Fondjede

La préparation


  •   Plus de 8 mois sans marathon...

    ... c'est tout bonnement impossible pour moi.
    Plusieurs destinations ont fait l'objet de mon attention pour tenter de courir quelquepart avant la fin 2012 : Casablanca, Porto, Amsterdam.
    C'est encore une fois au détour d'un nouveau post de mon ami PConvert sur un forum CLM que j'ai eu la révélation.
    C'était un samedi matin de bonne heure : dans l'après-midi, Isabelle et moi réservions vol et hôtel pour Vérone,
    La cité de Roméo et Juliette, sera le support de mon 3ème marathon de l'année, mon 4ème sur le sol italien.

  • 04/08 : quelques clics de souris, quelques recherches et comparaisons et voilà, vol et hôtel sont réservés.
    Le projet est validé. Reste l'inscription au marathon.
  • 06/08 : coté forme physique, à l'image des derniers mois, entre pépins musculaires et deux rhynopharyngites, juillet à été catastrophique pour l'entraînement.
    Me voilà en période de reprise à tout juste deux mois du marathon.
    J'ai quand même validé mon inscription au trail de Savenay (30 km), mon 3ème trail, dernière course du challenge nature de Loire-Atlantique. Je ferai cette course en mode économique, juste pour la distance.
  • 11/08 : encore quelques clics de souris et me voilà inscrit au marathon de Vérone (40,40 euros avec les frais bancaires).
    Nouveauté pour la prochaine saison, j'ai opté pour un Pass Running auprès de la FFA. Après 19 années passées au club, je ne reprendrai pas de licence à l'UFCPH.
  • Batterie PD3048 19/08 : j'attaque un lifting pour ma Garmin S405 dont l'autonomie, après 4 ans de bons et loyaux services peine à dépasser les 4 heures.
    Pour moins de 5 euros, les doigts de fée de mon Isabelle ont changé l'élastique de la ceinture pectorale de mon cardio fréquencemètre.
    Pour 24,80 euros, j'ai commandé sur un site allemand une nouvelle batterie (référence PD3048).
  • 25/08 : au courrier ce matin, j'ai reçu la batterie pour ma Garmin S405.
    Il va falloir démonter et souder... délicate opération.
  • 26/08 : en mode reprise sur longue distance, avec les copains et copines d'OVS, je me suis lancé sur les 30 kms du trail de Savenay (Trail du Sillon), une première. En mode coach avec Blandine, Marc et Frédérique, j'ai bouclé ma première longue distance depuis deux mois sans trop m'user.
  • 30/08 : l'opération à coeur ouvert sur ma Garmin S405 a été délicate et pas complètement couronnée de succès : deux petits composants qui contrôlent le chargement de la batterie ont laché. Le temps d'en retrouver et de réparer, je me suis acheté d'occasion une Garmin Forerunner 310 XT... neuve : si, si c'est possible sur LeBonCoin.fr !
  • 01/10 : 933 sera le numéro de mon dossard pour ce marathon.

    Pour la première fois cette année, j'ai réussi à tenir 8 semaines sans me blesser. Beaucoup de travail en endurance fondamentale et des fractionnés à allure modérée me permettront peut-être de tenir le choc sans trop dépasser les 4 heures.
    Les prévisions météo pour notre séjour semblent plutôt bonnes : un peu de bruine matinale le jour du marathon quand même mais du soleil de manière globale. Température moyenne annoncée, 22°C.
  •   Organisation

  • Vol Nantes-Paris-Verone : Air France : 560 € pour 2 billets A/R au départ de Nantes via Roissy CDG.
  • Hébergement : 4 nuits à l'hôtel **
    Auberge Al Castello : 355 € .
    Situé dans le centre de Verone à 300 mètre des arènes.
  •   Infos marathon

  • Inscription : en ligne, 40,40 € avec frais bancaires.
  • Départ : Sant'Ambrogio Di Valpolicella (au nord ouest de Vérone) à 9 h 00.
  • Arrivée : Piazza Brà au coeur des arènes de Vérone.
  • Circuit : plutôt descendant, très roulant. ;)
Profil
Verone   Logo
Le dossard

2ème expresso...

Deux marathons italiens en 2012.
Ci-dessous, récit, photos et vidéo
de cette 32ème belle réalisation.


[ Site Web ] [ Album Photo] [ Récit ]
[ Vos Commentaires ]
La médaille

Le récit

Verona Verona Après le soleil de Marrakech, la pluie de Milan, la belle se jouait à l'occasion de ce 3ème marathon 2012.
L'Italie et Vérone, sur les traces de Roméo et Juliette, avait là l'occasion de se racheter.
Le soleil l'a finalement emporté et transformé ce séjour et ce 32ème marathon en moments intenses et lumineux.
  •  Aïe, mes cuisses !

  • Sur les traces de Roméro et Juliette, mon Isabelle et moi sommes donc partis seuls sans nos grands mômes trop contents de pouvoir organiser une méga teuf sans la présence de pôpa et môman.
    Nantes, Paris, Vérone, quelques rebonds aériens de courte durée pour nous propulser au soleil. Car, il ne faut pas faire durer le suspense, oui, nous avons troqué la pluie nantaise contre un magnifique soleil italien et sa chaleur véronaise.
    Pas de déception avec notre hôtel, sis à quelques centaines de mètres du coeur historique de la cité.
  • Photo Vendredi, que dire si ce n'est que, pour découvrir cette ville au charme fou, nous avons marché, marché, marché. A commencer par les arènes, où se préparait l'arrivée du marathon sur fond de scène déjà prête pour l'arrivé le lundi soir de Adriano Celentano. Le centre ville, ses rues piètones aux mutilples merveilles, églises, piazza delle Erbe, tour Lamberti, les tombeaux de la famille Scaligere, la maison de juliette...
    En fin d'après-midi, nous nous sommes rendus à l'expo marathon : 30 bonnes minutes de marche rien que pour y aller.
    Pas de file d'attente pour le retrait des dossards, pas grand chose à voir. Juste une petite frayeur lorsqu'un certificat médécal m'a été demandé : manifestement celui que j'avais envoyé par mail n'était pas arrivé. Là, je l'ai joué au bluff en présentant ma licence FFA... périmée de peu mais périmée. Mais bon, c'est passé et je suis ressorti avec mon N°933 et un grand sac de sport de belle qualité.
    Nous terminerons cette longue journée par une douce soirée avec Pierre et Dany en terrasse d'une pizzeria à deux pas de notre hôtel.
  • Photo Samedi matin, rebelote, avec le Duomo, les vestiges romains, le Castelvecchio et le ponte Scaligero, le fameux pont della Pietra qui enjambe l'Adige, le castel San Pietro et, pour atteindre une vue superbe sur la ville, ses multiples séquences de marches de toutes tailles, la maison de Roméo, le tombeau de Juliette.
    Pas de repos en cette veille de marathon. Je finis la journée bien fatigué et avec des cuisses en béton. Petit passage à l'hôtel pour préparer mes affaires pour le lendemain.
    Pour clore cette deuxième journée, nous referons une petite pasta party avec Pierre et Dany dans notre Pizzeria attitrée. Couchés pas trop tard.

  •  De Sant'Ambrogio à la piazza Brà...

  • Photo Photo 6h00, on toque à notre porte. Je suis prêt. Je rejoins Pierre et Dany, tous légèrement vétus.
    Il fait déjà très doux à cette heure matinale. Le ciel est dégagé. La journée s'annonce sous les meilleurs hospices. Photo Photo
    Une première navette nous emmène du centre ville vers l'expo marathon. Là, une deuxième navette nous déposera 30 minutes plus tard à Sant'Ambrogio di Valpolicella. Organisation impeccable. Nous nous offrirons deux petits cafés pour patienter. Photo
    Peu avant 9h00, nous déposons nos affaires aux camions vestiaire puis allons rejoindre la ligne de départ et nos sas.
    9h30, mon 32ème départ marathon.
  • Photo Photo Photo Le soleil chauffe déjà bien fort. Moi, la chaleur, ce n'est pas mon truc. Je me suis préventivement badigeonné de crême solaire et je sais que, même en buvant bien, si je tiens compte de jambes bien lourdes des efforts consentis les jours précédents, les derniers kilomètres vont être difficiles. Photo Photo Photo Photo
    Peu importe, nous volià partis pour une belle ballade dans les vignobles de Valpolicella. Entre vignes suspendues à perte de vue et petits villages typiques, cette première partie de marathon ressemble à une belle randonnée agrémentée des encouragements des spectateurs égrénés le long du parcours.
    Prudent et conscient de mes limites actuelles, je suis parti doucement laissant filer Pierre et Dany. Je déroule un tout petit 10km/h et, comme à l'accoutumée, filme, tape dans les mains des enfants, rends leurs applaudissments à mes supporters du jour.
  • Photo Photo C'est vers le 9ème kilo que je vais voir pointer la belle jupette de Dany, partie un peu vite.
    Petite tchatche, petite photo puis je la dépose et continue à mon rythme, pas bien élevé certes mais qui me convient.
    Photo Photo Les kilomètres s'accumulent doucement. Les rives de l'Adige marquent la mi-course.
    La chaleur monte : j'ai soif mais fais attention à ne pas trop boire.
    Jusque-là, j'ai déroulé sans m'en rendre vraiment compte : sensations pas extra mais assez positives quand même. Un magnifique pont nous permet d'enjamber le fleuve : superbe point de vue.
    Photo Une portion, un peu moins folichonne nous rapproche du coeur de la ville en longeant un canal puis en passant par San Zeno, les abords du stade de foot juste à côté de l'expo marathon.
  • Photo Photo C'est la Porta Nuova qui marque l'entrée dans le coeur historique de la ville au 33ème kilomètre.
    Je vais refaire une visite complète de la ville baskets aux pieds, spectateurs en plus. Conditions idylliques...
    ... ou presque. Photo Photo Photo Photo
  • Le 36ème approche. La fatigue qui pointe commence à peser sur mes jambes mais je tiens bon. C'est sans compter sur un terrible point de côté qui m'oblige à stopper le temps de le laisser passer.
    Inutile de dire qu'à ce stade, j'ai les jambes coupées. Je redémarre au ralenti. Photo Photo Photo
    Heureusement que cette partie de la ville est attrayante et que la foule des spectateurs est de plus en plus dense et démonstrative.
    Nouvel arrêt point de côté vers le 37ème. Ce sera le dernier.
  • Photo Photo Photo Même à vitesse escargot, j'avance. Le bitume a cédé la place aux pavés de toutes tailles.
    A l'approche de l'arrivée, les rues se font ruelles.
    Une longue enfilade de barrières aux couleurs des sponsors de la course borde notre progression vers la piazza Brà.
    Je passe à 150 mètres de notre hôtel, moins peut-être.
    Les arènes apparaissent. Il y a longtemps que j'ai oublié ma fatigue.
    Caméra à la main, je filme mes dernières foulées au sein d'un décor somptueux. Photo Photo Photo Photo
    Je plonge dans les arènes, moquette rouge.
    Remonte l'estrade sur laquelle domine le portique d'arrivée, moquette bleue.
    Bloque le chrono : 4h08'53".
    Suis invité à libérer rapidement la place, pas bien spacieuse il est vrai.
    Récupère ma médaille.
    Lève une dernière fois les yeux pour profiter de cet inoubliable panorama.
    Plonge à nouveau mais, cette fois, pour sortir.
  • Photo Photo Photo Photo Juste avant la plongée dans l'arène, m'attendait mon Isabelle.
    Elle ne m'a pas vu. Je ne l'ai pas vue. Je la retrouve à l'entrée scrutant l'arrivée des coureurs.
    Je retourne Porta Nuova récupérer mon sac aux camions vestiaires. Escalade, cuisses douloureuses, une des passerelles qui enjambe le parcours piazza Brà et me permettra de rejoindre Isabelle puis notre hôtel sans perturber ceux et celles qui en finissent.
  • De retour à l'hôtel nous dirons au revoir à Pierre et Dany qui reprendront la route dans la foulée.
    Après une douche et un repos bien mérités, nous retournerons profiter de la douceur locale et savourer une bonne bière piazza delle Erbe, soleil dans l'oeil.
    Lundi, en guise de récupération, nous irons explorer la partie sud du centre historique : les bords de l'Adige, San Zeno, San bernardino.
    Pour amorcer en fin d'après-midi notre retour sur Nantes.
    Fin d'un séjour inoubliable dans une ville qui nous a séduite, forte d'un marathon impeccablement organisé et tout simplement magnifique.
    Place aux souvenirs.
  •  Ma course

Parcours
Le Diplome
Vos messages
U31/12/2012
Pconvert
Treeeees belle ville que Vérone ! Très bon souvenir du parcours dans les vignes de Valpolicella , puis en centre ville .
Il y a des points de vues sublimes, sur les hauteurs et au couché du soleil !
Et puis ....cerise sur le Panetone : les Fondejed's ;-)))
Marathon à faire ! ( et refaire un jour ! Nan mais ^_* )
Merci !

Envie d'en parler, de me faire part de vos impressions ou d'en savoir plus pour, qui sait, y aller prochaînement. Ne vous privez pas il est là pour ça... mon livre d'or.

[ Votre avis ou témoignage dans mon livre d'OR ]