Warning: fopen(): file size is limited to 1M in /var/www/sda/7/6/fondjede/StatsSite.php on line 66
Site Web de JC FONDRILLON
Fondjede
France

Buffet campagnard...

improvisé !

[ Site Web ] [ Album Photo] [ Récit ]
[ Vos Commentaires ]
Logo

La préparation

Pas le temps.
Non, je n'ai vraiment pas eu le temps de m'y mettre.
Il faut dire que la décision a été rapide.
Tout juste remis de mon premier 100 kms à Chavagnes, sans objectif pour le second semestre, c'est finalement CLM qui aura dicté mon choix.
La promesse d'un week-end festif en compagnie d'un joyeux groupe de coureurs, connus pour la plupart (Pompier22, Pontgib, El palmero, Carpediem), ça ne se refuse pas.
La décision familiale pour mettre le cap sur la Bretagne et ce 'petit' marathon de Saint-André-des-Eaux au portes de Dinan dans les Côtes d'Armor (22 pour les incultes) a été adoptée à l'unanimité.
  •   Démarrage tardif...
  • J'avais accumulé trop de retard pour pouvoir initialiser cette page dés ma prise de décision début juin : 5 vidéos sont sorties de ma boîte de production entre-temps (Vienne, Chavagnes-en-Paillers et Hellfest).
    Je tenais quand même à mettre en ligne quelque chose avant de m'aligner sur cette compétition ne serait-ce que pour respecter la tradition...
    A moins d'une semaine de l'événement, il était temps. Je fais bref.
  • 05/06 : pas de logistique bien compliquée. Saint-André-Des-Eaux, c'est à environ deux heures de route de la maison (160 km).
    Rensignement pris auprès de mes potes CLM, j'ai réservé deux nuits dans le même hôtel à Dinan. Inscription au marathon envoyée dans la foulée. Affaire vite menée.
  • 07/06 : un marathon, même festif, ça ne s'improvise pas. Une préparation officielle s'est donc imposée. La voici résumée :.
  •   Juillet : on y est déjà...
  • 23/07 : le groupetto CLM a décidé de s'incrire au repas champêtre d'après course. J'ai donc renvoyé un courrier auprès de l'organisation pour y participer.
  • 26/07 : la prépa, je ne m'en suis même pas rendu compte tellement j'ai un emploi du temps occupé. Tout s'est passé comme sur des roulettes.
    Rien à signaler, si ce n'est une dizaine de jours de canicule. La douceur et la pluie sont réapparues dés le 14 juillet et ne nous quittent plus depuis.
    J'ai bien sûr eu un peu de mal à renouer avec la vitesse mais mes deux courses de préparation ont été positives sur le plan des sensations (10 km de Ste-Luce et trail à Pornichet).
  •  Météo :
  • Au 26 juillet, prévisions météo pour dimanche 1er vers Dinan sur fr.weather.com :
    Meteo plutôt ensoleillé, mini 13°C - maxi 20°C, risque de précipitations 0%.
  •   Organisation
  • A/R Nantes-Dinan : en voiture le 31 juillet.
  • Hébergement : 2 nuits à l'hôtel des grandes Tours à Dinan.
  •   Infos marathon
  • Inscription : 20 € avant le 28/07 (30 € après)
    + 11 € pour le repas champêtre (5 € pour les moins de 13 ans)
  • Départ : 8h00, Saint-André-Des-Eaux
  • Circuit : deux boucles de 20 et 22 kms, dénivelé oscillant entre 15 et 47 mètres.
Le dossard
Aucune prétention sur ce marathon si ce n'est prendre du plaisir sur la distance et de retrouver des amis.
Récit d'un carton plein.

St-André-Des-Eaux
Coupe-Vent

Le récit

Voilà une affaire rondement menée.
Ce n'est pas parce qu'il n'était pas planifié de longue date qu'il n'a pas tenu ses promesses.
Marathon festif avant tout, ce 23ème rendez-vous, sous les couleurs de CourirLemonde, est venu enrichir ma collection de bons moments.
  •  Samedi, Dinan, une pasta party, des CLM :

  • Photo Photo No stress. Valise préparée le matin même. Départ direction Dinan vers 15h. Arrivée à l'hôtel tout juste deux heures plus tard.
    Ce départ pour notre week end marathon à Saint-André, c'est vraiment fait sans stress. Pas de dossard à récupérer. Notre seul objectif du jour était de retrouver nos amis CLM.
    C'est dans le parking même de l'hôtel que nous retrouverons, synchro parfaite, Tony, Frédéric et les leurs. Joyeuses retrouvailles depuis Séville en février.
  • Photo Photo Tout de suite après nous retrouvons Michel (Pongib).
    une petite ballade dans la ville plus tard, c'est David (Pompier22) que nous retrouvons devant le restau italien qu'il nous a réservé.
    Une arrière salle rien que pour notre groupetto... 14 couverts pour 13 convives... nous allons passer une vaie bonne soirée. Décontraction et rire au programme.
    Faire de St-André, un grand rendez-vous CLM était une gageure : le pari est d'ores et déjà réussi.
  • Photo Photo Vers 22h30, nous serons de retour à l'hôtel pour une petite nuit de repos.
    Je prépare quand même méticuleusement mes affaires pour le lendemain.
    Même si je suis relativement décontracté, je sais qu'il me faudra cavaler pendant 42 bornes demain... pas du tout cuit, parole de marathonien.
  •  Dimanche, un marathon, un repas champêtre, une crêperie... des CLM :

  • Il est 6h30. Je patiente dans le petit hall d'entrée de l'hôtel, point d'observation stratégique entre l'escalier et l'ascendeur.
    Debout depuis 4h50, je me suis préparé tranquillement : petit déjeuner - sans café, trop dur - pris dans la salle de bain. J'ai quitté ma chambre sans puce ni dossard, quasiement nu pour ainsi dire.. Photo
    Frédéric me rejoint peu après.
    Tony débouchera quelques instants plus tard déguisé en pirate. Le ton est donné.
    Nathalie et Valérie qui vont courir le marathon en duo sont à leurs côté. Le compte est bon.
    Nous prenons alors la route pour Saint-André-des-Eaux, commune d'Evran, 260 habitants.
    A l'image de son maitre, le GPS de Tony, nous fait quelque peu tourner en bourrique mais finalement, de départementales en vicinales, nous atteignons notre destination.
    Il est à peine 7h00. Le petit parking proche de la Mairie connait l'affluence des grands jours.
  • Photo Petit marathon n'est pas synonyme d'amateurisme. Bien au contraire, Saint-André nous dévoile les charmes de son organisation 'familiale'.
    Tout y est, comme pour les grands. Mais à petite échelle, sourire des bénévoles et bons côtés en prime. Pas d'expo marathon, pas de grand hall d'accueil, quelques grands barnum abritent les structures officielles.
    Pas d'affolement ni de bousculade. Tout le monde semble se connaitre. Nous premons connaisance de notre numéro de dossard sur la liste des inscrits. Nous attendons quelques instants pour collecter notre dossard, le N°847 pour moi, ainsi que nos tickets pour le repas champêtre post-course qui aura lieu au même endroit.
    J'inscrit mon adresse email sur un grand tableau afin de pouvoir recevoir les résultats complets dans les jours à venir.
    Une table plus loin, je récupère un sac contenant un superbe coupe-vent sans manche ASCICS, un paquet de crêpes et un de mini-craquelins. Nous ne sommes pas lésés sur la marchandise.
    Pour parfaire le tout, nous sont offerts café, crêpes et craquelins. Ca démarre bien.
    C'est dit, l'organisation est rodée. La convivialité est le qualificatif idéal pour décrire l'accueil qui est réservé aux quelques 150 postulants marathoniens et 50 équipes alignées sur le marathon en duo.
  • Etape N°2, la préparation. Photo
    Nous rejoignons nos voitures pour nous préparer. Entre-temps, j'aurai fait la connaissance de Jésus himself, plus de 200 marathons au compteur !
    Frédéric à son tour se pare de ses attributs de pirate, petit cachotier.
    L'échauffement se résumera à une grande séance photo : au pied du panneau de la commune, autour d'un chariot-gâteau commémorant le 30ème anniversaire de l'épreuve - St-André est le 4ème plus ancien marathon de France - et enfin aux côtés de la championne du monde de 24 heures, Anne-Cécile Fontaine, généreusement venue honorer de sa présence, de sa gentillesse et de sa disponibilité cette modeste compétition.
    A blablater, l'heure du départ arrive vite. J'en oublie même de lancer mon GPS. Il manquera 700m à mon parcours sur Garmin Connect.
    Quelques centaines de mètres séparent le parking de la ligne de départ. Tout le monde s'y achemine doucement. Le départ ne sera pas donné à 8h00 pile comme prévu mais, franchement, quelle importance.
  • Photo Photo Photo 8 heures et quelques, c'est parti sous les encouragements du speaker et vivas des quelques supporters massés aux abords du site. Le ciel est couvert. La température, douce, est idéale.
    Bien vite, nous sortons de St-André pour une première boucle d'un peu plus de 22 kilomètres. Le petit peloton s'étire trop rapidement annonçant la perspective de quelques moments de solitude à mesure que le temps s'écoulera.
    Un parcours trés nature, sur de petites routes, traversant les villages et lieux dits avoisinants. A chaque fois peu de spectateurs mais toujours quelques encouragepments glanés ici et là. C'est finalement à St-André même que l'ambiance sera la plus 'torride'... sur quelques hectomètres tout au plus.
    Un parcours trés ondulant dont les bosses se feront cruellement sentir au deuxième passage.
    Un parcours sans point d'intérêt majeur mais pas du tout ennuyeux.
    Moi, je savoure en partageant quelques propos à droite, à gauche. Valérie, qui assure le premier relais de son duo me rejoint puis reste à mes côtés une bonne partie de cette première boucle qui passe assez bien.
    Pas les sensations des grands jours mais je tiens un petit 11,5 à 12 km/h sans trop de difficulté. Je laisserai encore une fois pas mal de secondes sur 3 arrêts techniques ultra urgents. 1h49' au semi, respectable.
  • Photo Je retraverse donc St-André pour attauqer la deuxième boucle de 20 kms. Je ne vois même pas La palmera, qui, attendant son tour pour le deuxième relais, m'a paraît-il encouragé sans même que je ne la remarque.
    Depuis quelques kilomètres cependant, j'ai les intestins qui gargouillent... une quatrième pause technique... pas suffisant.
    Aux abords de mon 28ème kilo, je choisirai finalement un champs de maïs à proximité d'un petit cimetière du côté de Tréfumel pour me libérer.
    Pause prolongée mais au combien bienfaitrice. Le maïs sera costaud à Tréfumel cette année !
    Seul hic, je repars, les jambes coupées. Je sens bien que je vais avoir du mal à terminer et qu'il va falloir que je gère mes modestes réserves.
    Pas le choix, je lève le pied. Je garde quand même un rythme proche de 5'30" au kilo. Au fil de kilomètres je finis même par dépasser des coureurs plus mal en point, bon pour le moral.
    Ce deuxième tour, je le ferai entièrement seul. Mais, je le répète, je n'ai pas trouvé le temps long. Entre les villages, les ravitaillements tous les 4 kilomètres, les coureurs que je rattrape, peu de lignes droites : ça serpente, ça ondule, ça use.
    Je ne regarde plus mon chrono depuis un bail. J'aligne patiemment les kilomètres. La fin est difficile. Un début de point de côté m'oblige par deux fois à stopper quelques instants. Je finis par ne plus avoir de jus.
  • Photo 40, 41, revoilà St-André pour la dernière fois. Je trouve la force d'accélerer pour laisser sur place un coureur qui me talonne et griller deux autres que j'ai en point de mire.
    Je sors mon ZX3 pour filmer l'arrivée.
    Le speaker m'annonce à son tour.
    Je coupe mon chrono pour la 23ème fois, soulagé d'en finir.
    Un bénévole m'invite alors à rester vers la table proche de la ligne d'arrivée.
    Là, une personne complète de sa plus belle écriture les diplômes préparés à l'avance auxquels ne manquent plus que les temps et rang des compétiteurs.
    61ème sur 131 arrivants, le tout en 3h41'10", voilà ce que dit mon diplôme obtenu en échange de mon dossard... dommage que je ne puisse le garder celui_là.
    Je le savais d'avance. Ce sera mon deuxième marathon sans médaille pour compléter ma collection. Pas grave, j'ai vraiment bien apprécié la course. C'est l'essentiel.
  • Photo Photo Photo Le reste de la journée se résumera en quatres phases.
    Un, je repars à l'hôtel prendre une douche (il y en avait sur place) et ramener à St-André Isabelle et mes mômes, plus celui de Tony, pour le repas champêtre.
    Deux, nous prenons part au repas. Dommage que nous n'ayons pas trouvé de place pour nous mettre tous ensemble. De plus, placés sous un haut-parleur, au moment de la remise des récompenses, il nous sera presque impossible de communiquer. Repas rustique et copieux, glace et petit café à l'issus desquels M et Mme Carpediem17 nous laisseront pour rejoindre La Rochelle.
    Trois, retour sur Dinan et 2 bonnes heures visite de cette charmante cité médiévale aux rues pavées et de son port.
    Quatre, un dernier rendez-vous CLM dans une crêperie de Dinan avec David, Tony et les siens. Dernier joyeux moment avant de nous séparer, sans oublier les promesses de retrouvailles, et de rejoindre notre hôtel.
  •  Lundi matin, l'heure de quitter l'hôtel, déjà l'heure de reprendre la route.
    La couverture nuageuse est encore bien dense.
    Qu'il fût court ce séjour. Trop court, c'est sur.
    Une fois encore un rendez-vous CLM a boosté mes envies de marathon.
    Trop tôt pour dire à quand sera prochain.
    Avec la récupération va venir le temps de la réflexion.
    Que vais-je donc bien pouvoir programmer pour la rentrée ?.


  •  La vidéo marathon :

  •  Ma course

Parcours
Le Diplome
Diplôme remis sur la ligne d'arrivée le jour même   
Vos messages
U12/08/2010
TONY VENZAL El palmero Pirate Torero
Félicitations pour ton récit des plus complets! Quel grand plaisir ces RDV CLM on en redemande! J'avais déjà bien apprécié la petite famille Fondjede à Séville, sentiments plus que confirmés lors de ce séjour Breton MC
Merci aussi pour la vidéo et les photos (j'ai fait mon marché)
A nos agendas^pour le prochain RDV CLM...vite! vite!!!
U20/08/2010
symphorien
Un récit de haut niveau pour une rencontre inoubliable comme à chaque fois avec tous ces CLM!
C'est quand que nous on s'en refait un ensemble, hein dis monsieur?
Merci !

Envie d'en parler, de me faire part de vos impressions ou d'en savoir plus pour, qui sait, y aller prochaînement. Ne vous privez pas il est là pour ça... mon livre d'or.

[ Votre avis ou témoignage dans mon livre d'OR ]