histoire d'en profiter car, dés le lendemain, nous attendra un programme touristique chargé.


Les résultats
  • La suite du voyage nous ménera jusqu'à Toronto d'où nous reprendrons l'avion une semaine plus tard pour rejoindre Paris.
    Nous aurons visité quelques sites superbes. Je n'en ferai pas la liste exhaustive mais voici quelques grandes lignes de notre périple et une carte postale pour y associer une image :
    • A Québec, la vieille ville, l'Ile d'Orléans (cidre de Glace), les Chutes de Montmorency (plus hautes que celles du Niagara)
    • La Pourvoirie Du Lac Blanc à Saint-Alexis-des-Monts : domaine de chasse et de pêche où nous sommes allés sur les traces de l'ours noir (eh oui, on en a vu un !) et des castors (en canoé).
    • Excursion bâteau au parc national des Mille Iles à Gananoque.
    • Visite et découvertes à Ottawa, Montréal (Mont Royal notamment), Toronto et sa la tour CN,
    • Visite d'une cabane à sucre (recolte et fabrication du sirop d'érable), d'un village Huron dans une réserve indienne,
    • Niagara : incontournables, les chutes (à pied et en bateau, impressionnant, de jour comme de nuit, restau panoramique), la ville de Niagara on The Lake (Lac Ontario)


  • Voilà donc le court résumé de notre séjour au Canada.
    Pas de regret côté Planet-Tours, mis à part le choix de l'hôtel (excentré et piètre petit déjeuner) et la durée du séjour à Toronto (un peu long au vu des centres d'intérêts peu nombreux), tout s'est bien passé. Le choix de l'hôtel à Québec était juste parfait. Les attractions proposées très intéressantes.
    Nous avons passé d'excellents moment avec un petit groupe - nous étions 9 - fort sympathique.
    Au fil des discussions, dans les cartons de retour, un projet commun pour les 100 km de Millau en 2019 a vu le jour.
    A suivre... mais en attendant, Tokyo se rapproche de l'horizon.
Carte Postale


  •  La vidéo marathon
  •  Ma course

Parcours
Le Diplome

Envie d'en parler, de me faire part de vos impressions ou d'en savoir plus pour, qui sait, y aller prochaînement. Ne vous privez pas il est là pour ça... mon livre d'or.

[ Votre avis ou témoignage dans mon livre d'OR ]